Menace terroriste- stabilité et paix au Mali: les pistes de solution du ministre Diop

Une délégation du comité spécial des opérations de maintien de la paix des Nations unies, appelé Comité de 34 (C34), est présente, dans notre pays pour une visite de 4 jours.

6
Menace terroriste- stabilité et paix au Mali: les pistes de solution du ministre Diop

Une dĂ©lĂ©gation du comitĂ© spĂ©cial des opĂ©rations de maintien de la paix des Nations unies, appelĂ© ComitĂ© de 34 (C34), est prĂ©sente, dans notre pays pour une visite de 4 jours. La dĂ©lĂ©gation a eu, le mercredi 30 novembre, une sĂ©ance d’échanges avec le ministre des Affaires Ă©trangĂšres, de la coopĂ©ration internationale et de l’intĂ©gration africaine, Abdoulaye DIOP.

La dĂ©lĂ©gation du C34 Ă©tait conduite par l’Ambassadeur Michael GRANT, reprĂ©sentant permanent adjoint du Canada auprĂšs des Nations unies et prĂ©sident du groupe de travail du C34. La rencontre s’est dĂ©roulĂ©e en prĂ©sence du reprĂ©sentant spĂ©cial du secrĂ©taire gĂ©nĂ©ral des Nations unies dans notre pays, Mahamat Salleh ANNADIF et de Mme Mbaranga GASSARABWE.
L’objectif de cette visite de la dĂ©lĂ©gation du C34 est de constater de visu les progrĂšs et les difficultĂ©s enregistrĂ©s par la MINUSMA et d’échanger avec les autoritĂ©s du pays sur la mise en Ɠuvre de la rĂ©solution 2295 (2016) du Conseil de paix et de sĂ©curitĂ© des Nations unies.

Les efforts des NU salués
Le ministre des Affaires Ă©trangĂšres, de la coopĂ©ration internationale et de l’intĂ©gration africaine a saluĂ© la qualitĂ© de la collaboration entre notre pays et les Nations unies et l’intĂ©rĂȘt des membres du Conseil de sĂ©curitĂ© par rapport aux questions de sĂ©curitĂ© au Mali.
Il a rappelĂ© que les diffĂ©rentes missions des Nations unies dĂ©pĂȘchĂ©es, dans notre pays, ont contribuĂ© Ă  l’adoption de la prĂ©sente rĂ©solution qui a pris en compte les prĂ©occupations essentielles du Mali.
Le ministre DIOP a tĂ©moignĂ© que la rĂ©solution 2295 qui a Ă©tĂ© adoptĂ©e comporte, sur papier, un certain nombre d’innovations et d’aspects importants pour le Mali, les Nations unies et pour la rĂ©gion.
« Nous avons souhaitĂ© et cela a Ă©tĂ© entendu : il fallait une mission qui a une posture plus robuste et plus proactive. Nous pensons que cet Ă©lĂ©ment figure dans la nouvelle rĂ©solution. Nous avons aussi demandĂ© qu’il y ait une redĂ©finition des rĂšgles d’engagement qui permettent Ă  la mission de pouvoir rĂ©pondre et Ă©voluer dans son environnement. Cela est consignĂ© dans la rĂ©solution qu’il fallait un soutien plus accru et une coordination opĂ©rationnelle avec les forces de dĂ©fense et de sĂ©curitĂ© du Mali. Aussi, la nĂ©cessitĂ© de pouvoir soutenir et renforcer les initiatives rĂ©gionales, notamment les initiatives en matiĂšre de lutte contre le terrorisme, de sĂ©curitĂ© dans le cadre du G5 Sahel, de l’Union africaine, Ă  travers le processus de Nouakchott, mais aussi de la CEDEAO », a saluĂ© le ministre DIOP.

