Rencontre avec le Président de la CMFPR2 qui parle des pourparlers d’Alger, de leur rencontre avec la coordination HCUA, MNLA, MAA ainsi que de leurs forces armées…

3
Abba Kontao
Ibrahim Abba Kontao

« Dans la mesure où nos frères reconnaissent : l’intégrité territoriale du Mali, l’unité du pays, la forme républicaine et la laïcité de l’Etat…, il n y a pas de raison de ne pas discuter avec eux », a expliqué Ibrahim Abba Kantao


Votre journal a rencontré pour la première fois, le discret Président de la Coordination des Mouvements et Forces Patriotiques de Résistances deux (CMFPR2).

 

Dans cet entretien exclusif, M. Ibrahim Abba Kantao, non moins président du mouvement d’auto-défense « Ganda Izo », explique la non participation de leur mouvement, la CMFPTR2 aux pourparlers d’Alger qui ont vu la signature de la feuille de route. Aussi, M. Kantao a déploré l’attitude de l’ambassade d’Algérie ainsi que du Haut Représentant du Chef de l’Etat ainsi que les comportements de certains cadres originaires du nord. Parlant de leur mission à Ouagadougou qui s’est déroulée du 1er au 03 août dernier dans la capitale Burkinabé, le Président de la CMFPR2 qui (faut-il le rappeler est composé de sept groupes armés et non les moindres), a révélé que la Coordination du HCUA, du MNLA et du MAA, ils se sont compris sur l’essentiel, à savoir que : «L’intégrité du territoire nationale, la forme républicaine, l’unité du pays, la laïcité, encore moins de la partition ne sont pas à négocier. Dans la mesure où nos frères acceptent cet état de fait, ils sont maliens, donc, nous avons jugé d’échanger avec eux », a laissé entendre Kantao.

 
Mali Demain : Et si vous nous parler de la CMFPR2. Qu’est ce que c’est ?
Une coordination bien structurée
M. Ibrahim Abba Kantao :
La création de la Coordination des Mouvements et Forces de Résistances Patriotiques (CMFPR2) était une nécessité face à la menace qui prévalait. La CMFPR2 était un bloc qui a éclaté en janvier dernier suite à des divergences internes profondes malgré les bons offices des sages du COREN qui ont usé de leur expérience pour éviter la division, en vain. Pourtant, nous avons tout fait pour éviter cette séparation. Donc, la CMFPR2 est composée entre autres de mouvements et groupes de résistances dont le Ganda Izo dont je suis le président, le Ganda Koye du Pr Younoussa Touré, Force de Libération des Régions du Nord de Amadou Abdoulaye Cissé, le Mouvement Bouctou Protection de Sbeyti Ag Akado, le Mouvement Bella pour la Justice et l’Equité au Nord (MBEN) de Moussa Ag Intazoumé Dicko, le Mouvement pour la Restauration de la Dignité (MPRD) de Abdoulaye Dicko, le Cadre de Concertation et d’Action Ganda-Koye

 
de Mahamane Alassane MaÏga tout comme la Coordination de Soutien aux Mouvements de la Vallée du Niger de Abbass Iboune. C’est dans cette dynamique que nous avons pu réunir, voir rassembler des milliers d’hommes tous en armes qui se battent honorablement contre les agresseurs du Mali, en tout cas dans les zones où nous opérons. D’ailleurs, les morts aux combats sont de notre Coordination. Cela ne fait aucun doute. Faites un tour dans nos bases telles qu’à Leleye-Hoye où à Fafa, vous verrez des hommes bien entraînés qui assurent la sécurité des zones o nous opérons sous la vigilance des Forces Armées Maliennes (FAMA) et de la MINUSMA.


Mali Demain : Quand est-il de votre participation aux pourparlers d’Alger qui ont vu la signature de la feuille de route ?

