M’Bouna-Goundam- Bintagoungou-Douekire : Le ras-le-bol des populations

14

rebellionEn moins de cinq jours, ce sont autant de localitĂ©s qui ont Ă©tĂ© les thĂ©Ăątres d’opĂ©rations menĂ©es par des hommes armĂ©s dans le cercle de Goundam. Il s’agit d’agressions, de pillages et d’enlĂšvements de personnes sans que les autoritĂ©s maliennes n’aient osĂ© y mettre fin avec des mesures Ă©nergiques.

Ces actes qui relĂšvent carrĂ©ment du banditisme se sont multipliĂ©s contre les populations depuis l’annonce de la signature de l’accord de paix pour le 15 mai 2015. Mais il est Ă  craindre que cette flambĂ©e de la violence soit aussi une maniĂšre de saboter une initiative de paix entreprise par les communautĂ©s locales.

Le cercle de Goundam est devenu une zone de non-droit Ă  cause de nombreuses incursions d’hommes armĂ©s. Le 24 avril 2015, des habitants de la localitĂ© ont signalĂ© l’enlĂšvement de deux voitures et de deux motos entre Goundam et Tonka. Les auteurs de ce forfait ont disparu dans le dĂ©sert, sans ĂȘtre recherchĂ©.

Deux jours aprĂšs, dans la nuit du 26 au 27 avril 2015  Ă  M’Bouna,  une dizaine  de boutiques ont Ă©tĂ© vidĂ©es de leur contenu. A l’absence des forces de dĂ©fense et de sĂ©curitĂ©, les malfaiteurs ont emportĂ© tout ce qu’ils pouvaient amener, particuliĂšrement de l’argent et des vivres. Les victimes de ce pillage n’ont que leurs yeux pour pleurer, alors que leurs agresseurs n’ont pas Ă©tĂ© poursuivis.

L’insĂ©curitĂ© ambiante dans le cercle a Ă©loignĂ© les populations du secours des humanitaires qui n’arrivent plus Ă  travailler.  D’ailleurs, le 26 avril 2015, entre Kaneye et Goundam, une moto de la Croix Rouge malienne a Ă©tĂ© interceptĂ©e. Les hommes armĂ©s qui sont derriĂšre cette attaque ont Ă©galement tirĂ© sur un autre engin du mĂȘme service dont le conducteur leur a Ă©chappĂ©.

Les assaillants qui s’attaquaient d’ordinaire Ă  de paisibles citoyens sans dĂ©fense vont jusqu’à s’en prendre aux positions des forces de sĂ©curitĂ© dĂ©ployĂ©es dans la localitĂ©. L’une des actions les plus spectaculaires est l’attaque (le 29 avril 2015) contre le peloton de la Garde nationale de Goundam. Cette opĂ©ration a coĂ»tĂ© la vie au chef de peloton de la Garde, Ă  son adjoint et Ă  un enfant.

Dernier acte en date: l’attaque (le 30 avril 2015) contre la localitĂ© de Bintagoungou. Les assaillants ont commis des enlĂšvements de personnes, des pillages et autres agressions. LĂ  encore, les autoritĂ©s maliennes sont restĂ©es inactives, laissant toujours le terrain libre aux groupes armĂ©s supposĂ©s ĂȘtre derriĂšre ces attaques.

Le cercle de Goundam reste l’un des endroits les plus instables du Nord du Mali. La petite ville de LĂ©rĂ© qui est situĂ©e dans cette zone a Ă©tĂ© attaquĂ©e par les rebelles le 30 avril. Le bilan serait lourd des deux cĂŽtĂ©s. Les rebelles auraient perdu 10 combattants contre 9 du cĂŽtĂ© de l’armĂ©e nationale qui contrĂŽle toujours la ville.

 

Multiplication des attaques

Les ressortissants de Goundam souhaitent une plus grande implication des autoritĂ©s maliennes pour protĂ©ger les populations civiles contre les attaques ennemies. Les positions des forces de dĂ©fense et de sĂ©curitĂ© sont loin d’ĂȘtre renforcĂ©es dans le cercle de Goundam et dans toute la sixiĂšme rĂ©gion. Les attaques se suivent et se ressemblent. Triste constat : ce sont les rebelles qui attaquent dĂ©sormais les positions de l’armĂ©e malienne. Qui, elle, semble dans une logique d’éviter tout affrontement.

