Progression des islamistes armés vers le Sud : Des tirs à l’arme lourde à la ligne de front

2 réactions [-] Texte [+] Email Imprimer

L’annonce de la progression des islamistes armés vers le Sud a créé une peur bleue dans la capitale. Et les tirs à l’arme lourde de l’Armée malienne qui ont été lancés à partir de la ligne de front à Kona, prouvent à suffisance que l’offensive est lancée pour repousser les bandits et les groupe armés qui occupent plus des 2/3 de notre territoire national.

Du coup, les populations de la ville de Kona commencent à s’inquiéter par rapport à la tournure que vont prendre les événements. Déjà, la psychose s’installe et des mouvements des populations de ces villes vers le Sud sont de plus en plus grands. «Nous souhaitons au moins que l’Armée tire en dehors de la ville pour éviter que les islamistes ne ripostent pas», se lamente un habitant de Kona où est installée l’Armée et qui lui sert de ligne de front en direction du nord.

Hier après-midi, les groupes islamistes avaient déjà franchi le village de Boré et convergeaient vers le dernier village Gnimignama  à 40 km de Kona, soit à 120 km de Sévaré. Alors que selon une source, les dispositions en la matière autorisent l’Armée à riposter à partir de 30 km de l’ennemi. Ce qui veut dire que les éléments des groupes islamistes ont la ferme volonté d’en découdre avec l’Armée. Par ailleurs, plusieurs habitants contactés dans le village de Kona confirment avoir entendu des tirs  nourris de l’Armée malienne.

Mais, au moment où nous mettons sous presse cette information, les autorités militaires n’ont pas fait cas d’affrontements entre l’Armée et les jihadistes. Même si les observateurs avertis ne doutent point de la capacité de résistance de nos militaires au front ; la situation inquiète.

Paul MAHAMANE

 
SOURCE:  du   8 jan 2013.    

2 Réactions à Progression des islamistes armés vers le Sud : Des tirs à l’arme lourde à la ligne de front

  1. Crakie

    Nous sommes derrière notre armées la patrie ou la mort chaque Malien est concérné par cette humiliation vécu.non allons laver l’affront en néttoyant notre pays de ses bandes de drogues ses espèces d’islamistes apatrides.Si tu veux ta liberté et la paix,tu dois toujours être prête pour faire la guerre.

  2. « Mais, au moment où nous mettons sous presse cette information, les autorités militaires n’ont pas fait cas d’affrontements entre l’Armée et les jihadistes » Alors pourquoi tu met l’article sous presse. les vrais énémies du mali c’est vous les journalistes.