Reprise de la coopération : La France pose ses conditions

12 réactions [-] Texte [+] Email Imprimer

Le Premier ministre, Cheick Modibo Diarra, arrivé lundi à Paris, a rencontré hier mardi le ministre français des Affaires étrangères Laurent Fabius pour parler de la situation dans le nord du Mali, aux mains de groupes islamistes armés. Le chef de la diplomatie française a profité de la rencontre pour rappeler au chef du gouvernement de transition que la reprise de la coopération économique avec notre pays est conditionnée à l’élaboration d’une feuille de route, notamment la fixation des dates des prochaines élections générales.

Le ministre des affaires étrangères français Laurent Fabius avec le premier ministre malien Cheick Modibo Diarra, à Paris, le 27 novembre 2012.

Comme annoncé, le premier ministre, Cheick Modibo Diarra, à Paris depuis lundi, a été reçu hier mardi par le ministre français des Affaires étrangères Laurent Fabius pour parler de la situation dans le nord du Mali, aux mains de groupes islamistes armés. L’échange a porté principalement sur la crise malienne, en particulier sur ses aspects politique et militaire. Cet entretien leur a permis de faire le point sur l’état d’avancement du processus politique au Mali, ainsi que sur la rédaction d’une feuille de route, qui conditionne la reprise de notre coopération. Une réponse à la requête du Premier ministre qui a plaidé pour le retour des partenaires techniques et financiers. D’ailleurs, Cheick Modibo Diarra a assuré le chef de la diplomatie française que la feuille de route du Gouvernement serait transmise très bientôt à la communauté internationale après son adoption par les députés maliens

Sur le plan sécuritaire, l’entretien a permis de revenir sur la planification de l’opération africaine dont le Conseil de sécurité des Nations unies sera prochainement saisi et sur la restructuration en cours des forces armées maliennes. »

Avant de le tenir informé des derniers développements politiques et sécuritaires au Mali, le Premier ministre a réitéré la condamnation de l’enlèvement d’Alberto Rodriguez Leal, citoyen français survenu le 20 novembre dernier au Mali et à mis l’accent sur la nécessité de mutualiser les efforts pour lutter contre les prises d’otages que les terroristes utilisent comme des moyens de pression et de chantage. Il a ensuite expliqué les attentes du Mali de la résolution des Nations Unies autorisant le déploiement d’une force militaire internationale pour la reconquête des territoires occupés.

Abdoulaye DIAKITE

 

 

 

 

 
SOURCE:  du   28 nov 2012.    

12 Réactions à Reprise de la coopération : La France pose ses conditions

  1. blanche neige

    Pour remercier CMD de sa visite , Fabius qui est juif ,lui a offert une Kipa :mrgreen: :mrgreen: le premier sinistre a promis de la porter tous les vendredi pour aller à la mosquée :lol: :lol: :lol: :lol: :lol: :lol: :lol: :lol: :lol:

  2. celui qui se tape blanche merde et sa coco 100 armes

    Interview du 1er ministre:

