Résolution de la crise malienne : L’Algérie tient à sa médiation

58 réactions [-] Texte [+] Email Imprimer

Au moment où le monde entier  est préoccupé à trouver une solution définitive  au terrorisme qui sévit  dans le  Nord du Mali, le pays voisin qui a toujours servi de  cadre pour la signature des Accords, vient d’étaler ses ambitions. Il a fait signer le MNLA et Ançardine un accord farfelu afin d’empêcher l’intervention militaire des troupes étrangères.

Bouteflika, président algérien

Le pays d’Abboul Aziz Bouteflika Mali paie notre pays en monnaie de singe à cause de la farce et du jeu partisan auquel il se livre depuis le début de crise malienne. En effet, l’Algérie est désormais connue de par sa position. A défaut de déclarer la guerre au Mali, elle se permet de soutenir les ennemis de notre République.

Un pays frère et ami du Mali qui agit au quotidien en mettant des bâtons dans les roues de notre pays. Pour preuve, le Nord est inondé par des produits en provenance de l’Algérie. Le transport en file indienne est exécuté par des camions et avions de ravitaillements de l’Algérie

C’est dire que l’Algérie roule pour les terroristes au nez et à la barbe  des grandes puissances de l’ONU. Pire, elle ravitaille Aqmi et Ançardine en armements et en carburant. Comme si cela ne suffisait pas, ce sont les diplomates algériens qui venaient demander aux plus hautes autorités maliennes de renoncer à la quête du déploiement des troupes sous l’égide de la CEDEAO, de l’Union Africaine et de l’ONU.

La farce de l’Algérie

Pas plus tard que le 21 décembre dernier, difficile d’accepter même pour des esprits retors le contenu de l’Accord signé entre Ançardine et le Mnla : sécuriser les localités qu’ils occupent respectivement, lutter pour libérer les otages entre autres. Primo : ce sont ces groupes qui constituent eux-mêmes l’insécurité. Secundo : Ils sont les auteurs  qui ont plongé le Mali dans le gouffre. Tertio : Parlant des otages, ce sont ces groupes qui ont vendu les otages à aqmi et au  Mujao, selon  des sources proches de ces mouvements. Signalons que le Mnla n’est plus sur le terrain et ne contrôle plus rien. C’est une façon de vouloir l’intégrer forcément dans les négociations. Par ailleurs, Ançar dine ne contrôle que Kidal.

Donc, l’Algérie, se sentant  écarter de la médiation par l’ONU et la CEDEAO, à défaut de décrocher un accord  de type « juillet 2006 » est en train de se mêler de tout et de rien sans savoir ce qu’elle fait véritablement. L’Algérie pense qu’elle est incontournable et ne parvient pas à se mettre à l’écart de la médiation.  Mais comment voulez-vous que le peuple et les autorités du Mali accordent une crédibilité quelconque au pouvoir de ce pays dont la médiation s’est soldée  à plusieurs reprises par des échecs.

Mountaga DIAKITE

SOURCE:  du   28 déc 2012.    

58 Réactions à Résolution de la crise malienne : L’Algérie tient à sa médiation

  1. MTC

    MTC
    Aucun pays ne viendra libérer le Mali tant que nous même nous n’ouvrirons pas les hostilités. Une date symbolique arrive, il s’agit du 20 Janvier date anniversaire de l’armée malienne, si les hostilités ne sont pas engagées pour cette date symbolique, alors une révolution à Bamako n’est pas à exclure. Je propose la désobéissance civile à partir du 21 Janvier 2013, si le président n’engage pas la reconquête du Nord Mali.

  2. mustapha

    Vous êtes des lâches

    Vous ne valez rien , même pas le prix de la corde pour vous pendre.
    L’Algérie vous dit merde , allez négocier en France ou en enfer , mais pas à Alger.
    Nous ne voulons pas de vous , aussi allez au diable , vous et votre lâcheté.
    Vous donnez envie de vomir à tout le monde , mon dieu comment peut on être aussi lâche , même une putain à de la dignité par rapport à vous.
    Nous allons fermer notre frontière aux maliens du sud , et aider les touaregs à ce libérer de cette merde.
    Vous allez gouter le fouet de vos maitres.