Mais en attendant que les autoritĂ©s rĂ©agissent, les ressortissants de Goundam ont dĂ©cidĂ© d’Ɠuvrer pour le retour de la paix. Une caravane de sensibilisation a rĂ©cemment sillonnĂ© tout le cercle. Ce qui a permis de briser le mur de mĂ©fiance entre les diffĂ©rentes communautĂ©s de la localitĂ©. Pour la premiĂšre fois, des nomades et des sĂ©dentaires qui ne se cĂŽtoyaient plus depuis l’éclatement de la crise en 2012 se sont rencontrĂ©s.

L’initiative de paix des populations rassemble de plus en plus de personnes autour d’un objectif commun. Des dĂ©lĂ©gations ont Ă©tĂ© dĂ©pĂȘchĂ©es jusqu’en Mauritanie afin d’encourager les rĂ©fugiĂ©s Ă  regagner le bercail. Les ressortissants de Goundam s’organisent aussi pour que les autoritĂ©s traditionnelles et politiques travaillent Ă  fournir des renseignements sur les auteurs d’actes de banditisme. Il est Ă©vident que ces dĂ©marches ne plaisent pas aux rebelles de la CMA. La multiplication des attaques de ces derniers jours serait une maniĂšre de saboter l’initiative des populations


SoumaĂŻla T. Diarra

PARTAGER

14 COMMENTAIRES

  1. pour s’occuper ,au lieu de faire des gosses tous les 8 mois (ils sont en avance ) qu’ils travaillent un peu a refaire les routes ,çà leur Ă©vitera de bouffer de la poussiĂšre :mrgreen: :mrgreen: :mrgreen: :mrgreen: :mrgreen: :mrgreen:

  2. Soumaila!!! Que la paix: chantons la paix, et dansons la paix la paix de dieu. Nous avons tous nos cordons ombilicale sous le baobab. Restons unis sous le drapeau: vert , jaune , rouge.

  3. La position du Gouvernement malien est tout simplement rĂ©voltant dans la gestion de cette crise du nord car il est inadmissible qu’un Etat responsable muselle ses forces de sĂ©curitĂ©s au nom du respect d’un accord pour lequel l’autre partie n’a aucun Ă©gard . DĂšs lors que la CMA quitte ses positions pour venir attaquer un peu partout les troupes maliennes sur leurs positions, il devient incomprĂ©hensible que nos gouvernants Ă©voque le respect des accords pour ne pas engager de vĂ©ritables combats contre ces bandits. Le fait de laisser l’initiative des attaques aux rebelles met nos hommes dans une posture ou ils vont compter toujours plus de morts que les assaillants tout en les rendant peureux, donc moins combatifs. Il est temps qu’on arrĂȘte de tergiverser et de prendre le problĂšme Ă  bras le cors pour avoir la paix comme l’ont eu avant nous l’AlgĂ©rie, la Mauritanie et le Niger qui ont prĂ©fĂ©rer combattre leurs ennemies au lieu de nĂ©gocier avec eux comme nous l’avons toujours fait et pour quel rĂ©sultat?

  4. merci pour l’article au moins on sait que les maliens savent dĂ©sormais ce qu’on vit au quotidien.on vit dans l’insĂ©curitĂ© totale car il ya une timide prĂ©sence des forces de l’ordre Ă  Goundam imaginez qu’Ă  goundam les militaires gardes gendarmes cumulĂ©s ne dĂ©passent pas 100 c’est-Ă -dire en infĂ©rioritĂ© numĂ©rique contre des assaillants qui rodent autour de la ville et alentours sinon comment comprendre que les rebelles entrent en ville commettent leur forfait ensuite prendre la poudre d’escampette sans aucun soutien de la part des frĂšres d’arme au niveau du camp de garde encore moins de la munusma qui dit protĂ©gĂ©e la population ne sait montrer mm aprĂšs l’acte toute la journĂ©e durant,alors que les autres jours ils font leur ballade inutile parce qu’on ignore encore pas leur prĂ©sence chez nous

  5. Les ressortissants de Goundam souhaitent une plus grande implication des autoritĂ©s maliennes pour protĂ©ger les populations civiles contre les attaques ennemies. Les positions des forces de dĂ©fense et de sĂ©curitĂ© sont loin d’ĂȘtre renforcĂ©es dans le cercle de Goundam et dans toute la sixiĂšme rĂ©gion. Les attaques se suivent et se ressemblent. Triste constat : ce sont les rebelles qui attaquent dĂ©sormais les positions de l’armĂ©e malienne. Qui, elle, semble dans une logique d’éviter tout affrontement…’ …///…

    L’ArmĂ©e Malienne est non seulement liĂ©e par l’engagement des AutoritĂ©s Maliennes Ă  la signature d’une paix, mais aussi et surtout limitĂ©e dans ses mouvements parce que cantonnĂ©e par la France et interdite d’aller au combat pour libĂ©rer KIDAL et les zones occupĂ©es par le groupe armĂ©.

