Mme Kadidia Yattara, malienne ressortissante de Tombouctou : “Il faut que tous les points obscurs de la crise soient traités pour que les accords signés soient applicables “

3

 

Mme Kadidia Yattara
Mme Kadidia Yattara

Devenue une proie politique à cause de ce qu’elle sait sur le dossier de la rébellion touarègue du Mali, elle est engagée à dévoiler toute la vérité. Lors d’une rencontre, Mme Yattara a déclaré qu’il faut que tous les points obscurs de la crise du nord Mali soient traités pour que les accords signés soient applicables. Elle s’est également dite prête à fournir des informations au gouvernement malien afin que les éléments flous qui entravent une paix durable dans notre pays soient élucidés.

Tenue à Bamako en mars 2015 sur convocation des autorités politiques du Mali, Mme Kadidia Yattara a travaillé plus de 40 ans au Consulat de Mauritanie en France. Longtemps soupçonnée d’alimenter plusieurs rébellions du Mali, cette vieille dame (71 ans) se bat aujourd’hui pour que la vérité triomphe sur la crise du nord de notre pays. ” Je n’ai jamais été de près ni de loin associée à une rébellion. J’ai toujours défendu mon pays. J’ai été très active à Paris sur la scène politique. J’ai tenu des conférences sur la laïcité, le mot ” Azawad ” et  la rébellion pour battre en brèche les arguments du MNLA. Étant donné que je devenais gênante, il fallait que je dégage du terrain français. Et aussi, il ne fallait pas que je sois active au Mali, parce que je connais l’histoire de ce conflit. Tout s’est fait autour de moi. J’ai toujours essayé d’attirer l’attention des autorités maliennes. Mais, elles refusent de traiter le problème. Or, c’est la clé pour trouver la solution. Il a aussi d’autres points douteux qui doivent être élucidés “, a-t-elle confié.   S’agissant des accords de paix signés par le gouvernement du Mali et les groupes armés, l’ancien secrétaire du consulat de la Mauritanie à Paris dira : ” Ces accords prennent en compte plusieurs de mes préoccupations. Mais, il faut que tous les points obscurs de la crise du nord du Mali soient traités pour qu’ils soient applicables. C’est le gage d’une paix durable. Il faut exterminer toutes les graines qui peuvent créer une autre rébellion. Pour ce faire, le problème de l’implication de certains pays voisins doit être posé et traité sur la table”.

Bien qu’elle a été victime de plusieurs agressions et harcèlements politiques, Mme Kadidia Yattara est déterminée à aller jusqu’au bout de sa lutte. Elle s’est même engagée à fournir des informations capitales au gouvernement malien. ” Je ne comprends pas pourquoi certains hommes politiques sont timorés quand il s’agit  de poser ce problème. Ils préfèrent le flou pour l’utiliser politiquement. On m’a fait venir de la France pour m’anéantir. Étant sous résidence surveillée, j’ai été agressée. En plus, mes droits de retraite ont été bafoués. C’est dire qu’il y a deux instructions me concernant. L’une qui vient de Kolouba pour me protéger et l’autre qui vient d’ailleurs pour me détruire. Malgré tout, je veux aider les institutions maliennes à connaitre la vérité et à avoir des éléments pour en finir définitivement avec cette crise du nord. Car, il y a certaines vérités que l’État malien ne peut pas savoir sans mon concours “, a-t-elle martelé. Toutefois, Mme Yattara a tenu à remercier le président IBK pour l’avoir protégé.  

              Sory Ibrahima COULIBALY

 

PARTAGER

3 COMMENTAIRES

  1. Je ne coimprend pas le but de cet article. Le journaliste dit que cette dame a des informations et il ne le livre pas. Si vous avez des informations que vous croyez seul à détenir, il faut les porter à la connaissance de tous les maliens pour qu’ils sachent !

  2. Je vous conseille madame de tout ecrire et les confier à quelqu’un en qui vous avez confience avant de parler car les ecris ne disparaissent pas. Vous s’avez _vous même que vous etes entre le marteau et l’enclume. Pourqu’oi n’avez _vous pas pendant tout ce temps saisi des associations feminines en EUROPE pour vous couvrir..? Que puisse le bon DIEU te proteger .

Comments are closed.