Nord du Mali : La CMA et la plateforme réclament un gouvernement de transition…

81
Sortie de crise : Réunion stratégique entre la Minusma, la CMA et la Plateforme pro-Bamako

A la réunion du 18 janvier 2016 du Comité de suivi de l’Accord pour la Paix et la Réconciliation au Mali, les groupes armés signataires dudit accord et la médiation ont rappelé « la responsabilité qu’a le Gouvernement malien dans la mise en œuvre de l’Accord ainsi que le rôle crucial devant être assumé également par les deux autres Parties signataires en la matière dans un esprit de co-responsabilité et de partenariat effectif pour la paix et la réconciliation ». Mais au-delà de ce discours officiel, repris dans un communiqué, la Coordination des mouvements de l’Azawad et la Plateforme ont, de sources concordantes, affirmé leur désir de siéger dans un gouvernement de transition ou tout au moins d’union nationale.

 La médiation internationale et les groupes armés signataires de l’accord pour la paix et la réconciliation au Mali, étaient la semaine dernière à Alger pour faire une évaluation à mi-parcours dudit accord.

Les mouvements armés, pressés de partager la soupe, n’ont pas manqué d’exprimer leurs inquiétudes quant à l’application de l’accord de paix issu du processus d’Alger. Elles s’étonnent d’ailleurs de la lenteur du gouvernement dans la mise en œuvre de l’accord de paix.

La CMA et la Plateforme, qui sont désormais dans une certaine complicité, auraient exprimé des préoccupations liées à la mise en œuvre de l’accord. Elles ont également fait cas de certaines solutions qui pourront avancer le processus de paix. Les deux parties seraient dans une dynamique de poser sur la table du président de la République des contributions détaillant leurs attentes par rapport au gouvernement dont elles seraient parties prenantes.

En clair, la CMA et la Plateforme pourront réclamer un gouvernement de transition ou tout au moins d’union nationale. « C’est la seule manière de refonder le Mali », a commenté un responsable de la rébellion.

A Alger, les groupes armés du nord ont égrené les difficultés qui ralentissent la mise en œuvre de l’accord. Ils ont soulevé des sujets relatifs à la   représentation des populations à l’Assemblée nationale (l’accord d’Alger prévoit l’augmentation     du nombre de circonscriptions électorales et/ou toutes autres mesures appropriées), la mise en place du Haut conseil des collectivités, la prise en charge des commissions techniques et même la détermination du statut des éléments de la future patrouille mixte.

La Rédaction

PARTAGER

81 COMMENTAIRES

  1. Que dieu guide monde massage et tous les présidents qui viendront après lui pour équiper,former et avoir des soldats prêts au sacrifice pour l’honneur et la liberté du mali.
    Nul part dans l accord d Alger il n est écrit gouvernement s union nationale ou gouvernement de transition

  2. Un accord qui ne sera peut-être jamais appliqué . C’est la seule explication pour justifier une si grande et incroyable lenteur .

  3. Les enfants chouchou de IBK cherchent son poste maintenant. C’est bien fait pour lui, l’appétit venant en mangeant. 😛 😛 😛

  4. Un gouvernement de transition ou un gouvernement d’Union Nationale
    se forme dans un but certain de faire des concessions majeures pour sauvegarder les interets primordiaux nationaux: l’integrite nationale fragilisee,l’autoritede l’Etat mise en cause,les divisions politiques a cimenter.Je m’etonne que de telles demandes soient faites alors que le cantonment,le desarmement et la demobilisation ne sont pas mis en oeuvre,alors qu’une grande partie du Nord echappe a l’autorite de l’Etat.Il y a des divergences notables qui doivent etre attenuees.Certains voient dans la politique de decentralisation une opportunite de disloquer la cohesion politique du Mali alors que la decentralisation est concue dans un esprit democratique de renforcer la participation des collectivites nationales au developpement du pays et de rapprocher les citoyens de l’administration locale et nationale.Des recommandations les plus bizarres ont ete proposes ,telles que la “decentralisation de l’armee,
    la decentralisation des domaines de Souverainete Nationale.Une consultation Nationale devrait preceder toute tentative de gouvernement d’Union Nationale ou de transition.Il faut de ce fait eviter la precipitation/

  5. Le chemin de la paix, la liberté et la réconciliation est constamment long. Nous avons tous été témoin de la signature de l’accord de paix. De ce fait, il est aussi de notre devoir de reconnaitre que l’adhésion de ces groupes armés au sein du gouvernement a été prescrite par l’accord de paix bien avant aujourd’hui.