  6. C’est Ă  nous Maliens de trouver une solution Ă  notre problĂšme. Depuis des annĂ©es un groupe armĂ© prend en otage tout un pays. Faisant fuir les Investisseurs et les empĂȘchent de revenir. La misĂšre au pays fait Ă©migrer sa jeunesse au pĂ©ril de leur vie parfois. Les Nations Unies n’ont jamais amenĂ© la paix nulle part dans un conflit qui menace la souverainetĂ© d’un Etat. L’ONU se contente de gĂ©rer les conflits sans les rĂ©gler, en y envoyant ses troupes en interposition. Ses troupes n’ont jamais rĂ©ussi Ă  vraiment protĂ©ger les populations civiles dĂ©sarmĂ©es face Ă  des groupes armĂ©s qui s’en prennent Ă  elles. Chacun sait que, dans une rĂ©bellion… dĂšs que les rebelles sont en situation de faiblesse matĂ©rielle, morale et psychologique face Ă  l’ArmĂ©e rĂ©guliĂšre, ils s’attaquent Ă  plus faibles qu’eux, c’est Ă  dire aux populations civiles dĂ©sarmĂ©es.

  7. Les ennemis du Mali sont ses dirigeants en premier le président IBK qui sous Alpha a decapite notre armée. Ils méritent la pendaison.

  8. Les rebelles sont entraine dese réarmer puisqu'ils ont perdu beaucoup de véhicules et d'armements, donc ce qui signifie les enlÚvements de véhicules et les attaques des camps pour pouvoir s'armer, mais avec tout ce qui ce passé dans le passé ne donne pas de léçon au Gouvernement, il faut pas attendre que l'énemie te detrui d'abord avant de réagir. Il faut que le Gouvernement renforce la sécurité dans les régions frontaliÚres, il ne faut^pas que ça soit quelques gendarmes, gardes ou polices qui vont sécuriser une frontiÚre, il faut un contagin pour sécuriser une frontiÚre, que le Gouvernement ouvre les yeux
    Que Dieu nous protĂšge et nous en garde. Amine
    toutes mes condoléances aux familles des disparus, ils ne sont morts pour rien, ils sont morts pour leur pays.
    Vive le Mali un et indivisible et que vive la Plateforme. Amine

  9. La dĂ©chirure est dĂ©jĂ  consommĂ©e et les combats s’annoncent toujours plus fort jusqu’au jour J oĂč cela va s’embraser sur l’ensemble du territoire de ce pays. MĂȘme si ce pays sera divisĂ© pour de bon, la dĂ©chirure ne sera pas facile.

  10. Yugubane, tu appelles donc Ă  la somalisation du Mali?
    Pas ça ici.

  11. Mes condoléances à tous les maliens

    L’armĂ©e ne doit plus ĂȘtre passive , mais dans l’attaque.

    Attendre l’ennemis c’est se faire surprendre .

    Il faut ĂȘtre plus malin que l’ennemi , le surprendre

    et le détruire.

    On sait que quand ils attaquent ils sont dans un rayon

    par rapport Ă  celĂ  on peut les encercler.

    N’attendons plus , agissons.

    Oh stratéges du Mali , oh les héros mettez des stratégies

    en place , avec vos hommes de confiances.

    Discrétions!!!!!!!!!!!!!!