  3. Merde aux vieux menteurs du FDR et leurs enfants gate's!!!!!!!!!!!!!!!

     » Laisse venir l’oubli solitaire, dans l’existence, l’Homme politique doit savoir, certes gagner mais surtout perdre; dans ce cas il s’agit comme le joueur d’echecs qui, au contat qu’il est certain de perdre, range ses pions et reflechit par rapport a’ l’experience acquise. »
    ELFIHIRI
    Ceux qui ont A NARCISSISTIC PESONALITY DISORDER ne retiendront rien des mots de sagesse cite’s plus haut car leurs petits cerveaux et leur folie de grandeur leur font croire que le Mali et le monde tournent autour d’eux. ILS N’ONT AUCUNE VISION! COMME DES ANIMAUX SAUVAGES, ILS S’ACHARNENT SUR LE MAlI QUI N’EST PLUS, A’ LEURS YEUX, QU’UN CADAVRE!
    Rien qu’en voyant le trajet du nouveau PM, on sait que l’esprit suicide prevaut et la fuite en avant domine.
    Kassin, Moussa ag et les autres specialistes des erections emotionnelles, sachez que la chaussure gauche du Capitaine Sanogo est meilleure que les « dirigeants » politiques irresponsables, corrompus, inconscients et vendus que vous defendez! C’EST A’ CAUSE DE CETTE CLASSE POLITIQUE INCONSCIENTE ET IMBECILE QUE LE MALI EST DANS L’IMPASSE D’AUJOURD’HUI!
    NB.
    VOUS POUVEZ CENSURER CET ECRIT AUSSI CAR VOUS N’ETES RIEN D’AUTRES QUE DES IMBECILES ET DES DICTATEURS DANS L’AME!!!! LA LIBERTE’ D’EXPRESSION ET LA DEMOCRATIE N’EXISTENT QUE SUR LE BOUT DEVOS SALES LEVRES!!!!
    AS FAR AS I AM CONCERNED, YOU CAN GO TO HELL!!!!

  4. Nikyamakomyalinegre

    QUE DU BLA BLA BLA NEGRO POUR CES MALIENS!!! UN NEGRE RESTE TOUJOURS UN NEGRE,PAS PLUS! ILS RESTERONT TOUJOURS AU RAS DU SOUS SOL. MALi,QUELLES PUISSANCE? RIEN! Y’AFOYE! SI C’EST COMME CELA Q’AGISSAIENT LES PUISSANCES QUE NOUS CONNAISSONS TOUS, MALI N’EXISTERAIT PAS AU JOUR OU NOUS SOMMES. NOUS CONNAISSONS LES PUISSANCES. UNE PUISSANCE NEGRO N’EST QUE DU MERDE ! MAIS SURTOUT DU ZERO!!!
    VOYEZ VOUS MNLA(PEUPLE ELU DE AZAWAD)TOUT SEUL NIIKKK TOUS CES SAL NEGRES. ET IL Y’A RIEN!!!
    MALI N’A QU’A DIRE A MNLA DE NE PAS FAIRE LA GUERRE A AZAWAD!

  5. QUE DU BLA BLA BLA ARABE POUR CES ALGÉRIENS!!! UN ARABE RESTE TOUJOURS UN ARABE,PAS PLUS! ILS RESTERONT TOUJOURS AU RAS DU SOL. ALGÉRIE ,QUELLES PUISSANCE? RIEN! Y’AFOYE! SI C’EST COMME CELA Q’AGISSAIENT LES PUISSANCES QUE NOUS CONNAISSONS TOUS, L’ALGERIE N’EXISTERAIT PAS AU JOUR OU NOUS SOMMES. NOUS CONNAISSONS LES PUISSANCES. UNE PUISSANCE ARABE N’EST QUE DU BEURE! MAIS SURTOUT DU BLEUF!!!
    VOYEZ VOUS ISRAEL(PEUPLE ELU DE DIEU)TOUT SEUL NIIKKK TOUS CES SAL ARABE. ETB IL Y’A RIEN!!!
    L’ALGERIE N’A QU’A DIRE A ISRAEL DE NE PAS FAIRE LA GUERRE A GAZA!

