Mohamed Ag Intalla, nouvel Aménokal de Kidal

20
Mohamed Ag Intalla, nouvel aménokal de Kidal
Mohamed Ag Intalla, nouvel aménokal de Kidal

Deux jours aprĂšs la mort de l’amĂ©nokal de Kidal Intalla Ag Attaher, son successeur est dĂ©sormais connu. Il s’agit de son fils aĂźnĂ© Mohamed. L’information est tombĂ©e aujourd’hui et confirmĂ©e par nos sources sur place Ă  Kidal.

Beaucoup le considĂ©raient comme Ă©tant le successeur potentiel de son pĂšre. Fils aĂźnĂ©, il avait selon certains observateurs les qualitĂ©s d’un amĂ©nokal, Ă  cause de son, calme, son sens de l’Ă©coute. Pourtant un grand nombre d’observateurs pariaient plutĂŽt sur la dĂ©signation de son frĂšre cadet Alghabass, qui est une personnalitĂ© trĂšs influente au sein de la tribu ifoghas. Leader du Haut Conseil pour l’unitĂ© de l’Azawad, mouvement rebelle, il fut un moment proche d’ançar dine d’Iyad Ag Ghali. Ce qui aurait pu jouer selon certains en sa dĂ©faveur.
Selon plusieurs sources le dĂ©funt amĂ©nokal l’avait dĂ©jĂ  dĂ©signĂ© bien avant sa mort. Et une rencontre inter-communautaire Ă©tait prĂ©vue pour procĂ©der Ă  son intronisation. Cependant de lourdes taches attendent le nouveau chef coutumier au moment oĂč la rĂ©gion de Kidal est sous l’emprise de groupes armĂ©s et jihadistes.

Selon l’Honorable Assory Aicha Belco Maiga, Mohamed Ag intalla est un rĂ©publicain et un homme de paix. Pour le dĂ©putĂ© de Tessalit, le successeur d’Intalla pourra faire de son mieux pour le retour de la paix et la rĂ©conciliation.
Assory Aicha Belco Maiga est joint par Sekou Gadjigo.

« Si cela s’avĂ©rait vrai l’honorable Mohamed Ag Intalla est un rĂ©publicain, un homme de paix un rassembleur et un conciliateur. C’est difficile quz Mohamed fasse ce qu’Intalla a fait, parce que les temps ont changĂ©. Les gens ne son plus comme ils Ă©tait avant. Il ne va pas peut-ĂȘtre faire textuellement e que son pĂšre a fait. Je sais qu’il a des valeurs intrinsĂšques et des valeurs sociĂ©tales de faire quelque chose.

La tache va ĂȘtre trĂšs ardue pour lui et pour tout le monde, mais je pense que la mort du patriarche va occasionner un dĂ©clic chez ses enfants qui vont aujourd’hui ĂȘtre conscients qu’ils ont une lourde tache qui est de reconstituer de rassembler la rĂ©gion de Kidal. En tout cas j’ai beaucoup confiance Ă  Mohamed si c’est lui le successeur »...…Lire la suite de l’article sur studiotamani.org

PARTAGER

20 COMMENTAIRES

  1. Hama Ag Sidi Mohamed/Jordan :”On sait, par ailleurs, que le pouvoir malien prĂ©fĂšre que le Nord soit plutĂŽt gĂ©rĂ© par les terroristes que par les Touareg.” HAAA! Vous voulez le Nord Pour Tous les Nordistes ou pour Seulement les Touareg? C’EST celĂ  votre idĂ©e de l’Azawad? une colonie Touareg!

  2. Mohamed Ag Intallah est d’une personnalitĂ© plus marquĂ©e que celle de son cadet Alghabass. Il peut bien doser l’ardeur de Iyad Ag Ghali qui est un va t-en guerre. Le salut du Mali se trouvera dans cet Ă©quilibre car il faut trouver quelqu’un capable de mettre hors jeu Iyad. Je me rappelle une fois aucours d’une rĂ©union de cadres Ă©largie Ă  la notabilitĂ© de Kidal, lorsque Intallah vieillissant a pris la parole pour avancer un argument politique, monsieur Wadossen alors dĂ©putĂ© a tentĂ© d’y opposer des contradictions. Il n’en fallait pas cela pourque Mohamed Ag Intallah se lĂšve pour aller serrer le turban de Wadossen et tenter de l’Ă©trangler publiquement au motif qu’il ne peut braver son pĂšre. Il a fallu l’intervention de l’assistance pourque Wadossen se libĂšre. Et Mohamed de dire ceci “Celui qui essayera de bafouer l’autoritĂ© de mon pĂšre, connaitra la mort Ă  ses dĂ©pend”. Du coup ce fut le coup de froid dans la salle. Depuis, WadossĂšn n’a plus Ă©tĂ© reĂ©lu dĂ©putĂ© Ă  Kidal. VIVE LA REPUBLIQUE

