Relance du dialogue inter-malien : le ministre algérien des Affaires étrangères en parle avec le Président du Faso

1
Relance du dialogue inter-malien : le ministre algérien des Affaires étrangères en parle avec le Président du Faso
Le ministre algérien des Affaires étrangères en parle avec le Président du Faso.

Le ministre algérien des Affaires étrangères, Ramtane Lamamra a été reçu en audience en fin de matinée, ce mercredi, 9 juillet 2014 à Ouagadougou par le Président du Faso, Blaise Compaoré. Au menu de leur échange, les questions relatives à une sortie de crise au Mali.
« Le Président Abdelaziz Boutéflika m’a chargé de transmettre à son frère, le Président Blaise Compaoré, ses sentiments cordiaux, de considération, d’amitié et de respect. Il m’a chargé également de développer devant le Président Blaise Compaoré, un certain nombre d’idées concernant les efforts déployés en vue d’aider les frères maliens à aboutir à une sortie de crise ; d’une manière pacifique, consensuelle dans le cadre des efforts soutenus par l’ensemble de la communauté internationale et fondés sur les avancées, les acquis qui ont été réalisés notamment, tels que consignés dans l’accord de Ouagadougou du 18 juin », c’est ces termes que le chef de la diplomatie algérienne, Ramtane Lamamra a campé le décor de sa visite dans la capitale burkinabè. Pour lui, le Président Blaise Compaoré, désigné médiateur de la CEDEAO dans la crise malienne, est « un homme d’Etat d’immense sagesse et d’une expérience inégalable ». Selon le diplomate, les efforts de M. Compaoré ont permis d’enregistrer de nombreux acquis importants vers une sortie de crise au Mali. C’est pour cela, s’est-il réjoui, que l’Algérie et le Burkina sont sur une longueur d’onde en ce qui concerne les principes et les contours de recherche de solution. Il a affirmé que les deux pays vont mettre en synergie, leurs efforts pour une sortie de crise à travers un dialogue inter-malien inclusif.

Relance du dialogue inter-malien le 16 juillet à Alger

« Notre rôle étant d’huiler la mécanique, en ce sens qu’il s’agira de permettre aux Maliens, eux-mêmes, de se parler, de se parler directement, d’envisager les solutions les plus à même de les aider à régler les causes de cette situation et de se projeter dans l’avenir en tant que nation unie… », a affiché Ramtane Lamamra. Pour Alger, le dialogue sera relancé sur la base des acquis déjà engrangés, de l’accord préliminaire de Ouagadougou et même des différentes résolutions de l’ONU sur la crise. Ce qui se fait en Algérie, affirme Ramtane Lamamra, consiste à aider les mouvements à se regrouper autour d’une plateforme pour faciliter la négociation.

« Nous nous proposons donc de lancer la phase initiale du dialogue inter-malien inclusif le 16 juillet à Alger, en présence des ministres des pays de la région, ceux qui sont déjà actifs dans le cadre d’un comité de renouveau de soutien au dialogue inter-malien, groupe dans lequel le Burkina Faso joue un rôle éminent depuis sa constitution », a dévoilé le diplomate, convaincu également que la stabilité et la sécurité du Mali sont indissociables à la stabilité et à la sécurité de l’Algérie et du Burkina Faso. « La géographie est une donnée absolument déterminante dans ce genre de situations. 1400 km de frontières entre l’Algérie et le Mali, 1200 km entre le Burkina Faso et le Mali, donc le sort du Mali intéresse les deux pays au plus haut point », a-t-il illustré.

 

Le Faso.net 10/07/14

PARTAGER

1 commentaire

  1. Après le mali c est l Algeria qui sera next
    Ds l agenda francais
    d après le new world order
    La reconquete pr les resources minieres ou Elle’s se trouvent
    ainsi l Algeria aura as part
    La France utiliserait les memes jihadists contre elle
    A chacon son tour ,grace a son immense potential en gas et oil
    L Algeria récolterait les conséquences de trahir le Mali durant toutes ses années
    de négociation avec les rebels.
    Elle aurai du faire mieux pour empêcher que la France soit à ces portes
    elle est visé et elle le sait.et n’échappera pas
    même si c’est 50ans après

Comments are closed.