Reconquête : Pourquoi à Kidal sans l’armée malienne

53 réactions [-] Texte [+] Email Imprimer

Plus que le  MNLA, mouvement indépendantiste touareg qui a lancé la guerre contre le Mali, puis s’est désintégré avant de quasiment disparaître, chassé par les islamistes, la ville de. Kidal est surtout occupée par les hommes du MIA (mouvement islamiste de l’Azawad dissidence d’Ansar Dine), en clair, les touaregs de Kidal qui regroupent des chefs traditionnels, des commandants en armes avec leurs troupes et l’autorité spirituelle des Touaregs. Une situation qui embarrasse de plus en plus les autorités maliennes qui entament pour autant dans les jours à venir des négociations avec les deux organisations.

MNLA

Que se passe-t-il aujourd’hui à Kidal ?  Dans toutes les villes reconquises, les soldats français ont pris soin d’apparaître aux côtés de militaires maliens, les laissant patrouiller les rues. Mais, cela n’a pas été le cas de cette ville où le MIA et le MNLA sont sur place et ils disent redouter et refusent l’arrivée des troupes maliennes : « Vu leur haine des Touaregs et leur désir de vengeance après leurs défaites pendant près d’un an, si l’armée malienne entrait dans la ville, ce serait un carnage », prétend un Touareg de Kidal.
La campagne du MNLA fait tâche d’huile
Et le discours semble convaincre les Français qui soutiennent qu’un massacre à Kidal aurait pourri toute solution d’avenir. « Les Touaregs sont nos amis », a rappelé avec force le ministre de la Défense français.  Et très logiquement, l’avion qui s’est posé dans la nuit de mardi à mercredi sur l’aéroport de Kidal ne comprenait aucun militaire malien. Mieux, un appareil venu du Burkina-Faso est attendu à Kidal pour emporter une délégation MIA-MNLA vers Ouagadougou pour reprendre les négociations avec l’État malien. Surtout que  l’Assemblée nationale vient de voter « à l’unanimité » une feuille de route qui prévoit des discussions avec « certains groupes armés », entendez, le MNLA et le MIA débarrassé d’Iyad Ag-Ghali. Une initiative plus que jamais soutenue par la France qui continue à, comme écrivait hier nos confrères de l’Observateur,  « que c’est seulement avec les Touaregs, maîtres de leur désert, qu’on pourra retrouver la sécurité, la réconciliation nationale et un espoir d’avenir pacifique. Sans Iyad Ag-Ghali, sans le Mujao et sans Aqmi. Sans tous ceux qui ont profité d’un désert trop vide pour transformer la région en terre de Djihad, en terre de désolation, en royaume de la mort ».  Les Français tentent de convaincre  que le MIA est composé « exactement des mêmes… qui négociaient en novembre dernier au nom d’Ansar Dine à Ouagadougou pour essayer de trouver une solution politique et pacifique ».
Il s’agit d’Alghabass Ag-Intallah, la noblesse de robe, fils du chef spirituel des touaregs ; Ag-Bibi, ex- numéro trois d’Ansar Dine, Ag-Aharib ex-porte-parole d’Ansar Dine et même Ag-Aoussa, le cerveau militaire de toutes les opérations. « Tous ont quitté Ansar Dine, tous en veulent à Iyad pour sa dérive. Et Ag-Aoussa le militaire, surnommé « le tueur » a même promis à Iyad de « l’étrangler de ses propres mains » pour lui faire payer la « trahison de son peuple ». « Les Français ont rencontré des membres du MNLA et aussi le secrétaire général du MIA, Algabass Ag Intalla, ainsi que des notables locaux », apprend-t-on auprès de  l’administration locale. Et la France a d’ailleurs appelé mercredi Bamako à « engager sans plus attendre des discussions avec les représentants légitimes des populations du Nord (élus locaux, société civile) et les groupes armés non terroristes reconnaissant l’intégrité du Mali ».
Tout cela a dû être discuté lors de l’audience accordée mardi dernier par le Premier ministre de la transition, Diango Cissoko, au chef d’état-major des armées françaises, l’amiral Edouard Guillaud. Reste que la gestion disons du cas de la ville de Kidal commence à doucher l’enthousiasme des populations maliennes qui ont du mal à comprendre ce qu’il y a lieu d’appeler les jeux de la France jusqu’ici considérée comme le grand sauveur.
A. Diakité

SOURCE:  du   31 jan 2013.    

