MNLA : Le danger de la question touareg

12 réactions [-] Texte [+] Email Imprimer

Ce n’est vraiment pas un hasard si les gangsters du Mouvement National de Libération de l’Azawad (MNLA) sont omniprésents dans le feu de l’actualité. Pour celui qui suit et accorde un grand intérêt aux affaires maliennes, il y a une évidence qui est apparue selon laquelle des ‘’mains invisibles’’ sont en train de travailler d’arrache-pied pour imposer et maintenir le MNLA à la surface d’une eau trouble qui est loin de s’éclaircir.

Des combattants touaregs du MNLA dans le nord du Mali.
RFI/

En effet, depuis le démarrage de l’intervention militaire, plusieurs organisations de défense des droits de l’homme n’arrêtent pas de se succéder dans la dénonciation d’exactions, des actes de vengeance qu’aurait commis l’armée malienne à l’encontre des populations touaregs. Comme nombre de confrères et observateurs simples, il urge de marteler que cette démarche vise à renforcer, voire à réconforter le MNLA dans son gangstérisme et, dans le même temps, à casser le moral de nos vaillants soldats dans leur mission régalienne de rétablir l’intégrité territoriale du pays. Aussi, est-il difficile de ne pas constater que la position de ces organisations est celle du deux poids, deux mesures en raison de leur mutisme qu’elles ont observé jusqu’ici sur le massacre des soldats maliens à Aguelhok.

Au-delà de constat qui est d’ordre général, il faut aujourd’hui jeter la pierre à la guérilla séparatiste touareg qui continue à maintenir le cap dans sa revendication d’autodétermination ou d’autonomie que l’Etat malien n’a jamais accepté. Alors question : que dire après que le MNLA, dans son gangstérisme, a internationalisé la situation en faisant appel à l’ONU et en proclamant l’indépendance de l’utopique Azawad ? Comment comprendre qu’il ait pu rencontrer l’adhésion, en Europe surtout, d’anciens ministres, de députés, d’intellectuels assez ignares qui le soutiennent dans sa démarche ? Disons tout ironiquement que la guérilla séparatiste touareg – a moins qu’elle soit sénile – fait semblant d’oublier sa politique renégate qu’on n’a pas oublié. Et c’est grave ! Une autonomie pour faire quoi ? Pour faire bande à part dans un pays qui souffre dans son ensemble, où le citoyen supporte difficilement son quotidien ? Le ridicule ne tue pas…

En réalité, on comprend sans mal que le MNLA tente d’engloutir l’océan de problèmes dans lequel le pays est enfoncé.  Des systèmes éducatif, culturel et sportif se dégradant au vu et au su de tout le monde, des familles se disloquant au jour le jour, un pays menacé dans sa profondeur… voilà autant de défis qui attendent d’être relevés. Des aspirations partagées par tous, les touaregs y compris ! Et si le MNLA, dans l’ivresse de son banditisme, croit qu’avec son autonomie ou son autodétermination il est en état d’atteindre ces aspirations, c’est qu’il est immature. De fait, les dangers de la question touareg sont importants. Et on le sait, cette revendication à caractère purement ethnique, est en déphasage avec l’air du temps. Le Mali est un pays fait de diversités, et qui le restera quoi qu’il advienne. Le bonheur de ses fils comme partout dans le monde est appuyé sur une interdépendance du fait de la structure économique et politique.

Boubacar Sangaré

 
SOURCE:  du   31 jan 2013.    

12 Réactions à MNLA : Le danger de la question touareg

  1. Always excellent to find a new blog site this good! I will be back for specified.

  2. Good blog! I truly love how it is easy on my eyes and the data are well written. louis vuitton coin pouch http://louisvuittononlineoutlet2013.blogspot.com/

  3. Anaiss

    Et les chiens se taisaient . Depuis que l’armée malien est rentrée à kidal on n’entend plus ces chiens aboyer .