  6. La paix n’a pas de prix, d’une part on peut dire que nos gouvernants ont fournis d’efforts pour réinstaurer la paix définitive enfin de redonner une belle image à ce pays. Malheureusement ce défi reste toujours vain. Donnons les du temps, le temps est une lime qui travaille sans bruit.

  7. N’oublions pas que le chef de l’Etat a été à 77 % par nous les citoyens lambda, quoi qu’il en soit nous devons le soutenir jusqu’à la fin de son quinquennat. A présent, c’est à lui et son premier Ministre de sortir les vraies cartes sur la table. Ils ont intérêt à impliquer ces ex rebelles dans la gestion du pouvoir enfin que les armes puissent rester dans les casernes.

  8. C’est vrai que la bonne nuit se sent depuis le crépuscule, mais la patience aussi est un chemin d’or. Même après deux ans de gestion peu raffiné, à mon humble avis rien ne nous empêche d’attendre et espéré encore.

  9. Le premier Ministre Modibo Keita doit comprendre qu’on a fini avec le mi-mandat d’IBK. Alors, c’est le moment de se donner au travail, car bientôt ce mandat prendra fin. Mais quoi qu’il en soit les ex rebelles seront bientôt dans un nouveau gouvernement.

  10. 😉 😉 😉 😉 L’implication des anciens rebelles dans le gouvernement peut aider le pays à ressortir de ce trou. Le Mali fut trop affectée par la guerre, la signature de l’accord ne peut pas réinstaurer en un clin d’œil la stabilité et garantir le retour définitif de la paix. La patience et le soutien doivent être notre slogan. 😥 😥 😥 😥 😥 😆 😆 😆 😆

  11. Si on se donne les mains et ensemble lutter contre les ennemis du Mali. Ayons confiance ne IBK et son gouvernement, cette crise du septentrion malien a beau être difficile, ils finiront par le résoudre. Par contre comprenons ce n’est pas du jour au lendemain, que les choses pourront voir le jour. 😳 😳 😳 😳 😉 😉 😉 😉

  12. A mon avis, le gouvernement malien est conscient de tout qui arrive à ce pays. Si par malheur quelque chose arrive à notre pays, il sera tenu coupable de cela. Soyez optimiste et non pessimiste. La confiance et le soutien du peuple à l’égard de leurs gouvernants est un grand atout pour parvenir à nos fins.

  13. A mon avis, le gouvernement malien est conscient de tout qui arrive à ce pays. Si par malheur quelque chose arrive à notre pays, il sera tenu coupable de cela. Soyez optimiste et non pessimiste. La confiance et le soutien du peuple à l’égard de leurs gouvernants est un grand atout pour parvenir à nos fins.

  14. Si la signature de l’adhésion des groupes armés permet de nous parvenir à une paix durable, alors je ne vois pas de mal en cela. Ceux-ci sont entrain de conserver leurs intérêts et le gouvernement veut procurer une paix définitive en échange. Donc, acceptons juste.

  15. Si la signature de l’adhésion des groupes armés permet de nous parvenir à une paix durable, alors je ne vois pas de mal en cela. Ceux-ci sont entrain de conserver leurs intérêts et le gouvernement veut procurer une paix définitive en échange. Donc, acceptons juste.

  16. Après la signature de l’accord de paix et de réconciliation, il a été clairement dit que les groupes armés feront leurs apparitions dans le gouvernement. Alors ce n’est pas le moment de dire quoi que ce soit.

  17. la rébellion n’a pas à dicter au gouvernement ce qu’il doit faire dans un pays sérieux.

    • Le problème dans ce que tu dis, c’est qu le mali n’est pas un pays sérieux!!!

      C’est juste un pays de fougaridens et de gariboudens (a commencer par le sommet de l’état…)…

      Une rebellion qui ose demande une transition, c’est la preuve des conneries que font les dirigeants…

      • Nous prions de faire vos points sans insulter tout notre peuple!!!
        Quand deux verbes se suivent, le second se met a’ l’infinitif!!!!!!!! Tu ecriras: “… Une rebellion qui ose demander…”
        Je vous remercie!!!!

