Ousmane Oumarou Sidibé, président de la CVJR : “Chaque communauté pense qu’elle est la victime…”

31

Au total, c’est la somme de 10 569 500 000 F CFA qui va être nécessaire pour conduire les actions de la Commission vérité, justice et réconciliation (CVJR). Mais au-delà de ce montant à mobiliser, la mission de la Commission s’avère délicate, car, selon son président,chaque communauté pense être la victime de la crise.

 

La rencontre que le président de la CVJR, Ousmane Oumarou Sidibé, a eue avec la presse hier à Maison de la presse a permis d’être fixé surles activités menées par la Commission depuis son installation. Une tribune que M. Sidibé a mise à profit pour mettre à la disposition des journalistes deux importants documents élaborés par la CVJR.

Le premier est axé sur la stratégie d’intervention 2016-2018 assorti du règlement intérieur.Le deuxième fait cas du plan d’actions 2016-2018 et le programme d’activités 2016. Le président de la CVJR fera remarquer que sa structure travaille à s’organiser afin d’accomplir son mandat. La finalité est de parvenir à enquêter sur les graves violations de droits de l’Homme commises dans notre pays. Et de préciser que l’article 7 de la stratégie d’intervention définit le terme victime.

S’agissant de la marge qui existe entre le travail de la justice classique et la Commission, le président Sidibé dira que les deux structures partagent certains rôles. “Nous intervenons sur le même terrain. Nous sommes complémentaires. Nos enquêtes servent la justice”, a-t-il lancé. Pour ce qui est des réparations, il a indiqué qu’elles seront d’ordre ou matériel. “Il y a des réparations urgentes qu’il faut régler le plus rapidement possible. Ce sont des personnes carrément dans le dénuement”, a-t-il expliqué.

En plus, la CVRJ disposera d’un baromètre pour comprendre les causes du conflit au nord, catégoriser les différents conflits sur l’ensemble du territoire national. Mieux, la Commission vérité justice réconciliation fera des propositions sur le vivre ensemble. L’organisation à l’interne se fera, ajoutera Ousmane Oumarou Sidibé, par cinq sous-commissions qui auront pour relais sur le terrain des antennes régionales et des points focaux dans chaque cercle.

 

Vous dites bien victimes ?

Dans les échanges avec la presse, le président de la CVJR a tenu à faire des précisions, notamment sur le fait que l’accord pour la paix souligne que les crimes ne sont pas amnistiables. Pour ce qui est du déroulement des enquêtes et surtout l’expertise qui devait l’accompagner, M. Sidibé a annoncé que des enquêteurs professionnels vont être dans l’équipe de la commission (anciens policiers et procureurs).

Autre précision, pour connaître la vérité,faire justice et passer à la réconciliation, il aura en plus de la CVJR, la Cour pénale internationale (CPI), la justice malienne et une commission d’enquêteurs internationaux, pilotée par les Nations unies.

Cependant, le président de la commission Ousmane OumarouSidibé a fait part de toute la complexité de la question notamment le fait que chaque communauté croit que c’est l’autre qui est en cause. “Chaque communauté pense qu’elle est la victime”. Il faisait référence à Gao par exemple, où les gens  estiment qu’ils sont des victimes de l’occupation, à Mopti, où l’on pense qu’on est la victime oubliée de la crise et à Kidal, où les populations se disent victimes du conflit, à Tombouctou, les Arabes se voient victimes des pillages de boutiques, entre autres.

Alpha Mahamane Cissé

 

PARTAGER

31 COMMENTAIRES

  1. Nous devons savoir qu’il ne peut pas y avoir réconciliation sans justice. Raison pour laquelle les crimes ne peuvent pas être amnistiés. L’accord d’Alger est tout à fait claire la dessus: toutes les personnes qui se seront rendus coupables de crimes devront en répondre devant la justice.