    • SacrĂ© sankingba ! 🙄

      il a des infos “intĂ©ressants” sur tout et sur tous ! 😀

      Qui se cache derriĂšre le pseudo sankingba ?….mystĂšre, mystĂšre ! 8)

    • Tu sais cher ami, la seule solution face a des criminels comme yamaden:

      1. Former des agents, des detectives, charges de reperer ce genre de personne
      2. Former des snipers, qui leur logent une balle dans la tete…

      Le mal n’aura pas la paix, tant que le mali ne tue pas ces gens. Il faut qu’ils aient peur…

      Sinon les 2/3 du pays va devenir comme l’est du Congo, une zone de bordel et de massacres perpetuelles

  3. “l’honorable Mohamed Ag Intalla est un rĂ©publicain”

    Regardeez-moi ca, le corps du diable n’est meme pas encore chaud qu’ils sont en train de faire les memes koneries k’avec son fils…

    En koi cet type est honorable?
    Il a cree des entreprises et donner du travail a la jeunesse?
    Il a construit des ecoles ?
    Il a construit des maternites?
    Il a construit des chyateaux d’eau-des routes…?

    Dire que ce fils de chien, son pere, est un honorable, revient a dire que att, alpha, ibk … sont des gens biens, responsables, qui ne font pas de gariboudeya aupres du fmi, etc… Ca donne envi de vomir!

  4. 😯 🙄 , je ne connais pas ce mec la qui herite encore un autre fauteuil apparenment plus celui de l’A.N 😯 🙄 . Tel pere, tel fils. C’est ce que l’adage dit il parait mais je ne crois trop a cet adage. On verra, cas meme Chato est bien parler de ce mec, maintenant il faudra attendre t voir ses actions et comment il travaillera pour la reconciliation et la paix.
    La participation des uns et des autres dans la resolution de cette crise est de mise quelque soit les positions et il faudra une main fer pour qu’une solution soit trouver sinon nous sommes entrain de depenser des milliards de fcfa pour rien. ces ous pourraient servir a ameliorer le systeme educatif, la sante, la securite et la creation d’emplois. Je crois bien. Les differents commentaires et idees avancees sont plus quimportants. Servons nous en.

  5. J’attire votre attention sur le fait que ce monsieur est sensĂ© ĂȘtre dĂ©putĂ© Ă  l’AssemblĂ©e nationale et qu’il est membre Ă©minent d’un groupe qui a pris les armes contre la nation.Il a Ă©tĂ© Ă©lu sur la liste du parti au pouvoir le RPM qui ne l’a jamais dĂ©nonce bien au contraire.Tout autre pays au monde que le Mali en aurait tirĂ© les consĂ©quences. Tout ce qui nous arrive est de notre fait.

  6. Hama Ag Sid Ahmed. Conseiller spécial chargé des affaires politiques auprÚs du secrétaire général du MNLA
    «Il faut sortir des vieilles recettes des années 1990»
    Taille du texte normaleAgrandir la taille du texte

    le 20.12.14 | 10h00 RĂ©agissez
    zoom
    Imprimer Envoyer Ă  un ami Flux RSS Partager

    Les nĂ©gociations intermaliennes vont reprendre en janvier prochain Ă  Alger. Le ministre français de la DĂ©fense, Jean-Yves Le Drian, dont le pays est militairement fortement engagĂ© au Mali, a Ă©mis le souhait, la semaine derniĂšre, que ce round de discussions se conclue par un accord dĂ©finitif. Ce vƓu est exprimĂ© aussi par bon nombreux d’acteurs impliquĂ©s dans la crise du septentrion malien. Seulement certains groupes, comme le MNLA-CTEA, estiment que les discussions ne vont pas encore suffisamment au fond des choses. Hama Ag Sid Ahmed, conseiller spĂ©cial chargĂ© des affaires politiques auprĂšs du secrĂ©taire gĂ©nĂ©ral du MNLA, explique pourquoi il n’est pas Ă©vident que tout soit bouclĂ© en janvier 2015.

    – Que pensez-vous des rĂ©centes dĂ©clarations du ministre français de la DĂ©fense dans lesquelles il dit attendre un accord pour janvier 2015 ?