    • Que ce que tu entend par pays sérieux ? ❓ ❓ ❓
      Se n’est pas à cause de ses difficultés que traverse ce pays que tu peut te permettre de le qualifier d’un pays sans sérieux. 👿 👿 👿
      Nous avons un gouvernement, une institution et des lois pour défendre les intérêts de cette population, 🙄 🙄 🙄 nous n’avons juste qu’à apporter nos confiances sur ce gouvernement.
      A bon entendeurs Salut… 😉 😉 😉 😉

  18. Transition vers ou’???????
    Nous avons un President dument elu et des insitutions republicaines legales!!!! LE MALI A OFFICIELLEMENT FINI AVEC LA TRANSITION LE 3 SEPTEMBRE 2013!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!
    Nous invitons les dirigeants des groupes arme’s de revenir a’ la sagesse en acceptant d’integrer le gouvernement pour aider le President IBK et le PM Modibo a’ stabiliser et securiser d’avantage tout le Mali afin d’executer efficacement tous les programmes de developpement dans toutes les regions maliennes! TOUT LE RESTE N’EST QUE FOUTAISE!!!
    IBK ET MODIBO DOIVENT RESTER SEREINS ET CONTINUER DANS LA BONNE SUR LAQUELLE ILS SONT!!! ILS NE DOIVENT LAISSER PERSONNE LES DISTRAIRE!!!!!!!!!!!!!!!

  19. Vu les difficultés rencontrés dans l’application des accords déchus sur la même rébellion. Cet accord ne sera pas comme les autres. Il sera un vrai accord, et apportera la solution définitive à notre vieil problème. Les journalistes jaloux vont maigrir. Le gouvernement s’est assumé et continuera de la faire jusqu’à ce que cet accord soit appliqué.

  20. L’application d’un accord de paix relève toujours des défis. Et ces défis sont pour les signataires et la population civile bénéficiaire qu’on est. Cet accord, pour qu’il produise ses effets doit faire l’objet d’une application intégrale. Cela n’incombe pas qu’au gouvernement.

  21. Certes, il y a beaucoup de défis à relever, mais la volonté des parties est déterminante. Celles-ci se sentent dans l’obligation de mener à bien cet intervalle passager qui vient de s’ouvrir après la signature du 20 juin 2015. Mais il me semble aussi que contrairement au gouvernement, certains groupes ne sont pas de bonne foi. Qu’est-ce que vous voulez que le gouvernement fasse, M. les rebelles?

  22. La sécurité des populations des régions du nord-MALI sera assurer, mais on ne peut pas sortir d’une crise qui a duré plus de 20ans et crier pour la stabilité le jour d’après, cela n’est pas possible, il faut du temps pour la bonne mise en œuvre de cet accord !!!

  23. L’application de l’accord est primordiale. Toutes personnes hostiles ou ayant des idées protagoniste sur ce traité doivent toutes être obligées à aller à l’exile. Cet accord est notre unique espoir. Sa mise en œuvre peut même être considérée comme l’une des conditions de l’avancée de ce pays.La communauté internationale doit prendre ses responsabilités face à cette situation.

  24. La CMA n’affiche pas sa volonté d’être cantonnée et intégrée les FAMA. Voilà pourquoi elle n’a pas accepté les agents du DDR. Cette coordination est liée par l’accord d’Alger qu’elle a parachevé à Bamako le 20 juin 2015. Elle ne peut pas se permettre d’inculper le gouvernement qui ne ménage aucun effort contrairement aux groupes armés de ce mouvement.

  25. La stabilité dans ces différentes régions se fera, mais je ne peux pas dire sans problème car nous savons tous comment est la tendance dans ces régions, et aussi face à quels problèmes le président et son gouvernement doivent faire face pour le retour de la stabilité et la bonne mise en œuvre de cet accord !!!

  26. L’accord d’Alger dispose que les militants des groupes armés signataires de l’accord d’Alger seront cantonnés et vont intégrer l’armée malienne juste après la signature avec bien sur la mise en place d’un comité de suivi chargé de coordonner et de veiller de près et de loin à la bonne mise en œuvre de l’accord d’Alger. Est-ce possible de faire une telle chose tant que la CMA viole toujours ses engagements? Elle se permet lors de cette rencontre d’accuser le gouvernement dans le retard pris dans l’application de cet accord.