La CMFPR2 a été purement et simplement exclu… pourtant M. Ibrahim Aba Kantao : En tant que mouvement structuré et fortement présent sur le terrain (des milliers d’hommes bien formés et armés), nous n’avons pas compris les comportements du Haut Représentant du Président de la République qui nous a superbement ignoré malgré les conseils des uns et des autres. Idem pour l’ambassade d’Algérie même si le Ministre de la Sécurité s’étant beaucoup battu pour faire comprendre aux autres notre importance puisque pour lui, il s’agit de négocier une feuille de route qui exige la présence de toutes les parties représentatives de la base, donc des communautés. Quant au Ministre Zahabi , il a lui aussi tout tenté et même essayé de faire raisonner l’ambassade d’Algérie, rien n y fait. N’est-ce pas pour cela qu’une fois à Alger, la Coordination HCUA/MNLA/MAA a refusé de rencontrer les groupes : CMFPR1, CPA et MAA jugeant que les vrais acteurs sont sur le terrain et connaissent leur valeur et forces réelles. Cela est bien vu de la part de la coordination car, nombre de fois, leurs combattants ont eu à faire à nos hommes sur le terrain.
Déplorons le faux jeu de certains cadres du nord
Aussi, nous déplorons le faux jeu de certains cadres du nord qui au lieu de se rendre compte de leurs erreurs du passé dans la gestion de cette problématique, font de la diversion à chaque fois qu’ils sont consultés. Ceci est déplorable puisqu’il s’agit de notre Nation, de la paix durable que nous recherchons pour nos populations qui sont beaucoup affectée par cette sale guerre. Mieux, nous nous demandons pourquoi, Alger s’immisce dans le choix des participants à ces pourparlers inclusifs ? Ceci n’est pas normal, surtout que l’on parle de pourparlers inclusifs entre les fils du Mali.

 

En tout cas, cette façon de faire, n’est pas pour apporter une vraie paix pérenne au nord Mali. Nous disons à notre niveau que compte tenue de la complexité de la situation, Alger devra être neutre et vraiment neutre au cours de ces pourparlers. Ceci n’est pas compliqué car, c’est un problème entre maliens. Donc une affaire familiale. Et si depuis des décennies, cette situation perdure, c’est que les facilitateurs ne jouent pas franc jeu. Il est grand temps que ce jeu pernicieux s’arrête. En tout cas, l’insécurité du Mali, vaudra celle de l’Algérie et de tous les pays voisins du Mali. Et aucun d’eux ne pourra profiter de cela. Et il est hors de question de diviser notre territoire. C’est après avoir tiré les leçons de ce constat que nous fils du Mali avons décidé de s’entendre pour sauver notre pays, nos populations qui souffrent énormément de la crise.

 
Le gouvernement et le facilitateur ont commis des erreurs

Pour corroborer sur les réticences de la Coordination à s’asseoir sur la même table que certains qui se sont déplacés à Alger au nom des populations du nord, a signé la plate-forme qu’avec le gouvernement. Les autres ont signé aussi avec le gouvernement sans la Coordination. Nous disons que le gouvernement et le facilitateur ont commis de grosses erreurs : – primo en excluant la société civile et la CMFPR2.

 
La CMFPR2 discrète et efficace
Malgré cela, nous (CMFPR2, très discrète, pragmatique mais efficace) avons réussi étant au pays, à rétablir des contacts et non les moindres qui nous permettront dans un avenir proche à harmoniser nos positions. Je veux dire qu’il s’agisse de la coordination et nous CMFPR2 ainsi que les autres mouvements armés. L’objectif visé est de réduire le nombre de participants afin d’aboutir à une solution idoine. Sinon, plus les parties sont nombreuses, loin sera la paix.

 
Unir les efforts
En clair, la CMFPR2 en synergie avec la coordination (HCUA/MNLA/MAA) ainsi que tous les autres mouvements sommes obligés de nous unir pour parler d’une même voix. Et la société civile sera une sorte d’arbitre entre nous et le gouvernement parce que tous les accords qui ont été signés dans le passé avec les mouvements armés, ont échoué par ce qu’il n y a pas eu cette synergie d’action de tous. La participation et la contribution de la société civile sont un impératif.

 
Mali Demain : Qu’est ce qui explique votre optimisme quant à cette harmonisation des positions ?
La coordination et la CMFPR2 ont levé tous les équivoques à Ouaga : unicité du pays, laïcité, pas de sécession
M. Ibrahim Kantao : Je suis optimiste puisque lors de notre rencontre à Ouagadougou du 1 au 3 août dernier, la délégation de la CMFPR2 que j’ai conduite et la coordination HCUA/MNLA/MAA, a permis de lever tous les équivoques, à savoir que nos frères reconnaissent : l’intégrité territoriale du Mali, l’unité du pays, la laïcité de l’Etat. Donc, il n’est pas question de sécession ou de partition du Mali. Dans la mesures où ils reconnaissent ces points très importants pour nos compatriotes, nous avons estimé de discuter avec eux. C’est à partir de Ouagadougou que nous avons décidé d’harmoniser nos positions à travers des échanges francs et directs.