DĂ©fis Ă  relever
Il estime que pour concrĂ©tiser toutes ces questions, il y a la nĂ©cessitĂ© de s’atteler Ă  relever un certain nombre de dĂ©fis. Il s’agit, soutient-il, de voir quel type de menace le Mali fait face et qu’elle riposte faut-il pour l’endiguer. Le ministre a soulignĂ© qu’au dĂ©but, la plupart des opĂ©rations de maintien de la paix intervenaient entre deux États et que de nos jours les conflits ont Ă©voluĂ© et sont devenus des conflits armĂ©s entre diffĂ©rentes entitĂ©s Ă  l’intĂ©rieur d’un mĂȘme pays !
« Au Mali nous ne sommes plus dans un environnement de maintien de la paix classique oĂč il y avait deux partenaires qui s’affrontaient, mais un environnement qui est marquĂ© par une guerre asymĂ©trique oĂč les groupes terroristes ciblent directement les forces armĂ©es, la population et tous les partenaires », a-t-il expliquĂ© Ă  la dĂ©lĂ©gation du C34.
« C’est vrai que la MINUSMA soutient qu’elle n’est pas lĂ  pour combattre les terroristes, mais les terroristes sont lĂ  contre nous et vous. Ils empĂȘchent la MINUSMA de rĂ©aliser son mandat et empĂȘchent le Mali de recouvrer son intĂ©gritĂ© territoriale. C’est dire que nous avons un problĂšme commun que nous devons rĂ©soudre ensemble. Nous savons qu’il y a une limitation doctrinale par rapport Ă  ce que les Nations unies peuvent accomplir en tant que mission », a dĂ©clarĂ© le ministre DIOP.

Les solutions
Pour le ministre des Affaires Ă©trangĂšres, la piste numĂ©ro 1 qu’il faut emprunter pour relever les dĂ©fis est la suivante : voir comment mutualiser les moyens des Nations unies avec les moyens de dĂ©fense des forces armĂ©es et de sĂ©curitĂ© du Mali. Selon lui, l’accord signĂ© permet Ă  la MINUSMA de faire cet appui au Mali pour faire face aux ennemis communs.
« Malheureusement, nous sentons encore beaucoup de timiditĂ© Ă  pouvoir Ă©voluer vers ça. Mais aujourd’hui, on n’a pas le choix, car les terroristes ne font pas la diffĂ©rence entre la MINUSMA et les forces maliennes. Pour cela, il est important et incontournable d’identifier les moyens et les capacitĂ©s logistiques et autres capacitĂ©s dont le Mali peut avoir besoin », a suggĂ©rĂ© M. DIOP.
Avant de déclarer que « Ce que nous cherchons est que les Maliens puissent faire le travail de sécurisation du pays. Quand je vais à New York souvent il y a beaucoup qui disent non les Maliens vous voulez que les gens aillent se tuer pour vous. Nous ne demandons pas ça, nous demandons que les gens nous aident à défendre et à protéger notre pays »
Le deuxiĂšme Ă©lĂ©ment de solution Ă©voquĂ© par le ministre a trait Ă  l’environnement rĂ©gional qui, selon lui, n’est pas suffisamment pris en compte dans la recherche de solution Ă  la situation sĂ©curitaire au Mali. Il a fait allusion aux menaces transnationales comme les trafics de drogue et le terrorisme. Le ministre DIOP a soulignĂ© avec regret que le mandat de la mission concerne le territoire malien pendant que beaucoup de choses se passent ailleurs et arrivent au Mali sans que la mission ne puisse agir. C’est pourquoi soutient-il qu’il faudrait saisir les opportunitĂ©s de collaboration au niveau de la rĂ©gion pour travailler avec les pays frontaliers.
Le reprĂ©sentant spĂ©cial du secrĂ©taire gĂ©nĂ©ral des Nations unies au Mali, Mahamat Salleh ANNADIF, a informĂ© que le C34 est un organe extrĂȘmement important pour les Nations unies. Selon lui, la mission du C34 est venue au Mali pour examiner la situation sĂ©curitaire et faire le point et les recommandations Ă  qui de droit.
Pour sa part, le chef de la dĂ©lĂ©gation, Michael GRANT, a soulignĂ© qu’il est important de comprendre la situation sur le terrain, les dĂ©fis et les opportunitĂ©s. Selon lui, c’est cela qui justifie leur prĂ©sence au Mali.