  2. Pour que les populations puissent saisir le sens réel de la mission de la CVJR il faut que celle-ci puisse expliquer de fonds en comble sa mission aux populations pour que dès que celles-ci seront imprégnées des dispositions de cet organisme ; elles puissent faire la part des choses et s’engager pour la paix et la réconciliation.

  3. Je pense que si le plan d’actions ici mentionné est mis en application; la commission vérité justice et réconciliation touchera du doigt les vrais causes du conflit; les vrais victimes pour mener des actions pour que nous allions à la paix et à la réconciliation.

  4. La seule solution pour ne pas que la CVJR échoue dans sa mission est de mener des enquêtes sérieuses pour ne pas laisser les vrais victimes au profil de fausses victimes.
    Les facteurs de cette crise sont multiples et multiformes; il faut donc une bonne évaluation afin de trouver les bonnes solutions.

  5. Il faut que la CVJR soit assez pointilleuse dans sa mission. Elle doit organiser des auditions publiques afin d’être imprégnés des torts et autres situations que les uns et les autres ont vécu afin d’apporter des solutions idoines pour ne pas que nous retombions dans les mêmes erreurs du passé.

  6. pour l’acquisition de la réconciliation il y a des sacrifices qui doivent être faites et tous devons accepter ces sacrifices. il consiste d’oublier le passé et se pardonner les uns les autres et de regarder vers le future.

  7. je pense qu’avec Ousmane la CVJR fonctionnera bien et nous donnera un résultat positif pour que le peuple du mali sache ce qui s’est passé et se met au travail pour la reconstruction du pays afin que le pays soit un pays émergent.

  8. les différentes communautés doivent se donner les mains et regarder tous dans la même direction et se pardonner pour le bonheur de leurs enfants et pour le développement du pays.

  9. tous sommes coupables et victimes il faut penser à l’avenir du pays que la CVJR fasse son boulot et établira un rapport qui mettra en claire tout ceci. le pays a souffert et nous devons comprendre qu’il est nécessaire de se pardonner.

  10. Que chacun de nous met de coté les différents pour aller à la réconciliation car une fois que nous sommes réconciliés c’est le mali qui gagne. Il ne faut pas penser à soi mais au bonheur du pays.

  11. La réconciliation nécessite le pardon de tous.Que tu sois victime ou non.Les maliens doivent se parler et mettre fin à toutes les disputes qui divisent notre pays.C’est ainsi qu’on sera fort pour bâtir un pays pour nos enfants.

  12. Où le mal abonde le pardon surabonde.Il faut qu’on se pardonne pour arriver à se réconcilier véritablement.Que les victimes pardonnent et que les coupables reconnaissent les erreurs.C’est l’intérêt du pays à tous qui en dépend.

  13. Comme cela s’est fait partout dans les pays qui ont connu la crie, nous devons nous surpasser toutes nos idéologies et appartenances partisanes en mettant celle du pays en avant. On ne peut demeurer sans querelle alors pardonnons nous pour vivre en paix
    VIVE LE MALI

  14. Le président IBK a fait de la réconciliation une priorité.Je pense donc que chacun doit faire des compromis pour qu’on arrive à se pardonner et ensemble construire notre pays.

  15. La paix et la réconciliation passent par la justice. Et qui parle de justice parle de pardon. J’appelle donc toutes les parties à accepter les rapports de la commission.

  16. Selon ousmane Oumarou Sidibé, président de la CVJR : “Chaque communauté pense qu’elle est la victime.D’où la délicatesse de la tâche qui lui est confiée.Il faut donc le soutenir pour qu’il ait un résultat positif.

  17. Nous attendons beaucoup de la commission de vérité et de la réconciliation car la vraie réconciliation passe par elle. C’est une travail de professionnel qui doit mis en place pour élever toute évoque pour que tout soit effective.

  18. la CVJR doit être patiente et écouter toutes les parties.Cela pour trouver un consensus entre les parties.Le pays est au dessus de tous c’est cela qui est le plus important.Chacun doit faire donc des compromis pour sauvegarder l’intérêt de la nation malienne.

