Situation au Nord : Les intellectuels et les acteurs de la culture dénoncent la main invisible des impérialistes

4
0

Intellectuels, hommes et femmes de culture du Mali ont partagé avec la presse, jeudi 9 février 2012 à Bamako, leur analyse et leur vision de la crise qui secoue le pays depuis quelques temps. Dans une déclaration rendue publique à cette occasion, ils ont réaffirmé leur volonté de faire cause commune pour sauver la nation en péril…
C’est en éveilleurs de conscience, soucieux d’éclairer les opinions publiques nationale et internationale sur «les vrais enjeux» de la rébellion qui crée, depuis le 17 janvier dernier, «une situation de guerre civile» au Mali que des intellectuels et hommes et femmes de culture sont montés au créneau ce jeudi à Bamako. Et s’ils se font forts de dénoncer et de condamner, ils ne prennent pas moins l’engagement de travailler à un agenda d’actions concertées pour préserver l’intégrité du territoire national ainsi que la cohésion sociale. Aussi remontent-ils aux sources de l’histoire pour comprendre et faire comprendre les facteurs endogènes et exogènes de ces crises récurrentes ayant conduit aujourd’hui à une situation gravissime.
Il s’agit, pour les intellectuels et hommes et femmes de culture du Mali, signataires de la déclaration de ce jour au nombre desquels l’essayiste Aminata Dramane Traoré, les socio-économistes Abdoulaye Niang et Hamidou Magassa, les historiens Jean-Bosco Konaré et Mohamédou Dicko, l’anthropologue Filifing Sako ou encore le juriste Ousmane Traoré et le peintre Ismaïl Diabaté, d’œuvrer à la constitution d’«un véritable front de résistance au dépérissement de l’Etat». En interpelant ainsi les responsables politiques et la «communauté internationale», le groupe d’intellectuels, d’hommes et de femmes de culture initiateur de la présente déclaration entend s’ouvrir à tous et rassembler large pour contribuer plus efficacement, par la pertinence de son diagnostic et l’élégance de ses propositions et éclairages, à des prises de décisions salutaires.
«Nous sommes dans un processus programmé de désintégration de l’Etat et de cristallisation des identités ethniques et régionales», indique la déclaration, qui s’inquiète d’une nouvelle balkanisation du continent. «Après le découpage du Soudan, nous sommes en droit de nous interroger sur l’intention des pays de l’Otan (Organisation du traité Nord Atlantique, Ndlr) de procéder à une nouvelle balkanisation de l’Afrique. Ne sommes-nous pas de fait en présence d’un processus de dépossession des ressources agricoles et minières africaines, qui constituent aujourd’hui une partie importante des réserves mondiales pour la relance de la croissance économique globale?»
S’inscrivant résolument dans une dynamique de défense de l’intégrité du territoire national, pour laquelle il invite à une union sacrée, le groupe des intellectuels et hommes et femmes de culture du Mali, promoteur de cette déclaration, souligne avec force que: «Nous sommes un seul peuple et même peuple, uni par une longue histoire». Une histoire vieille de plus de 3 500 ans, qui a tout le potentiel pour «fédérer les initiatives et les synergies».
En posant le postulat inattaquable selon lequel «le septentrion n’est pas une planète à part, mais bel et bien une région du Mali, particulièrement vulnérable, qui n’en a pas moins subi les politiques néolibérales qui ont aggravé les inégalités, les injustices, la corruption et l’impunité», les auteurs de la déclaration de ce 9 février invitent assurément à l’émergence de nouveaux cercles vertueux susceptibles de panser les plaies en allant aux sources du mal. Car, et il faut que cela cesse enfin, «de Kayes à Kidal, les Maliens paient cher pour le dépérissement de l’Etat que nous voulons plus responsable, comptable et souverain».
Cela vaut pour le Mali aujourd’hui, mais aussi pour chacun de nos Etats plus que jamais fragiles, et sous le rouleau compresseur d’enjeux géopolitiques, économiques et stratégiques complexes, «sans la compréhension desquels aucune paix durable n’est envisageable». Et c’est là, justement, qu’intellectuels ainsi qu’hommes et femmes de culture du Mali montrent déjà la voie, bien décidés à jouer leur note jusqu’au bout.
La Rédaction

NB - L'auteur de cet article est seul responsable de son contenu.
Trier par :   les plus récents | les plus anciens | les mieux notés
sambou<span class="wpdiscuz-comment-count"><i class="fa fa-commenting"></i> 1039</span>
Membre
sambou 1039
4 années 7 mois plus tôt

Malgré tout le respect que je dois à Aminata, je ne suis pas d’accord qu’on mette tout sur le dos des autres.C’est d’usage chez nous de pointer systématiquement le doigt vers les autres quand il s’agit de nos erreurs à nous,si flagrantes soient elles.C’est dommage. 😉

FAKOLI<span class="wpdiscuz-comment-count"><i class="fa fa-commenting"></i> 3</span>
Membre
FAKOLI 3
4 années 7 mois plus tôt

Depuis sons analyse très pertinente sur le Code de la Famille, j’ai beaucoup de respect pour cette « vraie » intellectuelle qu’est Aminata Dramane Traoré (Brave et courageuse comme son ancêtre TURAMAKHAN !!!)
QUE LE SEIGNEUR DES MONDES SWT LA GARDE LONGTEMPS EN VIE POUR TOUJOURS NOUS ÉLAIRER SUR LES VRAIS INTENTIONS DES OCCIDENTAUX QU’ELLE CONNAIT SI BIEN POUR AVOIR ÉTUDIER DANS LES MEMES ÉCOLES QUE LES MEILLEURS D’ENTRE EUX. J’ADMIRE BEAUCOUP SON ATTITUDE FIERE ET SANS COMPLEXE VIS A VIE DES OCCIDENTAUX. CE QUI N’EST PAS LE CAS POUR LA GRANDE MAJORITÉ DE NOS FAUX INTELLECTUELS QUI TENTENT TJRS DE NOUS MENER EN BATEAU. Mais s’ils n’ont pas compris après les lois sur le code de la famille, ils ne comprendront jamais. Et temps pis pour eux. LE GRAND MALI AVANCE AVEC SA GRANDE TRADION ET SA CULTURE MILLÉNAIRE.

gabiyo<span class="wpdiscuz-comment-count"><i class="fa fa-commenting"></i> 104</span>
Membre
gabiyo 104
4 années 7 mois plus tôt

Ayons le courage de reconnaitre nos erreurs au lieu d’avoir le reflexe de tout mettre sur le dos des occidentaux. L’europe aussi est balkanisée.

waritiki<span class="wpdiscuz-comment-count"><i class="fa fa-commenting"></i> 604</span>
Membre
waritiki 604
4 années 7 mois plus tôt

les soit disant intelo doivent être independant sans avoir peur du pouvoir en place hors avec tout l injustice qui est au mali personne na le courage de critiquer le pouvoir en place même les opposants

wpDiscuz