POUR MIEUX TRAQUER LE GROUPE SALAFISTE DE PREDICATION ET DE COMBAT (GSPC) : L’Algérie offre des armes et des véhicules aux rebelles maliens

0

L’application des accords d’Alger est en difficulté. Iyad et ses hommes refusent de désarmer. Le Comité de suivi s’est désagrégé et ses membres ont fui leur quartier général basé à Kidal. Et pour ne rien arranger à ce sombre tableau, l’Algérie offre des armes, des véhicules, des vivres et de l’argent aux rebelles maliens pour, dit-on, traquer le Groupe Salafiste de Prédication et de Combat (GSPC). Du coup, Alger entraîne nos compatriotes dans une guerre qui n’est pas la leur et aux conséquences incalculables pour les populations de Kidal et la stabilité du Nord-Mali. ATT, une fois de plus, croise les bras et étale son impuissance.

ous avons toujours dénoncé les accords d’Alger car contraires aux intérêts supérieurs du Mali et les faits commencent à nous donner raison. On se rappelle que dans notre parution N° 1565 du vendredi 29 septembre, dans un article intitulé : «Nord-Mali, accrochage entre les hommes de Fagaga et le GSPC» nous avions annoncé la mort de trois salafistes, dont le successeur de El Para. Quelques jours après, une radio étrangère de grande influence confirmait cette information.
Cet accrochage meurtrier constituait une preuve supplémentaire que c’est l’Algérie qui se trouve derrière la rébellion malienne, que c’est elle qui la manipule et l’utilise pour ses intérêts stratégiques.

La première indication à cet état de fait est fournie par les circonstances des raids meurtriers lancés par les bandits armés du Nord contre les garnisons de Kidal et Ménaka, le 23 mai dernier. Cette opération n’aurait pu réussir à l’évidence si Iyad, Fagaga et leurs complices n’avaient pas été dotés en véhicules, en carburant et en armes de guerre par les Algériens. Et s’ils n’avaient pas reçu de ces derniers l’assurance qu’ils ne seraient pas inquiétés leur forfait accompli contre leurs frères d’armes et leur propre pays.

Nous venons d’avoir une preuve supplémentaire que c’est le gouvernement algérien qui est le commanditaire de tous les actes posés par les bandits armés de Kidal. En effet, Alger vient d’offrir à ceux-ci plusieurs dizaines de véhicules tout terrain (pas moins d’une cinquantaine en tout cas) ainsi que des armes de guerre sophistiquées.

A première vue, ce geste vise à récompenser Iyad, Fagaga et consort pour le coup de mains ayant entraîné la mort de trois personnes dans le camp du GSPC dont son second haut responsable, à mieux les outiller pour les offensives ultérieures.

En somme, la fameuse Alliance Démocratique pour le Changement du 23 mai 2006 est en train de se transformer en une colonne de l’armée algérienne pour traquer et neutraliser les islamistes radicaux algériens en territoire malien.
Du coup, cette partie du Mali va devenir un champ d’affrontements permanent avec tout ce que cela comporte comme risques de représailles pour les populations maliennes entraînées de force dans une guerre qui n’est pas la leur.

Mais le plus grave, c’est que les armes et les véhicules de guerre donnés par le gouvernement algérien aux bandits armés de la région de Kidal seront probablement utilisés contre l’armée malienne, les paisibles populations maliennes et l’Etat malien. Car une chose reste constante : les accords d’Alger sont une absurdité d’autant plus grosse de danger que le Mali n’a pas les moyens de les appliquer comme vient le démonter éloquemment la désagrégation du Comité de suivi à peine mis en place.

Composé de trois représentants de l’Etat du Mali et autant pour le facilitateur algérien et les bandits armés, cette structure dirigée par le Contrôleur Général de police, Mamadou Diagouraga, est déjà bloquée. Elle ne fonctionne guère. Car Iyad et ses hommes refusent de remettre leurs armes au Mali via le gouvernement algérien. Ce qui explique pourquoi le cantonnement tant annoncé n’a pas eu lieu.

Résultat : Le Comité de suivi a abandonné son quartier général sis à Kidal.
Les Algériens sont rentrés chez eux, les bandits armés sont partis à Téghargharet et Diagouraga et les siens sont revenus à Bamako.

L’Etat malien est de nouveau désemparé. L’unique solution qui s’offre à lui est de s’assumer en évitant les tergiversations.

Chahana TAKIOU

PARTAGER