  27. Pourquoi la CMA n’est-elle pas jusqu’à présent de bonne volonté pour l’application à la lettre de l’accord ? Une question qui mérite d’être posée.

  28. Nous avons confiance au retour de la paix et de la sécurité dans les trois régions du nord MALI, et ça se fera quoi qu’il arrive !!! Mais il nous faut juste être patient et solidaire envers nos autorités pour leur faciliter la tâche !!! 😳

  29. Pour que l’accord d’Alger soit précurseur de paix et de sécurité au Mali, il faut que la Coordination des Mouvements de l’AZAWAD fasse preuve de vouloir parvenir avec les autres parties à la paix. Depuis qu’elle a signé l’accord le 20 juin dernier, elle ne fait que violer celui-ci.

  30. Parmi toutes les parties signataires de l’accord, à savoir le gouvernement malien, la CMA et la Plate-forme don le GATIA fait partie, seule la CMA est de mauvaise foi. La preuve est qu’après la signature elle devrait procéder à la libération de certains prisonniers maliens non impliqués dans des crimes de guerre et autres crimes. Aujourd’hui (encore) elle refuse d’être cantonnée.

  31. La Coordination des Mouvements armés de l'Azawad ne peut et ne doit rien dire dans le processus de paix!. Si jusqu’à présent l'accord de paix peine à apporter la paix dans ce pays c'est parce que ce mouvements n'a aucune idée de ce qu'il est en train de faire au Nord.

  32. La Coordination des Mouvements armés de l'Azawad ne peut et ne doit rien dire dans le processus de paix!. Si jusqu’à présent l'accord de paix peine à apporter la paix dans ce pays c'est parce que ce mouvements n'a aucune idée de ce qu'il est en train de faire au Nord.

  33. Si la CMA ne fait pas attention à ce qu’elle fait dans ce processus de paix et de réconciliation nationale, elle risque de tout mettre à zéro. Une chose est claire, le Mali n’est pas divisé. De Kayes à Kidal, c’est le seul Etat et la seule constitution, celle du 25 février 1992.

  34. Il est temps que nous prenons conscience de la gravité de la situation et que nous arrêtons de faire de la diffamation cher journaliste, il est temps que nous nous donnons la main, que nous allons dans le même sens que ça soit les journalistes, l’opposition et le régime en place, et même les rebelles, et que vous arrêtez de nous emmerder !!!

  35. Le pays ne peut s’arrêter de fonctionner pour faire face aux caprices d’enfants gâtés des groupes armés
    Qu’ils abandonnent vite leur idée de gouvernement de transition car personne ne va satisfaire à cette demande.

  36. Si les groupes armés veulent se cramponner à des revendications fantaisistes pour ne faire leur entrée au gouvernement et demander une gouvernement de transition,c’est leur problème.
    Mais qu’ils sachent que le président IBK ne va pas mettre une pause au développement du pays pour leur faire plaisir.
    Alors,qu’ils se décident,ou qu’ils laissent les maliens en paix.

  37. L’accord de paix a été obtenu après d’énormes sacrifices. Cependant, certains paramètres restent à être mis en œuvre. Le président IBK a été l’initiateur de cet accord et aujourd’hui des gens veulent se faire passer pour des anges pendant nous tous savons le rôle qu’ils ont joué dans cette crise.
    Qu’ils sachent qu’ils n’ont rien à exiger car le MALI n’est pas leur propriété privée.
    Le président IBK est conscient de toutes ces réalités mais pour l’intégration de ces gens dans les instances de décisions, l’ouverture de la période intérimaire et autres ; il y a des dispositions pratiques à prendre donc qu’ils mettent balle à terre.

    • Mais moi je ne comprends pas ces gens tantôt ils n’arrivent pas à s’entendre sur le nom de leurs représentants au sein du gouvernement tantôt ce sont eux qui réclament un gouvernement d’union national.
      On n’est pas dans un jeu de coq à l’âne donc qu’ils nous montrent pattes blanches. :mrgreen: :mrgreen: :mrgreen: :mrgreen: :mrgreen: :mrgreen: :mrgreen:

    • En tout cas vous avez dit vrai, le Mali n’est pas une propriété privée, c’est d’ailleurs cela qui doit leurs poussé à se donner les mains pour faire la paix.
      A nous de faire la paix pas autres personnes, la paix et la réconciliation est notre volonté aussi s’ils sont partant aussi.