53 Réactions à Reconquête : Pourquoi à Kidal sans l’armée malienne

  1. Bala

    quand ont tombe aussi bas il n ya plus de choix que de negocier

  2. koussata

    j_ai_honte bien parler tres franc, mes noublie pas le Mali ne connais pas ses histoire .ses les media francais qui on change de camp avec lamalgame peau noir tros claire juste pour raison au mnla comme sî les solda malien son alergique au peau claire cest un mauvais jeux qui peut mal tourne et avec leur organisation malsin

  3. tienimango

    l,armee malienne est arrive a kidal les elements fantomes ou imaginaires du mnla n,ont pas donner signe de vie …le mnla n,existe que de nom le mnla est mort de sa belle mort depuis longtemps…vive le mali..

  4. tiefari

    moi je dit mnla mia ansardine aqmi mujao boko haram tous pareille,quand ca les arrange ils sont mnla ou mia ou ansardine,il faut faire attention a ces gens là,on peu pas leur faire confiance,car ils on pas des paroles,et attention de ne pas negocié n’inporte quoi :evil:

  5. j_ai_honte

    A entendre les français, nous sommes tous des assoiffé de sang :cry: .Il est beaucoup plus facile de juger de loin que de près, à chaque fois que les rebelles commettent des atrocités, ils s’en tirent avec des postes au gouvernement et de l’argent. Tout ce que nous voulons c’est que justice soit faite, qu’ils répondent de leurs crimes comme tout citoyens l’amda qui a tué/violé ses compatriotes.
    Arrêtez de transformer un groupe armé qu’est le MNLA en une race/ethnie. Cette guerre n’est pas menée contre une race/ethnie mais plus contre tous les groupes armés sur le territoire malien à part bien entendu l’armée malienne. Il y a des nordistes à Bamako dans toute les institutions, dans tous les corps, personne les a fait la peau à ce que je sache :!:

    • blanche neige

      Ce n’est pas une question d’etre assoiffés de sang ,mais en Afrique c’est toujours le sang pour le sang ! Vous n’arriverez jamais à sortir de cercle infernal . OK les rebelles ont commis des atrocités ,mais les soldats maliens aussi (une fosse commune avec une vingtaine de corps mal enterrés a été decouverte à Gao )!!!
      Quand pour une mobylette volée à Bamako vous appliquez l’article 320 , n’est ce pas une atrocité çà ?????? et ceux qui commettent ces crimes ne sont jamais arretés ni jugés :evil: :evil: il ne faut donc pas s’etonner des reactions françaises ou occidentales !

      • j_ai_honte

        Le verdict population(sang pour sang /article 320)est une conséquence directe de l’injustice. Lorsque la justice ne fait pas son travail, la population va se rendre justice c’est d’ailleurs pour ça que nous réclamons justice et non vengeance pour le cas de MNLA. Si les criminels continuent à s’en sortirent sans même une tape sur le doigt alors nous continueront de cultiver la haine. Pour ne pas attiser le feu que MNLA répond des ses actes.

      • cheick dembele

        Mais toi tes une vrai petite pétace tu ne comprends pas la souffrance d’un peuple entier des gens qui été ampute des membres par les fous de dieu à te lire je dirai que tes une satan tes dégoûtant je sais pas pourquoi tu es autant contre les maliens .
        OU était tu petite blanche neige au poil cul rousse quand 200 soldats maliens sont assassines par les groupes armées.
        Arretez de prendre les maliens pour des moins que riens s’il vous plait.
        Mais je peux te comprendre et comprendre ta nervosité sur les maliens mais je sais le pourquoi: ta du être bien baisé par un malien qui ne veux plus de toi pour rechauffer ta foufoune.
        je lis tout tes commentaires depuis un moment 70% négatif.
        pour info je suis dans le départ 44

  6. moises

    Vous faites tous de imaginations.Pour eviter ilegalité de cette guerre, et compte tenu du brouillons que les soldats Maliens produisent( exactions, rakets, viol, vengences assassinats) envers les peaus claires.Alors les français ont choisis de rentrer seuls à KIDAL.Il est clair que nos soldats confondent peaux claires et rebeles, alors la france doit faire attention pour eviter une plainte internetionale au futur.