Situation au Nord : L’éclairage de Soumeylou Boubeye Maïga

11
Situation au Nord : L’éclairage de Soumeylou Boubeye Maïga
Soumeylou Boubeye Maïga

Invité dans le journal télévisé de 13 heures, le ministre de la Défense est revenu sur les événements de la journée de mercredi et a donné un aperçu de la situation générale du terrain.

 

 

Comme dans toute guerre, la communication est essentielle dans celle que les groupes armés de Kidal ont imposée à notre pays. En la matière, l’on ne peut pas dire que nous ayons toujours été à la hauteur. La tendance va-t-elle changer avec la nouvelle séquence qui s’est ouverte dans la crise au nord ? On ne peut que l’espérer. En tout cas, le ministre de la Défense et des Anciens Combattants, Soumeylou Boubèye Maïga, a accepté un exercice utile sur les antennes de la télévision nationale. Invité, hier, dans le journal télévisé de 13 heures, il revenu sur les événements de la journée de mercredi et a donné un aperçu de la situation générale du terrain.

« Hier nos forces armées avaient entrepris une action de reconquête d’un certain nombre de positions considérées comme des positions clés au sein de la ville de Kidal. Depuis les évènements du week-end dernier, le camp que nous occupions était resté le seul symbole de l’Etat à Kidal. Et les forces avaient entrepris de reconquérir les autres secteurs, en particulier le gouvernorat. Il y a eu des moments favorables et des moments qui nous ont été défavorables à la suite de quoi nos forces se sont retirées. Aujourd’hui, nous procédons à une réorganisation de nos forces à partir de Gao et d’autres points », a expliqué en substance le ministre.

Quid du bilan  des combats ? « Nous n’avons pas fini d’évaluer nos pertes en vies humaines. Nous savons seulement que parmi  ceux qui ont perdu la vie, il y a malheureusement le colonel Fayçal (un des seconds du général Gamou)  et d’autres. C’est la preuve que toutes les unités nationales sont en train de participer aux combats. Nous avons 97 éléments au niveau du Camp II avec la MINUSMA parmi lesquels 22 blessés. Pour ce qui est des prisonniers, ils sont beaucoup moins nombreux que la propagande de l’autre camp le laisse croire. Pour l’essentiel, nous essayons de regrouper nos forces à Gao, de revoir ce qui a marché et ce qui n’a pas marché. Il s’agit de faire le point et de tirer les leçons de ce qui s’est passé », a confié Soumeylou Boubèye Maïga.

 

Et d’ajouter que « dans l’histoire militaire, il n’y a aucune nation qui a gagné une guerre sans perdre au moins une bataille. Et la bataille de mercredi ne nous a pas été favorable. Mais les objectifs des forces armées qui sont ceux de l’ensemble de la nation, sont de faire en sorte que la souveraineté de l’Etat du Mali s’exerce partout sur le territoire national. Et c’est dans cette perspective que nous allons nous réorganiser en attendant d’autres instructions et d’autres directives ».

Interrogé sur la situation de Kidal et Ménaka, le ministre de la Défense et des Anciens combattants a confirmé que « nous nous sommes retirés de Kidal » et que Ménaka  était « sous pression de la part d’éléments que nous estimons majoritairement du MUJAO », alliés à d’autres groupes. Il a ensuite précisé qu’à « Ménaka nous sommes en relation avec la force Serval qui est prête à considérer positivement nos demandes d’appui, dont sommes en train d’identifier la nature en fonction de l’évolution de la situation ». Les forces Serval aident déjà à l’acheminement des blessés.

Assurant qu’au moment où il parlait Ménaka n’était pas tombée (Ndlr : la ville était occupée hier par des hommes armés mais la garnison militaire et les casques bleus sont toujours dans leur camp), le ministre a indiqué que nos positions sont intactes à Tessalit, Aguelhok, dans les secteurs de Gao et Tombouctou et dans la zone de Léré.

« Nous avons une vision de l’ensemble du théâtre. Pour l’essentiel, nous nous sommes retirés de Kidal à cause du retournement de la situation et nous continuons d’alimenter sur le plan logistique, nos éléments qui sont  regroupés à Gao et dans d’autres secteurs », a ajouté Soumeylou Boubèye Maïga qui est formel : nos forces ont l’essentiel  de ce qu’il leur faut pour accomplir leur mission.