 
Harmonisation les plateformes et ensuite procéder à la sensibilisation des communautés
Ainsi, nous avons décidé à Ouagadougou de s’engager à travailler pour l’avènement d’une paix durable et pérenne ; harmoniser toutes les plateformes, seule gage de sortie de crise. En clair, l’objectif visé est d’avoir une seule délégation qui se déplacera à Alger. C’est pour cela que nous avons décidé ensemble de sensibiliser nos communautés. Le but final est de rassembler tous les groupes et mouvements armés, soit à Gao ou ailleurs pour parler d’une même voix avec le gouvernement. Et pour cause, il n y aura pas de paix, si les gens ne se parlent pas. Mieux, tant que X est diabolisé, il sera difficile de parvenir à la paix.

 
Les discussions de Ouaga serviront de déclic
Aussi, à Ouagadougou, nous avons accentué nos discussions sur la bonne gouvernance, la sécurité et le développement des régions du  nord. Il y a eu harmonisation de nos points de vue sur ces questions. Vous savez, notre rencontre de Ouagadougou allait être mal perçu par certains. L’avenir nous donnera raison car, cette action qui vient d’être engagée dans la capitale Burkinabé, fera un déclic pour une paix définitive de cette crise qui n’a que trop durée. Nous en sommes vraiment fatigués. Et puis, par exemple, dans le cercle d’Ansongo, nous avons nos hommes de la CMFPR2 (Ganda-Izo) qui font face à ceux du MNLA, si nous ne nous parlons pas, il y aura confrontation sanglante. Cela ne sert à rien. En tout cas, pour nous à la CMFPR2, Ouaga a été un déclic contrairement à ce qui s‘est passé à Alger où les différents ne se sont pas parlés, ce qui ne permet pas d’avancer du tout.

 
Harmonisation de nos forces
Pour nous, l’harmonisation fera en sorte que nous unissons nos forces. Ainsi, nous souhaitons que la CPA, branche dissidente rejoigne le MNLA ; idem pour les deux tendances du MAA.
Nous pensons nécessairement que notre apport apportera un plus aux discussions, puisque convaincu de la justesse de notre démarche malgré les critiques acerbes dont nous faisons l’objet qui visent à nous trainer dans la boue et à nous divertir.

 
Tous ceux qui ont commis des forfaits répondront de leurs actes…
En outre, face à nous à Ouagadougou, nos frères ont remarqué que le MNLA est diabolisé et il en sera de même pour la CMFPR2.
En tout cas, le langage a été franc et ils nous ont compris même si nous avons rappelé que tous ceux qui ont commis des forfaits, répondront de leurs actes. C’est pour cela que nos frères conviennent avec nous que le regroupement de tous les mouvements demeure la seule solution d’aboutir à une vraie sortie durable de la crise et surtout, que le gouvernement comprenne qu’en mobilisant la société civile, aidera à atteindre cet objectif majeur tant recherché.


Des retrouvailles de tous les mouvements pour bientôt

Enfin, les retrouvailles de tous les mouvements seront pour bientôt suite à la rencontre de Ouagadougou parce que nous avons déjà commencé les sensibilisations de nos communautés sur la nécessité de se parler dans les yeux et vrais.
C’est ce qui explique l’invitation de la coordination à tous les mouvements pour ce grand rassemblement inédit. Qui l’aurait cru par ces temps qui courent ?

 
Sensibilisation des communautés en cours
En tout cas, la coordination ainsi que la CMFPR2 ont réussi à surmonter nos divergences et avions déjà débuté la sensibilisation de nos communautés sur le terrain en vue du plus grand rassemblement des mouvements armés. Un vrai défi pour le quel nous travaillons pour atteindre en synergie avec tous les acteurs. En réalité, nous visons à expliquer aux organisations, aux associations, le bien fondé d’une synergie d’action de tous les fils du Mali et singulièrement ceux qui vivent au nord pour trouver une solution définitive de la crise qui n’a que trop durée.


Ouaga a mis en confiance nos frères de la coordination

La rencontre de Ouagadougou a non seulement mis en confiance nos frères de la coordination qui ont été mis en confiance et aussi, rassurés.
C’est dire que la machine d’une paix véritable est engagée. Et rien en pourra l’arrêter à ce que je sache parce qu’il y a une volonté réelle des vrais acteurs à arriver cet état de fait tant souhaité par nos populations.


Propos recueillis par Bokari Dicko

PARTAGER

3 COMMENTAIRES

  1. mr moi je ne me reconnais pas en vous et vous n agissez pas en mon nom votre demarche est opportuniste et montre que le gouvernement avait raison de vous ecarter pourquoi vous justifier puisque vous avez l aval du mnla et je pense que vous signez votre arret de mort politique vous n etes pas credible.

  2. Sale opportuniste il fallait s’acoquiner avec tous les autres sauf le MNLA (ennemi n°1 des maliens, destructeurs de nos infrastructures; violeurs, semeur de haines) et vous serez traité comme tel. Vous faites la honte du Mali

Comments are closed.