Situation dans le nord du Mali : Ni dialogue ni négociation ni absolution

28 réactions [-] Texte [+] Email Imprimer

Ansar Eddine est en position de faiblesse face aux autres groupes islamistes, le Mnla vient de prouver, vendredi dernier face au Mujao à Menaka, qu’il ne pèse rien. Pourquoi le médiateur continue-t-il donc de vouloir le dialogue et la négociation avec des vaincus ? Pour les absoudre de tous péchés ? Impensable à ce stade.

 

Blaise COMPAORE, Président du Faso, médiateur de la Cedeao

En prévision d’une intervention militaire de la force africaine et de représailles contre eux de la part des autres groupes islamistes terroristes qu’ils ont trahis, les principaux responsables d’Ansar Eddine ont lâchement pris la fuite, ne laissant sur le terrain que le menu fretin, la chair à canon. Iyad Ag Ghaly est exilé en Algérie, à Tamanrasset avec certains de ses seconds couteaux. Ses lieutenants notamment Alghabass Ag Intallah sont réfugiés au Burkina Faso où ils jouissent de la protection bienveillante des autorités locales, où ils sont parvenus à établir la connexion avec le Mouvement national de libération de l’Azawad (Mlna). Ansar Eddine ne maîtrise plus la situation dans sa région de Kidal où il est en perte de vitesse. Financièrement et matériellement démunis, Iyad et ses hommes ne font plus le poids devant les autres groupes terroristes qui pourraient s’attaquer à eux si jamais ils venaient à mettre en œuvre leur projet de ralliement aux autorités maliennes. Or Iyad Ag Ghaly, désormais aux abois, est prêt à renoncer à l’application de la charia dans l’ensemble du pays. Au médiateur burkinabé, ses émissaires ont affirmé ne vouloir la loi islamique que dans le nord du Mali où la charia a toujours été appliquée, ce qui est faux, les Maliens ayant toujours pratiqué un islam tolérant et modéré.

A Ouagadougou, faux barbus et vrais pouilleux, sous l’œil protecteur du médiateur burkinabé dans la crise malienne, tentent d’entrainer le Mali dans un dialogue et une négociation inutiles. Le plus virulent est le groupe des indépendantistes qui, malgré sa débâcle de juin dernier à Gao, et sa récente défaite, vendredi dernier à Menaka, contre le Mouvement pour l’unicité et le jihad en Afrique de l’ouest (Mujao), tente de s’imposer à la communauté internationale. Ses responsables sont partis jusqu’à menacer la force africaine sur sa volonté d’intervenir dans le nord sans eux. De plus, ils ont affirmé devant le médiateur que leurs troupes n’interviendront jamais aux côtés des forces armées maliennes dont ils connaitraient les limites. Or, depuis mai dernier, on sait à quoi s’en tenir sur les capacités de ce mouvement moribond qui a perdu la quasi-totalité de ses moyens humains, financiers, logistiques et matériels. C’est donc avec deux groupes quasiment non opérationnels que le médiateur burkinabé est en train de tracer des plans sur la comète, en tentant de faire encore prévaloir le dialogue et la négociation.

Quoi négocier, sur quoi dialoguer et, surtout avec qui ?

Le dialogue et la négociation avec le Mnla et, depuis peu, Ansar Eddine sont devenus les armes fétiches du Burkina Faso et de l’Algérie. C’est le premier groupe qui a ouvert la porte du nord à tous les autres groupes armés. Il est venu dans le nord avec des revendications indépendantistes et laïques, il en a été chassé par des islamistes qui veulent appliquer la charia. Frères de sang et de communauté des Touaregs d’Ansar Eddine, il a été mis en quarantaine par ceux-ci à cause de ses velléités de couper le nord du reste du pays. En trois mois d’occupation de la région de Gao, les éléments du Mnla sont parvenus à se faire détester des populations locales à cause des brimades et exactions dont ils se sont rendus coupables (vols, viols, braquages, séquestrations, assassinats, privations de liberté politiques, d’association, de mouvements, d’expression et de presse,…), saccages des infrastructures publiques (écoles, centres de santé, administrations), pillages des sièges et matériels des partenaires au développement.

Ils ne sont pas les seuls criminels de cette dramatique aventure dans le nord. Les groupes islamistes sont autant coupables. De privations de libertés individuelles et publiques, de justice sommaire avec des sentences exécutées de lapidations, flagellations, amputations, tortures morales et physiques, abus sexuels, mariages forcés, destruction de documents d’Etat-civil et d’archives de l’administration.

Pour tous ces crimes, Iyad Ag Acherif, Iyad Ag Ghaly et leurs hommes doivent payer, ce sont des criminels et en tant que tels, ils doivent être poursuivis, jugés et exécutés avant que la peine de mort ne soit abolie en République du Mali. Ils doivent faire l’objet de mandat d’arrêt international au lieu de profiter de la mansuétude criminelle et intéressée de certains pays comme la Mauritanie, le Burkina Faso, l’Algérie, la France, la Suisse, le Qatar, etc.

A défaut de cela, ils seront exposés à la justice populaire si jamais des forces obscures devaient les imposer aux populations. Et à propos de justice expéditive, il n’y aura pas de conflit ethnique ou de pogrom comme le craignent certains, parce que les différentes communautés du nord (Songhay, Peulh, Touareg, Arabe, Kounta), dans leur quasi-majorité sont pacifiques et vivent en parfaite et bonne intelligence. Pour preuve, elles ont toujours désapprouvé les aventuriers du Mnla et leur tentative de sécession, et les terroristes islamistes qui veulent imposer la charia. Et si certains des ressortissants de ces communautés nomades sont restés sur place, c’est parce qu’ils ne savent pas où aller ou n’ont pas les moyens de se déplacer. Concernant ceux qui ont pris la route de l’exil, ils ont tout simplement évité de possibles représailles consécutives à l’amalgame dû à la bêtise humaine. Mais tout compte fait, les véritables responsables sont connus. Et pour eux, il n’y a ni dialogue ni négociation ni absolution. Pas question de prendre une nouvelle loi d’amnésie.

Cheick Tandina

 
SOURCE:  du   19 nov 2012.    

28 Réactions à Situation dans le nord du Mali : Ni dialogue ni négociation ni absolution

  1. med ahmed

    cedeao nation unies apres avoir libere le nord il vont partir.il aura toujour des probleme je croit ke il mettre fin a cette histoire une bonne fois pour tout.il faut pas ke sa soi les rebelion des annee passe.

    • Cérès

      Tu as raison et après cette fameuse intervention le Mali sera plus déchiré qu’avant et attention au délit de teint ou de couleur de moustache ou de barbe?????? Aïee!!! pauvres Maliens :cry: :cry: :cry: :cry: ..

  2. brahim ould mohamed

    J´ai un peu cru écrire en español,lire mauvaise négociation.Merci

  3. celui qui se tape blanche neige et sa coco 100 armes

    Blaise doit mourri pour les gens qui sont morts par sa faute:
    -au Liberia
    -en Sierra Leone
    -en Côte d’Ivoire
    -au Burkina bien sûr, à commencer par Sankara
    -au Mali
    -etc…

  4. brahim ould mohamed

    Toute négociation,male soit-elle,vaut plus qu´une guerre gagnée,avec son lôt de malheur et de désolation.Mais la guerre semble malheureusement l´unique option actuelle,pour bouter hors de votre territoire les illuminés,qqui agissent au nom d´une religion,qu´ils contrarient en toute règle.Cependant,le problème touarègue,et qui pourtant existe,doit-être abordé avec genie et responsabilité,en tenant compte des droits de cette minorité,le tout dans le cadre de la preservation de l´intégrité territoriale du Mali frère.

  5. malimane

    Nous sommes fatigués que nos dirigeants nous menent en bateau. Ils doivent avoir une ligne directrice. Comme ça le monde entier connaitra la position de l’Etat malien mais de la maniere dont ils le font personne ne nous prendra au serieux et si negociation y a, nous negocierons en position de faiblesse donc nous allons faire des concessions c’est à dire ceder une partie de notre territoire ou appliquer une autre legislation qui n’est pas votée par l’AN sur partie du territoire Malien…Salam

    [ Le debat entre les patriotes maliens (Les malimanes) c’est sur http://www.facebook.com/malimania ]

  6. Ardo Galo

    Problème du Mali, est la rébellion Touareg à chaque fois que se rebeller et tuer des soldats du Mali, et le peuple, et violant les femmes et le vol et le trafic de drogue et d’armes et les enlèvements d’étrangers et le bien des crimes commis par les Touaregs dans le nord du Mali, et pour cela il ne peut être tolérée, avec des rebelles touaregs jamais que ce soit. Et c’est la lâcheté et l’approbation peur et la réconciliation et le dialogue avec les rebelles touaregs jamais, elle doit être enlevée tous les Touaregs qui, dans la République du Mali à l’extrême nord du Mali, en raison du risque encouru par la République du Mali vient des différentes façons les Touareg et les partisans arabes

  7. Allah est eternel

    Ditous tu ignores qu’en négociant avec une personne armée tu sors toujours perdant. La guerre aussi est une forme de négociation mais dans le feu. Et après la guerre la négociation est incontournable.
    Ditous, je m’excuse du terme mais je pense que tu n’es pas intelligent pour comprendre ces bandits armés (MNLA, Ansar satan, AQmi, Mujao…) qui sont tous semblables mais ils ne sont pas d’accord seulement sur le partage de leurs butins. je te dis et je te le répète les revendications du Nord sont semblables au Sud du Mali . Dans une nation civilisée et démocratique même si elle était apparente comme la démocratie malienne on ne doit pas faire recours à la violence pour se faire entendre.

    • Ditous

      Allah est eternel, te gène pas pour certains de tes propos c’est normal nous sommes en train de défendre chacun ces idées.
      je suis d’accord avec toi on ne doit pas faire recours à la violence pour se faire entendre.
      toute la communauté internationale a condamné cet acte.
      c’est pas pour autant de refuser la main qu’ils tendent.
      au moins tu es d’accord avec moi que tôt ou tard, il va falloir regler le problème du nord (Touaregs).
      mais pourquoi ne pas le faire actuellement pendant que la communauté internationale a pris le dossier en main. certes il a eu des négociations dans le passé de manière très restreinte c.a.d: le Mali, l’Algérie et la Libye.
      actuellement que la communauté internationale s’est impliquée pourquoi ne pas le régler une bonne fois pour tous par la une solution négociée.

    • doucara

      Ne jouez pas avec le Nom d Allah
      changez votre pseudo
      réfléchissez un peu

  8. dab

    ils ne reconnaissent pas que le Mali est leur pays malheureusement,donc nous sommes contre toutes formes de négociations avec ces gens .
    Blaise ne pas doit pas décider a notre place les autorités maliennes sont en première ligne et non ces voleurs de territoire.

  9. Allah est eternel

    Monsieur le Président Compaoré nous ne voulons plus de votre médiation que ça soit pour vous ou quiconque, une médiation qui nous fasse retourner en arrière. Nous voulons la paix mais pas simplement une paix durable, pour n’est pas dire durable pour combien de mois combien d’années. Nous voulons une paix définitive et éternelle et par conséquent nous ne voulons que la guerre pour obtenir celle-ci.Je profite aussi de cette occasion pour donner un éclaircissement à l’opinion internationale: il faut que l’opinion internationale se détrompe car le vrai coupable du problème malien c’est le MNLA qui ne défend ni de près ou de loin les problèmes Touareg communs à tout les peuples du Mali. Si vous voulez venir nous aider pour faire cette guerre la porte est grandement ouverte. Mais si vous voulez faire la politique de main tendue au MNLA la cause est d’avance perdue car ça sera une paix précaire si non tronquée. je vous rappelle qu’il y a eu la flamme de la paix au Mali avec des multiples accords mais qui n’ont pas empêché la division si non la scission du Mali d’aujourd’hui. Avant tout la guerre d’abord même si elle sera gagnée par nos petits fils, pour un Mali digne et indivisible à jamais!

    • Ditous

      Allah est eternel, Guerre ou pas, il aura toujours négociation.
      pourquoi ne pas la faire maintenant et aller à la guerre après.
      de toutes les façons la guerre est dirigée contre les terroristes et non contre les maliens.
      Et a ce que je sache les mouvements armée qui négocie ne sont pas des terroristes mais des maliens qui se sont égarés dans la nature et qu’on peut les mettre sur le droit chemin.

  10. Dr ANASSER AG RHISSA

    PLATEFORME DE CONCERTATIONS NATIONALES ET DE NÉGOCIATION POUR UNE SORTIE DURABLE ET HONORABLE POUR TOUS DE LA CRISE MALIENNE

    Tous les Maliens n’acceptant pas le terrorisme incluant ceux de la diaspora et des régions doivent participer à ces consultations nationales.