  4. Chers frères et sœurs et compatriotes du Mali,
    Je voudrais attirer votre attention sur une propagande du MNLA qui circule sur le net et peut être même sur certains media. L’objectif de cette propagande est de créer la confusion dans vos esprits afin de déstabiliser le pays et compromettre les relations entre notre pays et la France. La France qui aujourd’hui plus que jamais représente une nation sœur et un allié de taille du Mali. Je suis convaincu que la France respectueuse des valeurs internationales et diplomatiques entre les nations du monde ne permettra jamais a ses vaillants soldats de se faire accueillir sous un drapeau qui ne représentent personne. La France est une grande nation, respectueuse des valeurs républicaines. A Kidal et partout au Mali, la France ne reconnait que le Mali.
    A Gao, Tombouctou, Konna, Douenza et ailleurs ce sont les couleurs françaises et maliennes qui ont accueilli les braves soldats français et maliens a leur entrée dans les villes. Et ce sera de même a Kidal et partout au Mali.
    La France n’entreprendra aucune action visant a compromettre la souveraineté et l’intégrité territoriale du Mali. Ces apatrides et associes du diable ne méritent pas votre attendre et surtout ne doutez pas de la bonne foi des autorités françaises a aider notre pays a se débarrasser de tous les terroristes et de leurs alliés ou qu’ils soient sur notre territoire national.
    Ne cédons pas aux tentatives du diable et restons soudées aujourd’hui plus qu’hier car c’est de cela dont la pays a besoin.
    Comme l’a dit le Président Dioncounda, l’armée malienne ira au delà de Kidal pour faire la guerre implacable et sanglante aux terroristes et aux ennemis de notre nation. Faites confiance a notre armée et nos amis qui nous portent secours en ce moment difficile de notre histoire.
    Encore une fois ne cédons pas aux rumeurs, et a la propagande de nos ennemis restons unis et forts. Vive le Mali Uni dans la Diversité.

  5. Miniankaden

    C’est quoi la « question touareg ». Cela fait des decennies qu’on nous casse les peids avec cette expression. Qu’est ce qu’elle veut dire au juste? :evil: :cry: :evil: :cry:

  6. Iliaque

    Certes Il y a des Pillages a Tombouctou,Condamnable Mais Tout a fait Logique! Quand une population Goutte subitement a la Liberté après une longue confiscation le pillage devient un corollaire surtout en Afrique! a Tombouctou comme à Bamako cela peut arriver.
    Autre Logique a ne confondre a des Vengences ou des traques ethniques; a Tombouctou tous les proprietaires de Magasin de commerce sont des Arabo-berberes.Voilà ce qui peut conduire à des confusions et des accusations Gratuites.
    Les Exactions et vengence Sont a denoncé Certes Mais en Voulant les Eviter Certaines Personnes et Organisations Sont entrain de les Creer par Mensonge, les banaliser ce qui n’est pas Risque a moins que ce Risque Soit en fait leur Objectif à eux.
    Les Populations Connaissent leur bourreau, a ce niveau pas d’amalgame il reste juste qu’elles les livrent aux autorités ou les denoncent.
    Au lieu de Crier partout dans les medias,Ils peuvent participer a des actions de Sensbilisations à l’endroit de l’armée et des p

  7. Mael14

    La question touareg n’est autre que le fait que tout dirigeant touareg s’ imagine en émir quatari assis sur un puits de pétrole et entouré d’ esclaves noirs grattant le sol pour lui . Nourri ,mouché ,torché,bordé et tout çà par la sueur des autres!!! Une seule activité semble digne d’eux:s’ enturbanner la téte et se pavaner sur les chameaux pour enflammer l’imagination des occidentaux… et surtout des occidentales !

  8. kotigui02

    la france est entrain de commencer une chose dont elle ne sait pas profondement ,ses bandits soit-disant « mnla » n’a jamais existé dans l’histoire du mali donc mefiance :roll: :roll: :roll: :roll:

  9. Que fait la France ? l’éléphant deviendra-t-il lapin ? La question MNLA ne se pose plus. Si la France est un etat démocratique, respectant la majorité, le MNLA n’existe pas au Nord du Mali car ns les Nordistes, en majorité meme avec les touareg, ne le reconnaisse pas. Mais, ce n’st pas la France mais l’armée malienne qui va s’arrêter suite au mots du MNLA. Si la france le dit pour ses otages, c’est normal mais l’armée malienne ne va jamais s’arrêter et les otages seront libres saints et sauf

  10. anti yihad

    nada de negociacion con mnl :twisted: