Parallèlement aux frappes aériennes françaises contre les sites des jihadistes : L’offensive terrestre se prépare avec 2500 soldats français et 3300 soldats de la CEDEAO

4 réactions [-] Texte [+] Email Imprimer

L’opération militaire Serval lancée vendredi contre les groupes islamistes est entrée dans une nouvelle phase. Après avoir stoppé l’avancée vers le sud des djihadistes, l’armée française, en soutien à l’armée malienne a, au cinquième jour des combats,  engagé 800 militaires français. Le président français  François Hollande en déplacement à Abou Dhabi hier mardi avait annoncé que ce chiffre sera porté à 2 500  en vue d’une intervention terrestre. Une colonne d’une quarantaine de véhicules blindés français venus de Côte-d’Ivoire est arrivée dans la nuit de lundi à mardi à Bamako. Les pays de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’ouest (Cédéao) commencent à acheminer leurs contingents  vers le Mali. Au total, environ 3 300 hommes devraient renforcer les forces maliennes et françaises.

Après l’appui aérien, la France prépare activement une intervention terrestre pour en finir avec les groupes jihadistes qui occupent le nord de notre pays.  En tout 750 militaires français,  pour la plupart issus des forces spéciales,  sont engagés sur le terrain aux côtés des troupes maliennes.  Ce nombre va au fur et à mesure  évoluer pour atteindre le chiffre  de 2.500 soldats. Une colonne d’une quarantaine de blindés français venus de Côte d’Ivoire est aussi arrivée dans la nuit de lundi à mardi à Bamako, où elle va renforcer le dispositif luttant contre les jihadistes et préparer une intervention terrestre.

Cette opération va mobiliser plusieurs centaines d’hommes venus de détachements en Afrique mais aussi directement de France. Des hélicoptères, une dizaine d’avions de combat, de ravitaillement et de surveillance aérienne sont mis à contribution. Les Mirages F1 et Mirage 2000 sont utilisés dans un premier temps, et désormais les Rafale lors des frappes aériennes  à Gao, Léré, Nampala, Douentza, Konna et Kidal. Les frappes françaises se sont  poursuivies mardi  sur les positions des islamistes, notamment sur la ville de Diabali passée lundi sous leur contrôle. Trois avions ravitailleurs C135 sont également mobilisés, en plus des appareils de transport. Des Rafale mis en état d’alerte peuvent intervenir directement depuis la France, comme cela a été le cas dimanche où quatre de ces chasseurs ont détruit des camps d’entraînement et des dépôts logistiques des groupes islamiste armés. Six d’entre eux stationnés à Abou Dhabi sont notamment mobilisables.

Niamey tête de pont

Le dispositif de renseignement a, lui aussi, été renforcé. Niamey devient rapidement une tête de pont capitale pour l’armée de l’Air française, d’où pourront décoller et atterrir les hélicoptères. La ville de Niamey étant la capitale régionale la plus proche du nord du Mali, à proximité de Gao.

Des militaires français sont également arrivés à Bamako pour sécuriser les ressortissants français dans la capitale. Une dizaine de gendarmes du GIGN sont également présents pour renforcer la sécurité de l’ambassadeur et des locaux diplomatiques français à Bamako.

Les Etats-Unis et la Grande Bretagne ont déjà promis une aide logistique et le partage de renseignements. La Belgique s’apprête à envoyer deux avions C-130 et  un hélicoptère médicalisé Dans le même temps, la Misma, la force africaine de la Cédéao, se met elle aussi en place. Les pays de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’ouest (Cédéao) commencent à acheminer leurs hommes vers le Mali. Le Nigeria a prévu d’envoyer 900 soldats au total, soit 300 de plus que ce qui était prévu initialement. La force africaine, qui devrait compter au moins 3.300 hommes, sera commandée par le général nigérian Shehu Usman Abdulkadir.

Les premiers soldats nigérians seront déployés dans les 24 heures, selon une source militaire. Le Niger, le Burkina Faso, le Togo et le Sénégal ont également annoncé l’envoi chacun de 500 hommes, le Bénin 300, le Ghana 120 militaires spécialistes du génie et la Guinée 144, selon les informations recueillies par l’AFP.  Ces troupes devraient  renforcer celles du Mali et de la France et accroitre les chances de succès de l’offensive terrestre.

Abdoulaye DIARRA

SOURCE:  du   16 jan 2013.    

4 Réactions à Parallèlement aux frappes aériennes françaises contre les sites des jihadistes : L’offensive terrestre se prépare avec 2500 soldats français et 3300 soldats de la CEDEAO

  1. Ibou Keita

    Il serait plus qu’opportun que la CEDEA0 se mette enfin en ordre de bataille afin de ne pas laisser Maliens et Français seuls face aux terroristes. Les palabres n’ont que trop duré. Il faut agir, et vite !

  2. thiéDIAN

    le mali et la france poursuiveront la guerre meme si cedeao ne vient pas.on attend pas la cedeao qui n’a les 3300soldats que sur papier.merci infiniment a la france.vive le mali.que dieu protege tous soldats presents au nord mali.

  3. baros1er

    Blanche neige: ce n’est pas le moment des critiques la CEDEAO a toujours Évreux pour la paix au mali au cas échéant mètre les soldat de la CEDEAO en route pour le nord et participer au coté de l’armée malienne.
    l’armée malienne a plus que jamais besoin des troupes de la sous régions pour libéré le nord du mali, que le tout puissant veille sur tous les soldats sans exceptions au mali.
    La PATRIE Ou La MORT

  4. blanche neige

    comme les choses se presentent les bidasses de la CEDEAO arriveron quand le guerre sera finie :mrgreen: :mrgreen: