Situation au nord Mali: Le gouvernement exige une intervention urgente du haut commissariat aux refugiés

1
0

Face à la situation du nord et les violences perpétrées sur les communautés blanches, le gouvernement du Mali, sous la houlette du Premier  Ministre, Mme Cissé Mariam kaîdama Sidibé  a organisé  hier après-midi au CICB, une rencontre avec les ressortissants des régions du nord pour leurs exprimer le soutien du gouvernement.

Cette rencontre a regroupé toutes les notabilités des quatre régions du nord, les familles fondatrices de Bamako, les communautés religieuses du mali, a cotés d’eux les ministres : de l’Intérieur et de la protection civile, Natié Pléah, celui de la    Communication, porte-parole du gouvernement, Sidiki N’fa Konaté.

Pour Mahmoud  Dicko, président du Haut Conseil Islamique : « cette réaction violente n’est pas seulement liée à la rébellion, il faut reconnaitre qu’il y a un malaise profond au pays ». Cependant il soutient qu’on n’ait pas honte de le dire. Le fait de s’exprimer de cette façon n’est pas de bonnes habitudes. Le secrétaire général Abdoulaye Albadia Dicko du collectif des ressortissants des régions du nord, s’érige contre toutes les violences perpétrées contre les populations arabes et touarègues et invite les populations à ne pas faire d’amalgame. Présente à cette rencontre, l’Association des Municipalités du Mali (AMM) par la voix de son vice-président, Niakoro Yeah Samaké déclare que : « la mort d’un malien doit être le deuil à tous ». Pour lui : « si nous perdons, nous perdons tous, vice versa si nous gagnons ».

Présidant la cérémonie, le Premier Ministre, Mme Cissé Mariam Kaîdama Sidibé assure que : «  tous les moyens seront déployés pour le retour de nos frères en fuite à cause de la crise ». Auparavant de nombreuses réunions ministérielles se sont tenues sous sa houlette afin de trouver une stratégie de sortie de crise. La présente rencontre, lui a également permis de rencontrer toutes les sensibilités du pays. Les résolutions de ces rencontres ont exigé  le respect strict par des radios les cahiers de charges ; la dynamisation des services publics des armées  pour donner d’amples  informations et à temps.

Pour protéger les communautés blanches, le gouvernement met désormais des numéros verts  à la disposition des populations que sont :  80 00 11 014 ; pour la Gendarmerie et 80 00 11 15 ; 80 00 11 17 pour la Police nationale avec un dispositif de sécurité renforcé. Enfin, le Premier Ministre, exige une intervention urgente du Haut Commissariat aux refugiés pour le rapatriement de nos compatriotes fuyant la crise et les violences.

Benjamin SANGALA  

 

NB - L'auteur de cet article est seul responsable de son contenu.
Trier par :   les plus récents | les plus anciens | les mieux notés
le refuge<span class="wpdiscuz-comment-count"><i class="fa fa-commenting"></i> 260</span>
Membre
le refuge 260
4 années 7 mois plus tôt

Le Mali est aujourd’hui proche du Ruwanda ou de la Burundi avec des milliers de deplacer . Nos autorités ne veulent pas admettre qu’ils sont depassé par les evenements . ATT veut continuer à berner la population analphabete comme quoi il metrise quelque chose ou que c’est des gens qui sont entrain de saboter ses efforts . Des efforts qu’il ne fournisse meme pas pour resoudre ce petit probleme qui ne fait meme pas tremblé un cheveux de IBK ou de MOUSSA TRAORE . IBK n’est pas un general de l’armée mais il est plus autoritaire que nos femellette de generaux donc les voix ne peuvent meme pas etre entendu à 7 metres tellement que la graisse s’est deposée sur eux . Le HCR doit exiger un communiqué express de ATT à la télé traduit dans toutes les langues demandant l’appuit du HCR sans quoi il poura apres dire que c’est eux qui founissent des armes aux rebelles . C’est un traitre et un lache .

wpDiscuz