  38. Les groupes armés ne peuvent nous parler de transition en ce moment car lorsqu’on parle de processus de paix,tout le monde doit faire sa part de sacrifices.
    Je pense qu’il est vraiment grand temps que les groupes armées décident de leurs côté pour donner la paix au maliens que nous sommes…

  39. Je crois que les responsables des ex-rebelles ne devraient pas douter de la volonté des autorités de Bamako quant à la mise en œuvre de l’accord de paix car au final le gouvernement Malien a posé plus d’actes de bonnes foi dans cette lancée qu’eux.
    Ils doivent donc comprendre la position du gouvernement sur qui la plus grande part de l’accord repose. Ils doivent savoir que l’État a lui seul doit prendre les dispositions requises pour l’adoption des mesures règlementaires, législatives, voire constitutionnelles nécessaires à la mise en œuvre des dispositions du présent Accord,
    Et cela demande assez de travail.

  40. A mon humble avis, je pense que les groupes rebelles devraient rentrer dans le gouvernement afin qu’ensemble nous puissions mettre en oeuvre toutes les conditions prévues par l’accord. Ce n’est pas en restant sur ces positions belliqueuses que l’accord serait mis en place. Je leur demande un peu de bonne volonté au nom de l’amour du pays.

  41. Je pense que la nomination de Modibo Kéïta à la tête du nouveau comité de coordination et de suivi de l’accord est très salutaire dans la mesure ou celui-ci est l’un des artisans majeurs dans le paraphe dudit accord. Cela montre l’engagement du chef de l’Etat à aller résolument vers la paix et la réconciliation nationale. Il est intéressant que les groupes rebelles se conforment strictement aux règles du jeu en intégrant le gouvernement pour une mise en oeuvre totale et parfaite de l’accord de paix.

  42. Pour ma part, je pense que ces conditions préconisées par les mouvements conditionnant leur entrée dans le gouvernement ne tiennent pas la route. Pour l’heure, il est important qu’ils fassent leur entrée dans le gouvernement afin l’accord rentre dans sa phase normale d’application selon le chronogramme établit.

  43. Il faut qu’on avance dans l’application de cet accord. Que la CMA laisse leur orgueil de côté au profit de la nation pour que nous avancions allègrement vers la paix tant attendue. Ce n’est pas le moment de faire des compromis pour une éventuelle entrée dans le gouvernement. Nous devrions aller de l’avant mes chers Mouvements.

  44. Certes l’accord n’est pas parfait comme l’a si bien dit le président, mais il est un véritable espoir pour la paix et de la réconciliation nationale. Cependant, pour y parvenir, il faut une application stricte de cet accord un préalable pour le retour de la paix. Le président a mainte fois montré sa volonté. Il reste aux groupes armés de montrer la leur et non de toujours poser des conditions incessantes.

  45. Pour la paix et la reconstruction du pays notamment la partie Nord qui a subi les affres de la guerre, il faut une application pure et simple de l’accord pour la paix et la réconciliation nationale. Pour ce faire, un nouveau comité de suivi vient de voir le jour sous la supervision du premier ministre Modibo Kéïta qui se veut plus inclusif pour accélérer le processus de paix. Une fois de plus, le président fait montre de sa volonté pour une application dudit accord. Que les groupes armés en fassent autant.

  46. Je pense que tout ceci n’est qu’une ruse de la part de la CMA pour mettre à mal l’accord de paix. Il serait intéressant qu’elle fasse preuve de sacrifice pour que l’accord rentre définitivement dans sa phase d’applicabilité pour l’intérêt de tous.

  47. Depuis le parachèvement de l’accord de paix, nos autorités surtout le président ont toujours montré leur bonne volonté pour la mise en oeuvre dudit accord. La création d’un nouveau comité de suivi et de coordination, nous montre une fois de plus cette volonté incessante. J’en appelle à toutes les parties signataires notamment la CMA à emboîter le pas à nos autorités pour une sortie de crise réussie pour le bien de tous.