  19. Certainement chacun est réellement victime. Si j’étais été attaqué par un groupe armé cela fera de moi une victime. C’est le cas à Kidal où c’est plutôt la population qui est victime car elle se voit obliger de subir les affres des groupes armés qui occupent la ville.

  20. Réconcilier les enfants du Mali est une volonté politique du président IBK.Je pense qu’il va mettre les fonds nécessaire pour la réussite de cette mission délicate confiée à la CVJR.

  21. Nous sommes tous les fils de ce pays et nous avions quelque chose en commun qui est la paix et la réconciliation. Ainsi la CVJR dédommage toute les communauté, si le pardon mutuelle ne prévaut pas le travail de lCVJR devient vaine. Le plus important est le pardon de tout un chacun et de chaque communauté vis-à-vis de prochain.

  22. Tout les victime ne peut être obligatoirement être pris en compte par le gouvernement malien. Le gouvernement avec Ousmane Oumarou Sidibé, président de la CVJR verront de leur possible pour que la grande partie des communautés victimes soit dédommager.

  23. Ousmane Oumarou Sidibé, président de la CVJR ce contentera à faire l’essentielle, le gouvernement malien ne pour dédommager tous les communautés qui se disent être victime. Le pardon de chacun vis-à-vis de son prochain réglera la grand partie de la tâche.

  24. Le pardon de sois est déjà le plus grande partie, c’est le plus important, la justice sera rendu a qui de droit. Mais il faut facilité la tâche à Ousmane Oumarou Sidibé, président de la CVJR. Si tout le monde veut pense qu’elle est victime le Mali ne pourra s’en sortir avec le programme de la CVJR.

  25. C’est tout le Mali qui été victime, mais le plus important reste l’essentielle. CVJR ne peut dédommager tout le MALI. Elle a pour mission pour fait l’essentielle qui pourra suffit dans la stabilisation du pays.

  26. Les maliens doivent comprendre que sans le pardon mutuel le retour de la paix et de la réconciliation nationale n’est pas possible. Toutes les communautés ont perdu de grandes choses et traversent de périodes difficiles à cause de la crise et les actes des groupes armés. Mais le pardon est nécessaire. J’encourage M. Sidibé et toute son équipe. J

  27. Il faut que les communautés respectent les émissaires de la Commission Vérité, Justice et Réconciliation. La mission de ladite commission n’est pas de réparer tous les dégâts mais les essentiels. Ceux qui sont apparents. Les communautés ne doivent pas faire comme si elles ont été dépouillées par Ousmane Oumarou Sidibé et son équipe.

  28. Les communautés doivent se pardonnes les unes et les autres. C’est difficile mais la réconciliation ne peut se faire sans cela. Je sais ce que ces communautés ressentent mais il le faut. C’est pour le Mali qu’elles doivent le faire. Le pardon est la clé du monde. Il permet d’aboutir à tout.

  29. Je demande à M. Sidibé de ne pas se laisser influencer par les tapages et les comportements désolants de ces communautés qui veulent bénéficier le plus gros lot. Ce qui n’est pas inclus dans la mission de la CVJR. La CVJR a pour mission de veiller à ce que la réconciliation et le vivre ensemble règne au nord entre les communautés respectives qui doivent se pardonner et aller à la vraie réconciliation.

  30. Le retour de la paix et de la réconciliation nationale sont deux choses difficiles mais pas impossibles pour notre pays qui a mis en place des commissions chargées de travailler pour cela. La CVJR est en train de faire du succès, seulement que, selon son président, chaque communauté pense qu’elle est la victime.

  31. Avec Ousmane Oumarou Sidibé à la tête de cette commission je m’attends à la réussite de la mission confiée à la commission. J’invite les communautés à respecter cette commission et à être de bonne foi pour faciliter les tâches à M. Sidibé qui est engagé à aller au bout de sa mission.

Comments are closed.