  12. Nous disons et rappelons la vĂ©ritĂ© fait mal aux malhonnĂȘtes et les met hors d’eux mais calme et rend heureux les honnĂȘtes

    Nous disons et rappelons « il n’a pas plus aveugle que celui qui ne veut pas voir il n’y a pas plus sourd que celui qui ne veut pas entendre il n’y a plus idiot que celui qui ne veut rien comprendre »

    Nous disons et rappelons seuls les amis et les parents nous trahissent Les ennemis nous combattent

    1)Nous disons et rappelons ces soit disant amis ennemis les « Autres » du Mali n’ont pas hĂ©sitĂ© Ă  trahir le Mali lorsque le lettrĂ© mutant politique prĂ©sident de la transition Dioncouda de peur d’ĂȘtre le « Dion ou esclave » de peur que son palais ne devient le « Dion Kounda ou domicile de l’esclave » croyant bien faire les a appeler au secours Ces soit disant amis ennemis les « Autres » du Mali ne s’attendaient pas Ă  1telle occasion d’occuper Ă  jamais et pour toujours le nord du Mali qu’ils convoitaient depuis fort longtemps pour ses richesses hydro miniĂšres le Proche et le Moyen Orient sont Ă©galement Ă  portĂ©s de missiles Et

    Nous disons et rappelons donc ces soit disant amis ennemis les « Autres » du Mali 1fois installĂ©s dans la partie du nord du Mali qui les intĂ©resse n’ont pas hĂ©sitĂ© Ă  procĂ©der Ă  la « Kidalisation l’Awazadisation » du Mali en interdisant son accĂšs aux forces de sĂ©curitĂ©s maliennes au lettrĂ© mutant politique « politimogo » prĂ©sident du Mali choix de la « France-Afrique » ami d’1parrain des parrains de la mafia 1charlie de 1Ăšre ligne de « la lutte anti-Mohamedane » lançant Ă  tout vent « des Inch’A1lah et des Soubhanalatallah non productifs et inefficaces » et 1 des responsable de la dĂ©liquescence du Mali Ă  son gouvernement de « fidĂšles klĂ©bars et doungourous » et aux lettrĂ©s mutants dĂ©putĂ©s politiciens maires tous responsables de la dĂ©liquescence du Mali

    Nous disons et rappelons et pourtant les bandits sans foi ni loi voleurs tueurs violeurs handicapeurs Ă  vie sur des bases raciale tribale de collabos mafiosi de MNLA Ansar Eddine et consorts les faux musulmans faux islamistes faux djihadistes SuppĂŽts de Satan des Satan faits humains fidĂšles et adeptes de Dajal ou de l’AntĂ©christ de criminels narcotrafiquants proxĂ©nĂštes voleurs violeurs tueurs handicapeurs Ă  vie d’AlquaĂŻda Magrheb Aqmi Mujao maintenant Al Mourabitoune Boko Haram Consorts maintenant « Combattants du Faux Etat Islamique ou Etat Satanique » font ce qu’ils veulent et sont aux « bons soins » des soit disant amis ennemis les « Autres » du Mali dans cette partie du nord du Mali ou « Pays Kidal ou Azawad » Et c’est Ă  partir du « Pays Kidal ou Azawad » que ces « ramassis de voyous » attaquent le Mali et s’y replient ensuite

    Nous disons et rappelons pourtant si les soit disant amis ennemis « les Autres » du Mali voulaient la libĂ©ration totale et l’unitĂ© du Mali ils l’auraient fait depuis fort longtemps

    Nous disons et rappelons et pourtant le Mali d’alors n’a pas hĂ©sitĂ© Ă  envoyer ses enfants fiers honnĂȘtes intrĂ©pides sans peur pour libĂ©rer le pays de ces soit disant amis ennemis les « Autres » du Mali en 1914-1918 contre l’ennemi allemand et en 1939-1945 contre l’ennemi nazi et qui n’ont point trahi en collaborant ou aidant les ennemis et « les enfants ingrats collabos » de l’époque de ces soit amis ennemis les « Autres » du Mali

    2)Nous disons et rappelons le Mali des indépendances a soutenu de façon efficace des soit disant amis ennemis sous régionaux du Mali dans leur lutte pour leurs indépendances

    Nous disons et rappelons pourtant les pays de ces soit disant amis sous régionaux du Mali ont servi de lieux de passages et sont des bases arriÚres aux ennemis du Mali

    3)Nous disons et rappelons l’UA ou Union Africaine joue Ă  l’expectative Et pourtant le 1er prĂ©sident du Mali Modibo KeĂŻta et Sylvanus Olympio furent les 2personnes Ă  rĂ©diger en Mai 1963 la Charte de crĂ©ation de l’Organisation de l’UnitĂ© Africaine ou OUA maintenant UA

    4)Nous disons et rappelons Ă©galement le reprĂ©sentant de l’Union EuropĂ©enne fut clair dans ses propos en disant qu’aucune sanction n’a Ă©tĂ© prĂ©vue contre ceux qui refusent de signer les « Accords d’Alger »