  48. L’accord de paix n’a pas été du tout facile à décrocher. Mais grâce la volonté des deux parties belligérantes a fait taire les armes au profit d’un dialogue, nous y sommes parvenus. Pour la mise en place de cet accord, les deux parties doivent fournir beaucoup d’efforts dans sa mise en oeuvre notamment la CMA. Cet accord est le seul gage d’une sortie de crise.

  49. La volonté affichée des autorités de Bamako doit un être un gage de bonne foi de leur part. Que la plateforme et la CMA ne forcent pas la main aux autorités pour nous conduire à des points de non retour. Ce sont des étapes et ils vont les franchir dans les conditions idéales. Il ne sert à rien d’entamer des actions que certaines personnes attendent pour mettre leurs plans sataniques en oeuvre.
    Les acteurs engagés doivent parler de la même voix pour une réussite des accords.

  50. Il y a un proverbe qui dit que dans la mise en œuvre d’un projet lorsqu’il ne reste que les moyens financiers c’est que réellement le projet n’a pas encore débuté. Raison pour laquelle je souhaite de tout cœur que les ptf puissent honorer leurs paroles pour que l’accord puisse être mis en œuvre afin que notre pays puisse retrouver la paix.

    • “Il y a un proverbe qui dit que dans la mise en œuvre d’un projet lorsqu’il ne reste que les moyens financiers c’est que réellement le projet n’a pas encore débuté”
      Cela ressemble fort bien a un proverbe touareg qui attendent toujours que tout leur tombe du ciel.

  51. L’accord de paix connait des difficultés mais avec le comité national de suivi qui a été mis en place il y a quelques semaines; des solutions seront trouvées pour ne pas retarder de plus la mise en œuvre de l’accord qui pourrait le rendre vulnérable.

  52. Le CSA peut user de tous les moyens pour que l’accord soit mise en application mais ils savent très bien la situation économique du pays donc il faut donc qu’il puisse aider à la mobilisation des fonds car l’accord dans tous les paramètres de son application nécessite beaucoup de moyens financiers .

  53. La sortie de crise coute excessivement chère. Les partenaires techniques et financiers ont pris des engagements vis-à-vis de l’état malien qu’ils n’ont pas honoré. Il n’est donc pas du tout aisé de mener des actions de développement dans le nord aussi rapidement comme le préconise les accords.

  54. Le souhait des autorités de ce pays est d’apporter la paix, la réconciliation et la cohésion sociale à leur population donc il ne faudrait pas douter de leur bonne foi et être un peu patient.
    Les autorités ont marqué leur engagement pour ces accords et je suis sur qu’elles le tiendront.

  55. Les autorités maliennes ont toujours montrées leur ferme volonté de mettre en application ces accords qu’elles ont elles mêmes voulus.
    Mais la mise en œuvre d’un tel accord nécessite beaucoup de moyens financiers matériels et humains donc il faut qu’on comprenne le gouvernement quant au retard observé dans cette mise en œuvre.

  56. Tout ceci est prescrit dans les accords et aucun groupe armé ne met de pression pour rentrer dans le gouvernement. C’est d’un commun accord qu’un comité a été mis en place présidé par le PM Modibo pour regler les derniers points des accords d’Alger donc arrêtez de nous distraire avec tes articles idiots

  57. La CMA et la plate forme doivent se conformer avec les décisions du nouveau comité dirigé par le PM pour faire avancer les accords qui sont les objectifs premier du président en cette année 2016.
    Ce comité consiste à revoir les points de blocage des accords pour parfaire les choses avec l’ensemble des 2 partis

  58. Je pense personnellement que les accords de paix ont déjà porté des fruits avec la libération des prisonniers et le processus de DDR qui vient de commencer. En tout porte à croire que les accords aboutiront pour le bien-être de l’ensemble des maliens

  59. Mr MODIBO KEITA est l’homme de la situation donc en le mettant à la direction de ce comité est une belle initiative car il est celui qui a permis de parapher les accords d’Alger. Il peut avec son expérience nous apporter la paix que nous attendons tous car sans elle tout projet de développement est irréalisable.