    Je pense que la France devrait s’associer Ă  la mĂ©diation officielle pour identifier les blocages, les parties qui en sont les causes et soumettre des propositions ou des contre-propositions pour dĂ©bloquer la situation. Pour que ses dĂ©clarations aient un Ă©cho sur le terrain, la France doit aussi pousser le pouvoir malien Ă  ne plus mentir et Ă  aller vers de vraies nĂ©gociations de paix. Il est primordial Ă©galement que la France oblige le pouvoir malien Ă  dissoudre les miliciens et les autres groupes armĂ©s pilotĂ©s par Bamako qui empĂȘchent les nĂ©gociations d’aboutir.

    – Pourquoi, que se passe-t-il sur le terrain ?

    Nous nourrissons de grandes inquiĂ©tudes quant Ă  l’avenir de la rĂ©gion. Nous savons que les miliciens dont je viens de parler et les barons de la drogue (d’anciens membres du Mujao, ndlr) ont passĂ© un deal avec Bamako lors d’une rencontre dans la capitale malienne au mois de septembre dernier. Ils prĂ©voient de rĂ©cupĂ©rer le territoire abandonnĂ© par l’armĂ©e malienne par la force au nom de l’Etat malien sans une implication trop visible des militaires maliens.

    Le financement de ces miliciens sera assuré par certains barons de la drogue bien connus qui sont restés toujours fidÚles au pouvoir en place. Pour accomplir ce sinistre travail, ces miliciens et ces barons ont posé des conditions que le pouvoir malien a visiblement acceptées. Quant aux discussions, il revient à la médiation de faire des propositions intéressantes et de ne pas se focaliser sur les vieilles recettes des années 1990.

    Ce qui est curieux de la part de la mĂ©diation internationale, c’est qu’elle associe ces mĂȘmes miliciens aux nĂ©gociations d’Alger. Il y a une embrouille. Il y a un jeu dangereux pour l’avenir de la paix. Si la communautĂ© internationale impliquĂ©e dans ce processus ne fait pas la part des choses, ne tient pas compte des vrais acteurs qui sont Ă  l’origine de l’insurrection, les seuls en mesure de faire la paix ou de faire la guerre, il y a un risque manifeste d’aboutir Ă  un Ă©chec.

    – Qu’attendez-vous concrĂštement de la mĂ©diation ?

    Nous demandons Ă  la mĂ©diation comme Ă  la France de s’interroger sur le jeu trouble de Bamako. Pour sortir de l’impasse actuelle, il n’est pas productif de revenir Ă  la dĂ©centralisation issue du pacte national signĂ© en avril 1992, comme c’est le cas en ce moment. Il faut passer Ă  autre chose. La mĂ©diation comme la France devraient faire des propositions nouvelles qui se dĂ©marquent de celles qui existent dĂ©jĂ . Lors de la derniĂšre rencontre d’Alger, c’était comme si les parties se rencontraient pour la premiĂšre fois.

    Il faut que la mĂ©diation soit patiente. On sait, par ailleurs, que le pouvoir malien prĂ©fĂšre que le Nord soit plutĂŽt gĂ©rĂ© par les terroristes que par les Touareg. C’est lĂ  qu’on voit que les divergences sont trop grandes. Nous osons espĂ©rer que lors du prochain round de discussions, le prĂ©sident malien donnera un mandat plus sĂ©rieux Ă  ses dĂ©lĂ©guĂ©s.

    En tout cas, d’ici la prochaine rencontre prĂ©vue en janvier, nous espĂ©rons que la mĂ©diation et la France prendront le temps nĂ©cessaire pour faire un vrai diagnostic de la situation sur le terrain et tiendront en compte les erreurs faites par le passĂ©. Ce n’est que de cette maniĂšre que nous pourrons aboutir Ă  une paix durable qui profitera aux populations.

    – Quelle serait, selon vous, la solution idĂ©ale ?

    Il faut doter cette rĂ©gion d’une large autonomie politique
 avec de larges compĂ©tences. Des compĂ©tences qui vont au-delĂ  des pouvoirs qu’octroit la dĂ©centralisation actuelle au Mali. Je fais ici rĂ©fĂ©rence au projet remis aux parties lors de la derniĂšre rencontre en novembre Ă  Alger. Ce document n’est qu’un vieux projet de dĂ©centration qui Ă©tait dans les cartons depuis plusieurs annĂ©es. Un projet que les autoritĂ©s maliennes n’ont pas encore achevĂ© d’écrire et qu’elles ont peur de finaliser pour des raisons financiĂšres.

    Avec la situation qui prĂ©vaut dans la partie nord du Mali, Bamako s’est dit qu’il y avait lĂ  une opportunitĂ© pour le mettre au goĂ»t du jour. Comme disaient certains il s’agit d’une «dĂ©mocratie participative locale trĂšs mince». Nous devons sortir complĂštement de cette recette, c’est-Ă -dire de cette mince dĂ©mocratie participative locale.