PAR MODIBO KONE

PARTAGER

6 COMMENTAIRES

  1. Monsieur le Ministre
    La nature de la Menace a ete etudieĂ© et peseneter dans des reunions de haut niveau. Des hauts Responsables civils et militaires de l’Afrique ont Ă©tĂ© exposĂ©s Ă  cette notion sous l,Ă©gide du MinistĂšre de la DĂ©fense de la plus grande puissance du Conseil de SĂ©curitĂ© des Nations Unies, les États Unis.
    Demandez au PrĂ©sident Bouyoya qui a dirigĂ© en 1998 la mission et rĂ©dige le rapport que lui a prĂ©sentĂ© Ă  un Sommet extraordinaire pour la sortie de la Crise des 11 États de l’Afrique centrale de la Crise. C’est le citoyen abdoulaye niang. La la ben barka est .ieux placĂ©e pour tĂ©moigner pour tĂ©moigner Ă  cause de so rĂŽle ignoble pour empĂȘcher le relĂšvement de l’Afrique centrale au profit de la France.
    Vous avez Ă©tĂ© laissĂ© pendant 3 ans a gerĂ© le pays dans l’exclusion et dans la mafia qui a conduit au chaos.
    Le temps est arrivĂ© pour la mobilisation gĂ©nĂ©rale et de mettre fin Ă  l’emprise de la mafia sur le Mali et d’amorcer le relĂšvement durable de l’État en capacitĂ© de rĂ©ponse Ă  la demande du citoyen
    http://Www.centresene.org/livre blanc
    abdoulaye niang, ph.d

  2. NOUS DISONS ET RAPPELONS IL NE FAUT JAMAIS AU GRAND JAMAIS COMPTER SUR LES AUTRES OU UN TIERS POUR ASSURER LA SÉCURTITÉ LA DÉFENSE DE SON PAYS AU RISQUE DE VOIRE SON PAYS SOMBRER DANS UN CHAOS INDESCRIPTIBLE

    Nous disons et rappelons il revient donc aux maliens et maliennes fiers honnĂȘtes ayant 1amour profond pour leur Mali tel indiquĂ© dans leur hymne national ILS DOIVENT ETRE TOUS DEBOUT SUR LES REMPARTS ET DIRE QU’ILS ONT MARRE DE LA PRESENCE DE TOUTES CES FORCES SOUS MANDATS DE RENOUVELLEMENT EN RENOUVELLEMENT DE MANDATS POUR LA KIDALISATION LA CHAOTISATION DE LEUR MALI DE RENOUVELLEMENT EN RENOUVELLEMENT DE MANDATS TELS ELLES L’ONT FAIT EN YOUGOSLAVIE AVEC SA BALKANISATION AU SOUDAN AVEC SA SOUDANISATION EN IRAK EN AFGHANISTAN AVEC LEUR CHAOTISATION INDESCRIPTIBLE ET ILS DOIVENT ETRE TOUS DEBOUT UNIS AUX FRONTS DE GUERRE POUR SAUVER LEUR MALI ET LE LIBERER ILS DOIVENT ETRE DEBOUT EN MARCHE POUR L’AVENEMENT D’1MALI ENTIER UNIQUE REPUBLICAIN HONNETE DEMOCRATIQUE ET LAIC ET EXIGER L’EQUIPEMENT IMMEDIAT DE LEUR ARMEE en armes avions hĂ©licos de combat modernes adaptĂ©s non usagers achetĂ©s chez les soit disant amis ennemis les Autres Communistes comme Ă  l’indĂ©pendance de leur Mali quand les soit disant amis ennemis les Anciens Colonisateurs de leur Mali avaient refusĂ© comme c’est le cas aujourd’hui ET CONFIER LES FRONTS DES COMBATS CONTRE LES VOYOUS DE FAMEUX TERRORISTES FAUX DJIHADISTES FAUX ISLAMISTES AUX SOLDATS ET OFFICIERS MALIENS PROTOTYPES DES MALIENS ANTIQUES FIERS HONNÊTES COURAGEUX INTRÉPIDES COURAGEUX SANS PEUR PRÉFÉRANT LA MORT Á LA HONTE QUI ASSUMERONT AVEC SUCCÈS LEUR MISSION RÉGALIENNE