Synthèse de

S. TANGARA

PARTAGER

11 COMMENTAIRES

  1. Merci monsieur le ministre SBM. Vous avez le soutien total de notre peuple! C’est notre intégrité territorial qui est en jeu. Le peuple malien vous regarde et espère que vos décisions seront les bonnes. Nous sommes tous dans le même navire Mali qui tangue aujourd’hui mais ne chavirera pas. Vive le Mali INDIVISIBLE. 😉

    • chien galet et cafard rampant , comment peux tu accorder untel suffrage à ce monstre comme ça? Avec une assertion du genre “Merci monsieur le ministre SBM. Vous avez le soutien total de notre peuple!” des comploteurs et agent double , ayant causé des déculottés à toute une armée et faisant de nous des risées de la terre , encore fois des individus malsains et écervelés comme toi et acabits se foutent de notre gueule en psalmodiant le nom de ce KAFFRE la comme un héraut autoproclamé!
      Vous et votre vilain paria doivent s’éclipser après ce” Shameful Act” Fuck on you ,et on ne saura plus tarder à organiser une insurrection totale pour balayer tous ces vermines , qui ont fait mains basses sur nos institutions de ces Vingt dernières années , l’heure est au réveil afin de procéder aux nettoyages de l’écurie d’Augias! 👿 👿 👿 👿 👿 👿

  2. kono su tomo kan
    président et toi nous n'avez pas préparer la guerre ni la paix vous êtres le seul responsable de ce qui est arrivé a nos brave soldats
    prêtant dire Hadji Dieu va te payer
    Toute la pleure aujourd'hui

  3. où étaient ils cachés les terroristes , les maliens doivent ouvrir leur yeux et apprendre à dire la vérité si non le mensonge ferra tombé le Mali. ” une maison construite sur le sable va s’éffondre” donc maliens construisons nos maisons sur
    la coline. 👿

  4. La concrétisation des ambitions nobles du Mali par rapport à Kidal passe indéniablement par l’acquisition d’une aviation militaire digne du nom. Que serait Serval sans leur aviation?. Il appartient au gouvernement de revoir sa copie; d’accorder une priorité absolue à la défense à travers l’équipement et la formation des fils du pays (aviation surtout). Quant aux citoyens qu’ils soient de l’intérieur ou de l’extérieur qu’ils acceptent de contribuer à un effort de guerre et de façon significative car aucun autre pays ne libérera Kidal à la place du Mali.
    Merci et bonne chance au grand Mali qui sera toujours debout.

  5. Le ministre de la défense doit démissionner et le pouvoir aux militaires. Quand à la France ,elle est la source de tout les problèmes du Mali ne soyons pas aveugle .
    Quand le poisson pense que le pêcheur lui donne de l’appât pour le nourrir il se trompe .
    Que sauve le Mali

  6. Ces gens ont toujours à raconter ce qu’ils veulent sur leur chaîne.Après le bonjour du journaliste,tout est faux.

  7. « La guerre, ce n’est autre chose que du sang, de la sueur et des larmes »!

    L’armée malienne vient de subir une cinglante défaite à Kidal lors de sa « Guerre des 6 heures » du 21 Mai 2014 face aux mouvements touaregs rebelles, terroristes-djihadistes et narcotrafiquants qui, ironie de ‘histoire, rappelle l’échec cuisant que l’armée égyptienne de Gamal Abdel Nasser avait subi lors de la « Guerre des 6 jours » face à Israël en 1967.

    On retrouve dans la « Guerre des 6 heures » du « kankélatigui » IBK tous les ingrédients de la défaite historique du Raïs : grandiloquence, aveuglement, impréparation, sous-estimation de l’ennemi.

    Au Mali, les mêmes causes n’ont pas tardé à engendrer les mêmes effets qu’en Egypte d’alors ; en effet, à l’issue d’une chaotique « Guerre des 6 heures » dans Kidal « intra-muros », c’est la même gifle que le «Mandé-Mansa » a reçu pour des pertes de matériels militaires et surtout d’hommes ; seul soulagement pour le Mali, la non perte de territoires par rapport à l’Egypte de Gamal Abdel Nasser qui avait perdu le Sinaï annexé par Israël.

    Si IBK estime que le Mali peut et doit continuer la belligérance avec les rebelles touaregs, il se doit de mobiliser l’opinion publique nationale et même internationale mieux qu’il ne l’a fait jusqu’à présent ; en effet, ce n’est pas l’armée seule qui a perdu Kidal, c’est la communauté malienne dans son ensemble qui l’a perdu ; il en découle que ce n’est pas à l’armée seulement de reconquérir le « caillou » (Adagh n Foghas), c’est à chaque malienne et malien de se mobiliser pour ce faire.