    De même que les groupes armés, MNLA et Ansar Dine, respectant certains principes (non impunité, respect des droits de l’homme) et certaines conditions (refus du terrorisme, restauration de l’intégrité territoriale, laïcité).

    Bonjour,
    Cette proposition s’adresse à son Excellence Monsieur le Président par intérim du Mali, Dioncounda Traoré, à son Excellence Monsieur le médiateur de la CEDEAO pour la crise Malienne, à son Excellence Mesdames et Messieurs les membres du gouvernement de transition du Mali, à Mesdames, Mesdemoiselles et Messieurs les responsables du comité d’organisation des concertations nationales et à tous les Maliens.

    C’est le résumé d’une lettre ouverte publiée sur internet, en particulier sur maliweb, tamtaminfo, agora21 et facebook.

    Devant la gravité de la situation au Mali induite par les crises institutionnelle, sécuritaire mais aussi économique, je me permets de vous écrire cette lettre ouverte pour vous faire :

    (1) une proposition portant sur la gouvernance, l’utilité des concertations nationales et la condition de sortie de la crise Malienne. Téléchargeable depuis le portail agora21, sur internet, elle est intitulée :

    [Proposition] GOUVERNANCE, UTILITE DES CONCERTATIONS NATIONALES ET SORTIE DE LA CRISE MALIENNE

    (2) une proposition de sortie, honorable pour tous, de la crise Malienne. Téléchargeable depuis le portail agora21, elle est intitulée sur internet :

    Mali : SECURISER LA POPULATION PUIS OPTER POUR UNE SORTIE DE CRISE HONORABLE POUR TOUS EN GARANTISSANT LA RECONCILIATION ET L’UNITE NATIONALES PAR UNE SOLUTION NEGOCIEE VIA UNE CONFERENCE GLOBALE DE COMPROMIS ENTRE MALIENS

    (3) une proposition d’un guide et d’une plateforme de concertations nationales et de négociation pour une sortie durable et honorable pour tous de la crise Malienne. Elle fait l’objet de cette lettre ouverte.

    Ces propositions ont été enrichies par les très nombreux échanges que j’ai eus sur internet, en particulier sur maliweb, essor, tamtaminfo, agora21, facebook, avec des milliers d’internautes au sujet des conférences nationales et de la solution à la crise Malienne. Je profite pour les remercier pour leurs contributions et leur engagement.

    Je propose un guide et une plateforme, qu’il est souhaitable que tous les Maliens utilisent, pour aider à résorber durablement la crise.

    Il est souhaitable qu’ils soient utilisés par le gouvernement de transition du Mali et le comité d’organisation des concertations nationales comme faisant partie des bases de discussions et comme Guide et Plateforme de concertations nationales et de négociation pour une sortie durable et honorable pour tous de la crise Malienne.

    Ce guide et cette plateforme peuvent aussi être utilisés par le médiateur de la CEDEAO pour la crise malienne comme plateforme de négociation.

    Bien cordialement
    Dr ANASSER AG RHISSA
    EXPERT TIC ET GOUVERNANCE
    E-mail: Webanassane@yahoo.com

    • doucara

      ça sert à quoi de télécharger vos sottises
      tu te fais la pub
      avec tes propositions bidon

      • Dr ANASSER AG RHISSA

        Bonjour,
        Vous pouvez faire des contre propositions si vous souhaitez. C’est votre droit et ça serait le bienvenu.

        Il serait souhaitable que vous tolériez que les autres aient le droit de faire des propositions.