  6. Nikyamakomyalinegre

    Le pouvoir algérien est fautif normalement doit soutenir les touareg pour leur indépendance comme il a fait pour le polisario .au lieu de ça entraîne de réconcilie deux peuple très différent .et qui ne peuvent jamais cohabite ensemble

  7. emoo

    Honte a L’algerie…. Maudit soit Bou.Te..Flika… on n’a pas besoin de sa mediation… ce fils… de c.hi.e.n.. ils sont a la base de toutes les encheres de ces bata..rds du mnla…

    fini avec l’algerie de boutflika l’ingrat… bataragnomog//

  8. Kassin

    C’est l’histoire de la grenouille qui voulait être plus grosse que la vache.

    Le ridicule ne tue plus au Mandé, avril 2012, « excuses » et « aides » sont demandées par le Cnrdre à la CEDEAO, 24 heures après les manifestations et les déclarations de fausse fierté hostiles à la même CEDEAO.

    Celle ci a continué ses efforts pour le Mali, à travers sa médiation certes controversée mais permanente, ses interminables sommets jusqu’à arriver à l’adoption d’un « concept d’opération » approuvé par l’Onu qui a voté finalement, le 20 decembre 2012, sa résolution 2085 en faveur d’une intervention militaire étrangère au Mali assortie de conditions draconiennes (élections et négociations de paix mais dans le strict respect de l’intégrité territoriale du Mali).

    Beaucoup de pseudos intellectuels ont appris à leur dépens que ce n’est pas la grandeur des boucles d’oreilles qui détermine la clairvoyance et la pertinence des idées.

    Au moment où Diango Cissoko entame une tournée sous régionale pour rencontrer les chefs d’état de la Cedeao empêchés en avril dernier d’atterrir à Bamako Sénou, souvenons nous!

    Ce n’est surtout pas par galanterie envers ADO, Yayi Boni et Blaise Compaoré que la junte militaire de Kati a lâché, en avril 2012, son appel à l’aide des « amis du Mali », mais c’est à cause d’une évidente impuissance à combattre les salafistes surexcités au nord du Mali.

    Résultat de la course en avril 2012: Anéfis, Bourem, Kidal, Ansongo et Gao quinté gagnant des salafistes mais perdant pour le Mali en moins de 10 jours d’une géante farce Katoise dont il faut continuer à se battre pour ne pas en être un dindon.
    Quelques pseudos politiciens et militants incrédules d’associations en mal d’écrans de télévision et un astrophysicien quelque peu agité et un peu trop ambitieux en apprendront huit mois plus tard à leur dépens.

    Le bon sens, la fierté et le courage vaudraient que nos braves mutins aillent d’abord au nord, récupérer les cinq villes qu’ils ont filé sans combattre aux salafistes, pour qu’au moins nous revenions aux mêmes positions militaires sur le terrain que lors du coup de farce contre le régime des généraux d’ATT.

    Mais hélas on a préféré courber l’échine devant une CEDEAO, vexée et blessée dans son honneur au cœur du pays du « Djatiguiya » et donné une belle occasion au monde entier de ricaner.

    On a préféré continuer de se cacher derrière les armes bloquées aux ports de la Cedeao pour ensuite se comparer à De Gaulle, tout en laissant volontiers François Hollande faire le nécessaire pour que l’Onu et les américains bougent enfin, en faveur d’une intervention militaire étrangère au Mali qu’on a rejeté des mois durant dans un premier temps.

    J’ai beaucoup pensé à Babemba Traoré « Moi vivant, les français… », je me dis que quelque part dans le camp Soundiata, le cours de Capitaine n’a pas été bien assimilé encore moins les cours d’histoire.

    Mais bon, le ridicule ne tue pas, en tout cas pas à Kati et on est en droit de se demander combien de temps encore la farce géante qui a balayé ATT et CMD, à travers ses numéros d’équilibristes et ses discours fleuves tiendra encore face à la réalité du terrain, face à la réalité tout court.

    L’équipe nationale de combat de l’armée malienne a changé d’entraineurs (des Généraux Kalifa Keita et Gabriel Poudiougou on est passé au Capitaine Amadou Haya Sanogo et au Lieutenant-capitaine Amadou Konaré) mais visiblement les résultats des matchs se suivent et se ressemblent.

    Ce qui a changé avec les nouveaux entraineurs, ce qu’on n’a plus de sponsors et plus de budget pour renforcer nos effectifs au mercato d’hiver 2012/2013, pire, notre encadrement technique peine à trouver un schéma de jeu clair, la tactique n’est pas son fort et nos milieux de terrain jouent repliés à Kati et à Bamako et n’aident pas vraiment nos attaquants à Diabali et à Sevaré.