    Nous disons et rappelons ET INSISTONS si LES SOIT DISANT AMIS ENNEMIS LES AUTRES ANCIENS COLONISATEURS ET AUTRES ORGANISATIONS AVEC LEURS SOLDATS SOUS MANDATS DE RENOUVELLEMENT EN RENOUVELLEMENT DE MANDATS VOULAIENT L’UNITÉ DU MALI ILS L’AURAIENT DÉBARRASSER DEPUIS FORT LONGTEMPS DES VOYOUS DE FAMEUX TERRORISTES FAUX DJIHADISTES FAUX ISLAMISTES BASÉS DANS UN ENDROIT BIEN CIRCONSCRIT AU PAYS KIDAL ET QUI NE SONT POINT DES FOUDRES DE GUERRE COMME ILS LE SAVENT SI BIEN ET EN OUTRE ILS ONT LES MOYENS MATÉRIELS MILITAIRES

    *les chefs responsables des soldats sous mandat de renouvellement de mandats ont Dit et RĂ©pĂ©tĂ© Dans Toutes Leurs Principales Langues qu’Ils Ne Sont Point au Mali Pour Combattre les Voyous de Fameux Terroristes Faux Djiahadistes Faux Islamistes Mais qu’Ils Sont au Mali Uniquement Et Uniquement Pour S’interposer Ă  l’AvancĂ© des Forces de DĂ©fense et du SĂ©curitĂ© du Mali vers le Pays Kidal Jusqu’à la Kidalisation Effective du Mali de Renouvellement en Renouvellement de Mandats Tels en Yougoslavie avec Sa Balkanisation au Soudan avec Sa Soudanisation etc

    Nous disons rappelons et insistons NOUS SOMMES DANS UNE COMPÉTITION MONDIALE ÉCONOMICO POLITICO MILITARO RELIGIEUSE OÚ TOUS LES COUPS SONT PERMIS SANS AUCUN ÉTAT D’ÂME POUR FAIRE MAL DÉTRUIRE ASSERVIR SOUMETTRE DÉPOSSÉDER L’AUTRE ET OÚ IL N’Y A PAS DE PLACE POUR LES BÊTES LES COMPLEXÉS LES COUARDS LES CUPIDES LES FAIBLES LES FAINÉANTS LES FARFELUS LES IDIOTS LES INSOUCIANTS LES LAXISTES LES MÉDIOCRES LES MENDIANTS LES NAÏFS LES PARESSEUX LES PEREUX LES PLEURNICHARDS LES RÊVEURS LES SENTIMENTAUX LES SYBARITES LES TARÉS

  3. Dear Comrades if goal is to bring terrorists ordeal to a just plus proper conclusion we have no alternative but to deal with terrorists by violence featuring cautious but relentless offense. Like offense necessitate holding not only terrorists but also their operatives accountable. Real time communication between citizens plus authorities is also a major factor which could timely be addressed if UN do not require restraints be enacted against violent terrorists of Mali plus wherever they be in Africa. It is in innocent people of Africa best interest plus obligation our to civilization to act in manner no matter how violent which might save innocent people of Mali plus Africa from evil acts of terrorists. Very sincere, Henry Author Price Jr. aka Obediah Buntu IL-Khan aka Kankan.

  4. Diop ne fait que tourner autour du pot: pourquoi ne pas dire, nous voulons que la France et ses alliĂ©s nous laissent rĂ©armer les FAMA. Et donner la garantie que nos forces ne toucheront pas un seul cheveux des groupes armĂ©s signatures de l’accord de paix (puisqu’ils sont dĂ©jĂ  dans la logique de la paix).
    Ce que la munisma a investi au Mali depuis le dĂ©but, mĂȘme si on en donnait les 20% en armes ,en plus de l’effort du gouvernement Malien, les FAMA seraient efficacement Ă©quipĂ©es et la donne aurait changer.
    Le problĂšme du Mali :c’est que les politics font dĂ©sormais semblent de gĂ©rer le pays, or en rĂ©alitĂ© ils ne font qu’occupper les postes, profiter de la nation (depuis 1968),et raconter des bobards, laisser les problĂšmes stagnes…

  5. Ce Ministre Diop a transforme le MAE en systeme mafieux. Il est long pour zero . bĂȘte rien ne le reussi. Il fait la promotion de ses amis et pietine les autres conseiller meritant avec son conseiller fantome Mr. Mahamadou Simaga.

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here