    Il faut oser aller plus loin et cela dans l’intĂ©rĂȘt de la stabilitĂ© de la sous-rĂ©gion et du Mali en particulier. En d’autres termes, il faut que les reprĂ©sentants de la rĂ©gion de l’Azawad soient en mesure de prendre des dĂ©cisions politiques, sĂ©curitaires et socio-Ă©conomiques d’importance.

    Il faut qu’ils soient en mesure de prendre ou d’annuler des lois ou des textes qui sont en contradiction avec les spĂ©cificitĂ©s locales. Il est important Ă©galement que ses reprĂ©sentants aient de vraies compĂ©tences. La liste est encore longue. De telles expĂ©riences ont dĂ©jĂ  donnĂ© des rĂ©sultats trĂšs positifs dans certains pays.

    Pourquoi pas chez nous ? Alors, au lieu de continuer à nous taper dessus pourquoi ne pas faire simple. Chaque partie y trouverait son compte. En tout cas, il y a une opportunité pour les parties en conflit ainsi que pour la communauté internationale impliquée dans ce dossier de corriger les erreurs passées et de trouver un juste milieu.

    • Ces leadeurs du mnla ne cherchent que leur position ou statut personnel dans cette nouvelle entitĂ© “fĂ©dĂ©rale ou autonome”, le sort des populations est leur derniĂšre soucie…

      Vous pouvez continuer Ă  rĂȘver ! Au moment oĂč les uns et les autres pensent Ă  l’effacement des frontiĂšres et Ă  la crĂ©ation de grands ensembles, vous vous vĂ©gĂ©tez encore dans le racisme, la xĂ©nophobie et la marginalisation. Si la carte du Mali doit changer, ce serait en s’agrandissant, en Ă©limination des frontiĂšres tracĂ©e par la colonisation, source de tous nos malheurs !

      le peuple malien n’acceptera jamais de fĂ©dĂ©ralisme encore moins le mot “azawad” pour dĂ©signer quoi que ce soit dans notre pays ! 👿

  7. Continuons Ă  rĂȘver de la facilitĂ©, et de l’hypocrisie. Le Mali n’avancera pas tant qu’il aura pas de justice dans ce pays. Chacun regarde que son intĂ©rĂȘt dans ce pays. Aide-toi, le ciel t’aidera.

  8. Non Ă©vĂšnement ❗ ❗ On s’en fout, qu’ils aillent tous au diable lui et son pĂšre 👿 👿 👿

  9. Modibo Keita avait supprime les Chefferies traditionnelles.Pourtant certains de ces chefs tels que Maridie Niare s’etaient bien opposes a l’Administration coloniale.Quel est le parti politique,ou le leader politique qui a reinstalle ces chefs traditionnels?Nous sommes un pays democratique dans une Republique unitaire, si le pays doit progresser vers les libertes fondamentales ,le premier travail a faire consiste a transformer les mentalites.Les citoyens doivent prendre conscience de leurs droits et obligations.Les positions de chef doivent etre electives.Les meilleurs doivent sortir des masses et guider pour le bien de la societe.Sauf un chef democrate peut reellement comprendre l’egalite des citoyens,l’importance des femmes dans la societe,leur role de citoyenne a part entiere et leur role pour l’education des enfants,fondement d’un pays respectueux des valeurs culturelles et morales.Les Chefs traditionnels ne sont pas les gardiens des valeurs societales.Le choix entre les traditions a conserver et les traditions a supprimer est confie au Legislateur.Mettons fin au travail contre -productif!

  10. APRES TANT DE CRIMES COMMIS PAR SA COMMUNAUTÉ CE MONSIEUR VIEUX INTALLAH EST VOUE A L’ENFER……………………….

    💡

  11. Ce titre vient d’ĂȘtre usurpĂ© Ă  Iyad Ag ALI qui est aujourd’hui le leader naturel des Ifoghas.

  12. A quand ses bĂȘtises de succession vont s’arrĂȘter au mali ce sont des gens qui ne sont pas rentables vis a vis de l Ă©tat et ce sont des personne qui vont passer toute leurs vie a la charge du contribuable malien

    • Est ce que tu t’acquitte de tes impĂŽts???? Ce n’est pas parceque tu n’est pas important dans ta sociĂ©tĂ© qu’il faudrait manquer du respect aux autres!!!!apprend Ă  respecter les contribuables maliens , ils savent se dĂ©fendre et poster des commentaires. Respecte toi toi mĂȘme .

      • Contribuables malien oui je contribut pour le dĂ©veloppement du mali rien que de faire travailler des gens rentre dans le dĂ©veloppement d’un pays

Comments are closed.