    En tout état de cause, si le Mali veut faire la guerre, il faut d’abord commencer par se donner les moyens de faire cette guerre ; c’est loin d’être le cas comme viennent de le démontrer les récents événements de Kidal.

    Parmi les mesures idoines pour pallier la situation créée à Kidal qui n’ont rien d’extraordinaires parce que déjà été adoptées en totalité ou partiellement par des pays en conflits comme le Mali en ce moment ; je citerais celles dites d’urgence opérationnalisables dans l’immédiateté:

    – Mettre sous embargo la ville de Kidal en coupant les routes d’approvisionnement en carburant, certaines vivres comme le tabac à chiquer du Tawat (Algérie), le sucre et le thé ; ce qui se traduira par le transférer du coût réel de l’administration de cette ville à l’occupant en vue de créer des tensions entre population et occupants terroristes ;

    – Diversifier la coopération militaire bilatérale et multilatérale en faisant appel à des partenaires autres que la France et l’EU pour les besoins de formation et d’équipement. De nombreux pays, tels que la Russie, la Chine, Cuba, entre autres, ont un important savoir-faire militaire et ont d’excellentes relations avec le Mali ;

    – Maintenir une présence militaire considérable le long des frontières Niger, Algérie et Mauritanie qui sont jusque-là de véritables passoires.

    Le coût réel de la guerre au Mali doit être présenté au peuple en lui expliquant clairement à quoi on l’engage. C’est le véritable prix à payer pour être libre et vivre en paix sur son propre territoire. C’est le prix que Vietnamiens, Cubains, Iraniens, entre autres, ont payés, ou plus près de nous : Angolais, Ethiopiens, Tchadiens, Mozambicains, Rwandais, Algériens, Sud-Africains. Il n’y a pas de repas gratuit… Peut-être que nous, sahéliens francophones, sommes un peu trop habitués à la facilité ? Ou trop englués dans les paradigmes des palabres ou de la « négociation » ?

    Aucune guerre n’est facile, celles menées par les pays pauvres le sont encore moins. Toutes les guerres coutent cher : en argent, en ressources, en temps, et surtout en hommes. Dans le cas du Mali, ne nous trompons pas, il s’agit là d’une guerre qui va durer plusieurs années, dont l’issue est incertaine et qui emportera des milliers de vies humaines.

    A la fin, il faut que tout le monde comprenne que le Mali est en guerre et que la guerre ce n’est autre chose que “du sang, de la sueur et des larmes” comme l’a bien résumé Churchill.

    La comparaison du cas du Mali d’IBK avec l’Egypte de Nasser n’est pas fortuite. Après la catastrophe de 1967 de l’Egypte en guerre avec Israël, son successeur que l’on disait sans envergure, a patiemment remis à flots l’armée de son pays et a patiemment préparé une offensive contre un adversaire que l’on croyait invincible ; cette offensive, à défaut d’avoir été décisive, a sérieusement ébranlé Israël et l’a contraint à la table de négociations, prélude à la restitution du Sinaï ; en ira-t-il de Kidal squatté par les rebelles touaregs et les « barbus » ? INCH’ALLAH !

  8. Le Ministre Boubèye passe un discours politique pour rassurer les populations malienne.
    A la vérité à n ‘a pas de position après cet échec cuisant face aux groupe armés.
    c’est très dommage…

  9. Mon frère même en voyant le ministre on voit qu’il ment. il avait tellement honte qu’il ne pouvait même pas regarder les gens. Il sait que si il donne la situation réelle, le bilan réel IBK sera comme ATT dès cette semaine. A ce rythme je vois pas le mandat de IBK loin.

    • chien galet et cafard rampant , comment peux tu accorder untel suffrage à ce monstre comme ça? Avec une assertion du genre « Merci monsieur le ministre SBM. Vous avez le soutien total de notre peuple! » des comploteurs et agent double , ayant causé des déculottés à toute une armée et faisant de nous des risées de la terre , encore fois des individus malsains et écervelés comme toi et acabits se foutent de notre gueule en psalmodiant le nom de ce KAFFRE la comme un héraut autoproclamé!
      Vous et votre vilain paria doivent s’éclipser après ce » Shameful Act » Fuck on you ,et on ne saura plus tarder à organiser une insurrection totale pour balayer tous ces vermines , qui ont fait mains basses sur nos institutions de ces Vingt dernières années , l’heure est au réveil afin de procéder aux nettoyages de l’écurie d’Augias! 👿 👿 👿 👿 👿 👿

Comments are closed.