    5)Nous disons et rappelons les soldats sous mandat sont des soldats d’interposition qui maintiennent 1situation de mi paix mi guerre avec le pays divisĂ©s entre le pouvoir dit lĂ©gitime d’1part et les ennemis du pays d’autre part de renouvellement en renouvellement de mandats tels en Somalie en RDC en Afghanistan Et les soldats sous mandat ne meurent le plus gĂ©nĂ©ralement que par accident de mines d’engins attentats et « ces types de dĂ©cĂšs sont prĂ©vus car le risque zĂ©ro n’existe pas » Il ne sont point des soldats d’intervention pour libĂ©rer le pays oĂč ils sont de renouvellement en renouvellement de mandats

    Nous disons bien et rappelons la prĂ©sence de soldats sous mandats aboutit souvent Ă  la division et crĂ©ation de nouveaux Ă©tats ou Ă  la balkanisation Soudanisation des pays oĂč ils sont de renouvellement en renouvellement de mandats tels l’Afghanistan la Yougoslavie le Soudan Et bientĂŽt la « Kidalisation ou Awazadisation »du Mali de renouvellement en renouvellement de mandats

    Nous disons et rappelons et pourtant le Mali fut parmi les 1ers pays africains indĂ©pendants Ă  adhĂ©rer Ă  l’ONU dĂšs le 28 septembre1960 Ă  savoir 6jours aprĂšs son indĂ©pendance

    6)Nous disons et rappelons maintenant les « enfants ingrats Ă©goĂŻstes impĂ©nitents paresseux assistĂ©s permanents » de bandits sans foi ni loi voleurs violeurs handicapeurs Ă  vie mafiosi et collabos des ennemis du Mali de MNLA et consorts jouent aux scissionnistes aux indĂ©pendantistes par ce que des soit disant amis ennemis les « Autres » de leur Mali les ont promis « l’assistance et la pitance gratuites Ă  vie » avec contrepartie de faire main basse sur les richesses miniĂšres hydrauliques botaniques du nord de leur Mali et d’avoir Ă  portĂ©e de missiles le Proche et le Moyen Orient Et

    Nous disons et rappelons les « enfants ingrats Ă©goĂŻstes bouffeurs impĂ©nitents des deniers publics et dons » du pouvoir hĂ©ritage familial clanique dans la dĂ©mocratie « bananiĂšre des tropiques du Mali » de la pourriture de la « gangrĂšne de la cupiditĂ© de la corruption » de l’injustice de l’iniquitĂ© de 2 poids 2mesures reines de lettrĂ©s mutants maliens politiques Hommes en armes sociĂ©tĂ©s civiles religieux jouent au football dansent s’amusent jouent aux Marco Polo voyageurs aux chiens de Pavlov aux moutons de Panurge Ă  Charlie de 1 Ăšre ligne de la lutte anti Mohamedane aux Gao aux bourgeois aux parrains font des discours dĂ©magogiques en comptant sur les soit disant amis ennemis sous rĂ©gionaux d’Arabie d’Europe les « Autres » de leur Mali pour rĂ©soudre l’état de dĂ©liquescence dans lequel ils ont mis leur Mali

    Nous disons et rappelons et pourtant leur Mali les a vu naitre ces « enfants ingrats Ă©goĂŻstes impĂ©nitents » nourri et croyait bien faire en les envoyant dans les meilleures Ă©coles et universitĂ©s des « Autres » aux fins qu’ils soient travailleurs honnĂȘtes qu’ils aient 1amour profond pour leur Mali

    Nous disons et rappelons « Pauvre Mali Trahi » par ses soit disant amis ennemis les « «Autres et organisations » et par ses « enfants ingrats égoïstes impénitents »

  13. Les populations du Nord feront mieux de s’armer par tous les moyens s’il le faut pour prendre en charge leur propre sĂ©curitĂ©. À ce genre de banditisme il n’y a pas 32 000 solutions, la solution est de les attaquer souvent, cela les amĂšnera Ă  s’Ă©loigner le plus possible et comme ça il y aura moins d’agressions de leur part. Pour cela on ne peut pas compter sur nos forces de DĂ©fense et de SĂ©curitĂ© qui prĂ©fĂšrent utiliser leurs armes dans les rues de Bamako. 🙁 🙁

Comments are closed.