    Alors vous comprendrez pourquoi nos vaillants soldats sont très vigilants sur les vieillards prêcheurs arabes désarmés du Dawa à Diabali, mais totalement aveugles et même sourds muets sur le Mujao à Douentza.

    Mais franchement, que peuvent faire une lance-roquettes, un BRDM, une Kala, et un char conduit par des soldats démoralisés ou très peu engagés pour la patrie face aux orgues de Staline tenus par des fous de Dieu prêts à mourir pour un Émirat Islamique?

    En réalité rien, les fausses fiertés et les égos démesurés qui ont conduit à la farce géante du 22 mars 2012 ont précipité les choses.

    Explication:

    Pour tout observateur averti de la géostratégie, c’est le camp d’amachach de Tessalit, qui ne pouvait pas et qui ne devait pas tomber aux mains des islamistes.
    Les islamistes l’ont encerclé pendant plus d’un mois sans pouvoir le prendre.

    Et pourtant ceux qui encerclaient le camp ont facilement repoussé deux « impressionnants » convois de renforts et de ravitaillement de l’armée malienne conduit par des Colonels valeureux et connaisseurs du terrain.

    La raison est qu’amachach est protégé par la nature et il est imprenable si ses occupants décident de se battre réellement.

    C’est justement là le problème, coupés du monde pendant plus d’un mois mais ravitaillés par le pont aérien de l’armée américaine, nos soldats ont craqué psychologiquement et bêtement, (ils n’ont jamais été à court de munitions à Tessalit, contrairement à la légende largement relayée dans la conscience populaire) et ont livré le camp de Tessalit sur un plateau d’or aux salafistes avec en prime armes et piste d’atterrissage.

    Alors que de par son isolement, sa position stratégique, et sens symbolique dans la guerre (le camp fut construit par des français dans les temps colons), amachach jouait pour l’armée malienne le rôle de filtre de rétention du gros des troupes du mnlaqmi et donnait de facto un répit salutaire à Kidal, Tombouctou et Gao.

    Point n’est besoin d’aller dans une académie militaire pour comprendre cela.

    Dans toute chose, la dispersion d’énergie est une source d’affaiblissement et ça, nos généraux du « repli stratégique » avaient au moins compris mais apparemment pas nos mutins de Kati.

    Alors ATT et ses généraux, après l’erreur d’appréciation du PC de Gao sur Aguelhoc, jouaient avec le temps et cette dispersion des efforts des salafistes.

    C’est pour cela qu’ils exhortaient Tessalit à résister et, entre temps, eux ils jouaient la carte de la victimisation pour le Mali (rapport d’enquête nationale sur les massacres d’Aguelhoc, lien entre Aqmi et Mnla, pays attaqué dans son intégrité territoriale, ouverture au dialogue…) pour étendre le champ de nos alliés et isoler sur le plan international le Mnlaqmi.

    Ils espéreraient ainsi une intervention militaire internationale pour mettre fin à tout cela, permettre la tenue des élections et assurer l’alternance démocratique à Koulouba.

    Le scénario était séduisant et avait séduit américains, russes, chinois et africains (de l’UA comme de la CEDEAO) parce que le label « Démocratie » jouait à notre faveur et était en réalité notre seule vraie arme dans cette guerre.

    Eh oui, mes chers amis, la stratégie dans cette guerre n’était pas militaire, elle était politique car les forces en présence et la détermination des combattants sur les théâtres des opérations étaient loin d’être en notre faveur.

    Mais cela est incompréhensible pour celui dont les cours de capitaine ont été mal assimilés.

    En agissant par instinct et en surfant sur le déficit de communication des généraux du « repli stratégique » et le nationalisme mal placé de certains maliens, le CNRDRE n’a pas tué seulement la démocratie malienne, il a blessé aussi pendant 9 mois et sûrement plus, l’unique arme de l’armée malienne dans cette guerre: l’arme politique qui permet à la communauté internationale d’intervenir militairement pour vaincre les salafistes et faire échouer leur projet d’Emirat Islamique sur ces terres de Kankou Moussa.

    Et dire que la grenouille voulait être plus grosse que la vache!