Ouverture hier des travaux de la quatrième session du Comité de Suivi de l’Accord/ La CMA confirme sa suspension, la Plateforme maintient sa position et la COMPIS 15 persiste et signe

4

Alghabass Ag Intalla (CMA) Me Harouna Toureh (Plateforme), Mohamed Ag Ousmane (Compis15)
Alghabass Ag Intalla (CMA) Me Harouna Toureh (Plateforme), Mohamed Ag Ousmane (Compis15)

Comme nous l’annoncions dans notre parution d’hier, les travaux de la quatrième session du Comité de suivi se sont ouverts. Cependant, aucune entente ne s’est dégagée au terme de cette réunion. En effet, la CMA a confirmé la suspension de sa participation aux travaux de cette instance jusqu’au retrait des forces loyalistes de la localité d’Anefis. Une requête rejetée par la Plateforme qui conditionne son retrait à un redéploiement  sur le site de l’armée malienne. Une commission de contact, présidée par le représentant de l’Union africaine, Pierre Buyoya, a été mise en place pour gérer le problème. Par ailleurs, le point d’orgue de cette rencontre qui doit se poursuivre ce matin a été le sort réservé à la COMPIS 15. Laquelle entend être considérée comme un acteur à part entière du processus. Bref, c’est donc à un véritable statu quo auquel on assiste.

Finalement, aucun progrès n’a été réalisé au terme des travaux d’ouverture de la quatrième réunion du Comité de suivi de l’accord. La médiation n’est pas parvenue à faire entendre raison aux différentes parties qui campent sur leur position. Comme ils l’ont promis, les ex-rebelles kidalois ont bel et bien assisté à l’ouverture des travaux. Mais ce fut uniquement pour lire une déclaration par la voix de l’ex-député de Bourem, Ibrahim Ag Mohamed Assaleh, dans laquelle ils ont confirmé la suspension de leur participation aux travaux dudit Comité jusqu’au retrait des forces loyalistes d’Anefis. La médiation a abondé dans le même sens que les ex-rebelles en soutenant que les parties devraient retourner à leurs positions initiales pour une reprise sereine des travaux.

Chose que les mouvements de la Plateforme ont tout simplement balayée d’un revers de la main. Pour eux, pas question de quitter Anefis jusqu’au redéploiement de l’armée malienne.

C’est ainsi qu’une commission de contact présidée par le représentant de l’Union africaine pour le Mali et le Sahel, Pierre Buyoya et composée de six membres, a été mise sur pied pour gérer le problème. Celle-ci a pour mission de rencontrer toutes les parties pour faire un rapport complet sur la situation.

L’autre point qui a cristallisé les débats a trait à la composition définitive du Comité de suivi. Selon nos informations, les débats ont été très houleux rien qu’à l’évocation de ce point. Ainsi, la médiation a demandé aux mouvements de la COMPIS 15 (la Coordination des mouvements prônant l’inclusivité et signataires de l’accord du 15 mai 2015) de regagner leurs entités d’origine – ce qui est loin d’être gagné – ou de siéger aux travaux en qualité d’invités permanents. Ce que ces mouvements ont refusé en réaffirmant l’inclusivité du processus et leur rôle d’acteur au même titre que les autres.

Bref, c’est donc à une véritable cacophonie qu’on a assisté et c’est l’accord de paix qui est ainsi pris en otage.

Reste à savoir si les travaux d’aujourd’hui permettront de décrisper la situation.

Bruno D SEGBEDJI

PARTAGER

4 COMMENTAIRES

  1. Mr le journaliste aidez moi svp je me retrouve plus !!! c’est bien le comité de suivi qui est le 1actes de l’accord ? Les differnts protagonistes n’ont qu’a s y mettre afin que les autres dispositions soient prise en cpte A defaut de ns edifier sur le manquement de tout un chacun ds la mise en place du comité de suivi et des alternatives a ce blocage on vient ns distraire avec les simagrées des groupes armées ( loyalistes , rebelles )

  2. Dans cette crise,la CMA avec certains de ses Allies envisagent l’aboutissement a l’independance de Kidal.Ils ont une Feuille de route soutenue directement par la France et indirectement par le Secretariat des Nations Unies qui est pret a convaincre le Conseil de Securite.Par consequent,le Gouvernement ne doit faire aucune concession sur le controle du territoire Malien par l’Administration et l’Armee Malienne. Au point ou nous en sommes cette crise ne sera terminee et jugulee que par deux conditions: 1)Une victoire claire et sans recours sur la CMA, et 2)Reconstitution de l’Armee Malienne pour empecher toute repetition de la crise.Quand Senghor a pris la Presidence de l’OUA,avant de partir il donne un dernier conceil: METHODES et RIGUEUR.Il faut analyser les faits avec methodes et rigueur et arriver a une Decision.Puis on s’en tient la.Nous avons ete patients avec ces rebelles .Nous avons choisi les negociations au lieu d’une solution militaire.Eux,ils pensent a une solution militaire.Mettons nous tous sur la meme longueur d’ondes.Ne laissons plus rien qui les renforce dans leur position qui est la guerre et le controle du Nord meme s’ils doivent avoir recours aux Djihadistes et aux interventions d’Al Quaida.Si les francais ont ferme les yeux sur la presence des AQMI,des MUJAO a AL QUEL HOC ,ils sont capables de les laisser faire encore une seconde fois et d’intervenir apres coup comme ils ont fait en 2013.Ils pourraient echouer si les forces d’al Quaida deviennent considerables.La situation de Lybie le montre bien.Dans tout le cas c’est le Mali qui perdra.Donc arretons cette mise en marche de leur Feuille de route.Le Mali doit etendre le controle de son territoire jusqu’au controle total de la region de Kidal.C’EST LA DECISION DU CONSEIL DE SECURITE DE L”ONU ET PERSONNE NE PEUT METTRE EN CAUSE CE PRINCIPE FONDAMENTAL.

Comments are closed.