Sit-in à Kidal contre la décision du MNLA de quitter des édifices publics de la ville

4
L'insécurité règne à Kidal, dans le Nord-Mali. © AFP
L’insécurité règne à Kidal, dans le Nord-Mali. © AFP

Un sit-in a été organisé, mercredi, devant le gouvernorat de Kidal par un groupe de “femmes et d’enfants” favorables au MNLA. Ils contestent la décision des cadres du mouvement rebelle touareg de quitter les édifices publics de la ville qu’ils occupent.

 

 

La décision des cadres du Mouvement national de libération de l’Azawad (MNLA) de quitter les locaux du gouvernorat et de la radio-télévision publique ORTM qu’ils occupent à Kidal n’est pas du goût de tous. Mercredi 13 novembre au matin, un groupe de “femmes et d’enfants” favorables au mouvement rebelle touareg ont installé leurs tentes devant le gouvernorat et ont commencé leur sit-in en dénonçant la décision des chefs du MNLA.

 

 

Une source administrative a confirmé la tenue de cette manifestation, indiquant : “Ici, au Mali, la manifestation est un droit”. Elle n’a pas fait d’autres commentaires. Jusqu’à mercredi soir, aucune autre source n’avait pu être jointe sur place.

 

 

Dans un communiqué daté du 9 novembre, le MNLA “s’est engagé à quitter le gouvernorat et la radio de Kidal le 14 novembre 2013 selon les termes de l’accord-cadre signé sous l’égide de la communauté internationale” en juin 2013 à Ouagadougou par cette rébellion, un autre groupe armé touareg (le Haut Conseil pour l’unité de l’Azawad, HCUA) et le gouvernement malien.

 

 

Journalistes de RFI tués

Le 4 novembre, le MNLA, le HCUA et le Mouvement arabe de l’Azawad (MAA, un groupe armé arabe) ont annoncé leur fusion qui, selon eux, sera effective “après approbation de leurs bases respectives dans un délai de 45 jours”, sans communiquer le nom de la nouvelle entité.

 

 

C’est à Kidal, que deux journalistes français en reportage ont été enlevés et tués le 2 novembre. Le double meurtre a été revendiqué par la branche maghrébine d’Al-Qaïda. L’enquête menée par ma justice française privilégie la thèse d’une prise d’otage ratéé. Mercredi, le procureur général François Molins a évoqué des “soupçons très précis” contre Baye Ag Bakabo, un Touareg lié à la fois au MNLA et à Aqmi, à qui appartient la voiture utilisée par les ravisseurs.

 

 

Cet évènement tragique a mis en lumière l’insécurité grandissante qui règne dans cette ville située à l’extrême nord du Mali malgré la présence d’une importante force militaire française, malienne et onusienne (Minusma).

Lire l’article sur Jeuneafrique.com 

PARTAGER

4 COMMENTAIRES

  1. Au moins les jeunes de Kidal, eux, savent manifester leur mecontement quand leur supposes responsables prennent des decisions qu’ils considerent non acceptables pour eux….

    Quant a ceux de Bamako meme quand IBK libere des crimimnels, bafoue la dignite et l’honneur du Mali pour lequel il se dit elu, tout ce qu’ils savent faire est s’asseoir a raconter des betises en sirotant

  2. Ce problème relève d’une simple opération de police et d’une simple opération de maintien de l’ordre, et RIEN DE PLUS!

    Elle ne concerne EN RIEN serval ou la minusma ou qui que ce soit d’autre, elle ne concerne QUE L’ETAT MALIEN!

    Puisqu’ibk n’a de cesse de montrer ses muscles VERBALEMENT et de vanter sa fermeté VERBALEMENT, qu’attend-t-il pour dégager une poignée de squatters mnlistes?

    Il est vrai qu’après avoir libéré des mnlistes PRISONNIERS, et avoir levé des mandats de mnlistes RECHERCHES, on voit mal quelle “fermeté” il pourrait encore montrer… Et à qui?…

    Mais ses inconditionnels (de moins en moins nombreux) vont encore hurler contre le fait que serval & minusma ne le fasse pas à sa place! D’où, complicité, protection, etc… et l’éternel refrain visant à dissimuler NOS PROPRES faiblesses… 🙁 🙁 🙁

    • Souvenons-nous de l’admiration suscitée par le courageux “ON NE ME TRIMBALLE PAS, ON NE ME BALADE PAS!”

      Là, il est bel et bien trimballé et baladé par ces quelques occupants, comme par ceux du gouvernorat!… Et ce depuis qu’il est au pouvoir.

    • Au moins les jeunes de Kidal, eux, savent manifester leur mecontement quand leur supposes responsables prennent des decisions qu’ils considerent non acceptables pour eux….

      Quant a ceux de Bamako meme quand IBK libere des crimimnels, bafoue la dignite et l’honneur du Mali pour lequel il se dit elu, tout ce qu’ils savent faire est s’asseoir a raconter des betises en sirotant
      leur the.

      Jeunes du Mali il est temps de remuer vos fesses et de devenir un peu deas hommes dignes de notre avenir et maintenant. Notre avenir c’est aujourd’hui que cela se joue.

Comments are closed.