  60. Je pense que les rapports du comité de suivi des accords permettront aux membres de la CMA et de la plate forme de rentrer dans le gouvernement.
    Cette rédaction manque de professionnalisme donc personne ne pourra avaler ton intox

  61. tout ceci est prescrit dans les accords et aucun groupe armé ne met de pression pour rentrer dans le gouvernement. C’est d’un commun accord qu’un comité a été mis en place présidé par le PM Modibo pour regler les derniers points des accords d’Alger donc arrêtez de nous distraire avec tes articles idiots

  62. La reconstruction du Nord est un préalable car après la guerre il faut cela. C’est pourquoi le président a jugé bon de consacrer plus de 300 milliards de l’aide de la France car le nord a beaucoup souffert et il est temps de face à ce chantier.
    Avec le travail du comité de suivi, il y a une lueur d’espoir pour la population du Nord. Nous attendons le retour de l’administration et toutes les instances étatiques

  63. Ce journaliste doit savoir que si la CMA ne voulait pas aller à la paix, elle n’aurait pas signé les accords. Pour votre information, le cantonnement et le désarmement a bien commencé et se poursuit. Un bon journaliste doit informer plutôt que de désinformer. 😀 😀 😀 😀

  64. La mission confiée au PM c’est de présider le comité de suivi des accords de paix afin de trouver le plus rapidement possible, une solution idoine pour le bien de tous les partis signataires.

  65. La CMA et la plate forme se sont engagées résolument à aller à la paix et elles n’ont pas arrêté de le prouver à travers les actes qu’elles posent. Donc nous ne croirons jamais à aucune de vos futilités cher journaleux

  66. Il est temps que la CMA se décide d’arrêter de jouer à la souris perdu. Elle a signé un compromis avec le gouvernement malien qu’elle est tenue à tout prix de respecter. Cependant, prendre des décisions à l’insu du partenaire amène la trahison.

  67. il est fort important de constater si une autre force n’est pas derrière la CMA pour nuire aux accords et à la paix des maliens.

  68. si c’est vrais que la CMA ont adhérer à la paix pour construire le pays, elle ne devrais pas faire des comportements pareils qui consiste à faire bousculé le contenu de l’accord envers un retard. mais pour le moment il reste toujours de garder confiance sur le fait que les maliens sont en fin unis.

  69. Certes plusieurs accords ont échoué dans le passé lors des régimes précédents, le Mali et les belligérants doivent tout mettre en place pour le respect scrupuleux de cet accord. Le Mali n’est pas seul sur le coup, elle dispose de plusieurs aides internes comme externes, qui lui permettront de mettre en œuvre les principes de l’accord.

  70. Nous rêvons de paix et d’entente pour notre pays. Nous ne permettrons pas qu’on vienne nous l’arracher une fois de plus. C’est pourquoi nous demandons aux membres de la CMA de penser à la mise en œuvre de l’accord qu’elle a signé avec le gouvernement. Qu’elle n’oublie surtout pas qu’elle a maintenant des devoirs envers le Mali.

  71. Le Mali est plus importante que toutes autres choses. L’accord signer consiste une bonne base pour faire revenir la paix et tout son contenus dans le pays, elle est à respecter. Pour ceux qui ne savent pas, la guerre est fini au Mali.

  72. Il ne faut pas que tout l’effort qu’on a fourni pour avoir la paix ne soit réduit à néant. Si réellement la CMA veut le bonheur du Mali qu’ils appellent leur pays, ils doivent cesser de se provoquer continuellement.

  73. La règle d’or de la conduite est la tolérance mutuelle, car nous ne penserons jamais tous de la même façon, nous ne verrons qu’une partie de la vérité et sous des angles différents.
    La Cma doit comprendre que nous sommes dans un processus de paix et ce processus doit suivre des étapes

  74. La presse malienne est actuellement plus dangereuse que celle de la France. Au Mali certains journalistes n’ont pas besoin de l’actualité, eux ils se servent de la vie privée des gens.

  75. Il faut que ces journalistes sachent, que le Mali se trouve dans une situation plus difficile, et plus pire, alors compte tenu de cela tout bon citoyen Malien doit se soucis à la situation qui préoccupe la population.
    AU MALI L’OPPOSITION A PERDU SON SENS COMPTE TENU DE SA REACTION VIS AVIS AU GOUVERNEMENT.

Comments are closed.