    http://www.legrigriinternational.com/

  3. Freres maliens, freres africains, freres humains, LE FRONT ANTI-NEGOCIATION EST NE. faites passer le mot: dans les villes, campagnes, hameaux et villages, contres et bougouda, les peuples du Mali ne pardonneront jamais a leur dirigeants de comparer et de compromettre L’AVENIR DE 14 MILLIONS DE PERSONNES POUR SAUVER 1500 (OU MOINS) PERSONNES.
    SUR FACEBOOK, DANS VOS EMAILS, VOS CORRESPONDANCES, DANS LES SOTRAMAS, DANS LES BUS SUR VOS MOTOS ET DANS VOS VOITURES, DANS VIS GRINS DE THE, DANS VOS SALLES DE CLASSE DANS VOS CONVERSATIONS TELEPHONIQUES, DITES LE AVEC force et conviction : JAMAIS DE NEGOCIATION AVEC LE MNLA OU ANSAR DINE.
    Les europeens ne doivent pas pousser le Mali a negocier avec des gens qui ont enleve leur compatrioteS pour le vendre a AQMI. L’Algerie ne doit pas se faire la voix d’apatrides et de trafricquants qu’elle a chasse de chez lui ET AU MEME MOMENT elle refuse la moindre concession a SES COMPATRIOTES DE LA KABYLIE.
    QUEL HONNEUR ET QUELLE DIGNITE Y A-T-IL POUR UNE ETAT, UNE NATION A S’ASSOIR ET DISCUTER AVEC UN GROUPE QUI NE VEUT PAS VIVRE AVEC LES AUTRES.
    Il est plus que temps, Associations des ressortissants du Nord, hommes politiques, societe civile, Religieux et athes, somas et donsos,paysans, eleves, Maliens du Nord, Maliens du Sud, maliens de l;Est et Maliens de l’Ouest,C’EST MAINTENANT LE MOMENT DE SE LEVER ET DE DIRE NON, NON, NON. NOUS NE VOULLONS PAS DE NEGOCIATION AVEC NI ANSAR DINE, A PLUS FORTE RAISON LE MNLA. C’est aujourd’hui que vous devz elever vos voix, crier haut et fort. Sinon demain il sera trop tard. Demain, vous serez mis devant le fait accompli.
    DEMAIN, CE SERAIT COMME DANS CES ELECTIONS OU LES LENDEMAINS, VOUS VOUS REVEILLEZ AVEC QUELQU’UN QUE VOUS N’AIMEZ PAS, simplement parce que vous n’avez pas voter du tout.
    UN ETAT, UNE NATION DIGNE ET RESPECTE N’A PAS PEUR NI HONTE DE NEGOCIER AVEC une communaute qui se sent marginalise, avec une region sujette a des difficultes, une partie de la population qui a un avis contraire, mais JAMAIS AU GRAND JAMAIS AVEC UN GROUPE DE PERSONNES, QUI POUR DES INTERETS PERSONNELS, ONT PACTISE AVEC DES TERRORISTES,LE CARTEL DE LA DROGUE POUR METTRE LE PAYS A GENOU ET QUI ONT COMMIS AU VU ET AU SU DE TOUS :viols, meurtres gratuits, destruction du tissu economique et provoque le deplacement des milliers de personnes, au nom desquels, ils pretendent commettre ces forfaits.
    A TOUS LES REBELLES: VOUS NE VOULLEZ PAS VIVRE AVEC NOUS? ALLEZ AILLEURS

  4. chec

    oui vivre le Mali mais nous il faut on ses fait fase a notre destin sans nous personel ne vindra regler cette crise a notre place si nous pensions a ça on ce tronp

  5. npogo

    C’EST TRES FACIL D’ANONCER LA DATTE DES ÉLÈCTION, ON PEUT LÀ FIXÉ AU XIXIÈME MOI APRÈS LA LIBERATION DES RÉGIONS DU NORD C’EST TOUX, MAIS AVANT LA LIBERATION IL N’YAURAT PAS D’ÉLECTION.

  6. fladen

    «  »ATT est arrivé à Bamako hier soir et aucun journal n’en parle » arreter les mensoges.

  7. Maru

    Il faudra que le gouvernement malien clarifie son point de vue sur la tenue des elections generales a qui de droit: on ne peut pas parler d’elections generales quand le 2/3 du territoire national est sous occupation. ca c est carement absurde. Il faudra que ces occidentaux arretent de nous poser des conditions impossibles comme prealables a leur cooperation. Nous voulons recouvrir notre territoire a 100% pour mieux donner de sens au terme elections generales.
    Entre nous memes a l’interieur il faudra qu’on s’entende bien sur toute question concernant la gestion de cette crise.Il ne faut pas donner de chance a ces demagogues de la communaute internationale de cacher leur mauvaise foie,ou leur incompetence pour toute intervention a cause de notre mesentente.
    Arretons les querelles politiques et faisons face aux difficultes du jour. Faisons confiance a nos institutions constitutionnelles en place et evitons de donner l’impression aux autres que nous n’avons pas de sens de sagesse pour gerer nos affaires interieures. FDR, COPAM et du n’importe quoi, tous doivent s’unir, collaborer avec nos elus. Il faut savoir donner l’impression de faire confiance a nos autorites meme si cette crise sera pour une duree plus longue que prevue ( je le souhaite pas). Dans ce cas la communaute internationale n’aura pas d’escuse pour son refus de cooperer.
    Vive le Mali.

  8. :evil: Pas de journalistes à Bamako? :evil: ATT est arrivé à Bamako hier soir et aucun journal n’en parle :twisted: :twisted:

    • celui qui se tape blanche merde et sa coco 100 armes

      espèce d’imbecile menteur… tu dois être:

      -un nègre idiot?

      -un enfoiré de juif, dit libanais

      -un espion français

      -un de ces minables toubab comme blanche merde, ki trainent tout le tem ici

      – bref…

      ki ke tu sois, tu es CON kom un trou du kul

      :evil: :evil: :evil: :evil: :evil: :evil: :evil: :evil: :evil: :evil: :evil: :evil: :evil: :evil: :evil: :evil: :evil:

  9. stay strong

    we need more informations