        Bien cordialement
        Dr ANASSER AG RHISSA
        EXPERT TIC ET GOUVERNANCE

  11. nonalinertie

    Blaise ne fait que jouer son rôle de médiateur, même si dans la pratique, cette médiation semble s’opposer à la guerre. Mais étant dans la CEDEAO, il ne peut pas être contre la guerre. Mais négociation est-elle synonyme d’amnistie ? De toute façon, le Mali a déjà introduit une requête à la CPI qui, dans le labyrinthe de ses procédures, devra poursuivre tous ces criminels. Et qui croit réellement à ces criminels sans foi ni loi de MNLA/ANESARDINE qui nous ont prouvé à mille reprises qu’ils n’avaient pas de parole, qui nous ont apporté le MUJAO et AQMI pour accomplir les pires exactions : privations de libertés, voiles imposés, vols, viols, enlèvements, amputations et lapidations, etc.? Intégration/Désertion/Réintégration, postes juteux et rébellion aussitôt qu’ils perdent lesdits postes, chantage de l’Etat et des particuliers, trafics de drogues et d’armes, etc. etc. Surtout, ne pas confondre touareg et MNLA/ANESARDINE. Les touaregs sont les 1ères victimes de l’insécurité apportée par le MNLA/ANESARDINE : exil et surpâturages dans les pays voisins, pertes d’animaux, mort du tourisme dont les touaregs sont les premiers bénéficiaires, saccages des biens de l’administration, des écoles, des centres de santé, arrêt de tout processus de développement au Nord, etc. Les seules urgences pour nous aujourd’hui sont :
    – d’accélérer le financement de la guerre par la communauté internationale en ces temps moroses de restriction budgétaire générale.
    – de convaincre les nomades d’informer les troupes internationales à leur arrivée. Si les mouvements des bandits/terroristes dans le désert sont dénoncés, la guerre s’achèvera en un mois maximum. Si on arrive à les convaincre que la paix est plus importante que leur peur panique des djihadistes. Car ces derniers ne leur font pas de cadeau en cas de suspicion dans cet immense désert où les nomades sont terriblement à leur merci.
    – revivifier les BRIGADES D’AUTODEFENSE UTILISEES AVEC SUCCES PAR L’ARMEE MALIENNE PAR LE PASSE. SURTOUT NE PAS CONFONDRE MILICES ANARCHIQUES et BRIGADES D’AUTODEFENSE ENCADREES PAR L’ARMEE.
    – SECURISER LA REPRISE DES PROJETS DE DEVELOPPEMENT IMPORTANTS DEJA FINANCES AU NORD MALI (Barrage de Taoussa, Route Niono -Tombouctou, Route Bourem-Kidal, etc.). CAR, IL NE FAUDRAIT JAMAIS OUBLIER QUE LE BANDITISME/TERRORISME SE NOURRIT AVANT TOUT DE L’ANALPHABETISME, SURTOUT DU CHOMAGE ET DU DESESPOIR DE JEUNES DESŒUVRES…

  12. Ditous

    je ne comprend vraiment pas la position de certains maliens.
    sachez que les gens Ansar Eddine et du MNLA sont bel et bien malien comme l’a dit « l’enfant de la lune » durant sa visite au Burkina Faso.
    je pense qu’il faut négocier actuellement avec ces deux groupes là.
    Et aller en guerre contre les autres groupes. c’est a dire faire une pierre deux coups.
    Si non on sera toujours à la case de départ c.a.d revenir négocier avec Ansar Eddine et du MNLA.
    La force internationale ne vient pas au mali pour faire la guerre aux maliens mais avec les terroristes.
    Et juste qu’a preuve de contraire Ansar Eddine et du MNLA sont pas un mouvement terroriste.
    Tant que cette situation n’est pas éclaircie, la communauté internationale ne va jamais donner son aval pour une intervention au nord car c’est elle qui finance et c’est la vie des soldas non maliens qui vont combattre hors de leur pays qui est engagée pour une situation que les maliens pouvaient négocier sans une intervention étrangère.
    Je ne comprenais pas la position de l’Algérie face a la crise malienne, mais je commence a comprendre que s’est avec juste raison qu’elle voulais qu’on face la différence entre les terroristes et les islamistes.
    Je me demande a cette allure est ce qu’on va pas donner raison au Générale de Gaulle qui préconisait un Etat Touareg entre l’Algérie et le Mali.
    Tôt ou tard il faudra trouver une solution a ce problème du nord.
    depuis le temps MODIBO KEITA se problème demeure et même avant l’indépendance du Mali.
    donc a mon avis, il va falloir négocier avec les Touaregs du nord une bonne fois pour tous en impliquant la communauté internationale.
    Seule cette négociation peut garantir une stabilité définitive du Mali.
    si non, le président qui sera élu après cette crise, sera confronté a ce même problème.

    • nonalinertie

      Donc, Ditous, si vous êtes maliens, touaregs surtout, cela vous donne tous les droits, notamment de prendre les armes pour chacun de vos désidératas. Et si toutes les communautés ou tous les individus du Mali devaient se comoporter ainsi?

    • Ditous

      en aucun j’ai dis cela. je veux dire qu’ils ont le droit de revendiquer ce qu’ils être juste. mais cela ne les donne pas le droit de prendre les armes contre leurs maliens.
      Tu penses pas aussi que l’Etat malien les a forcé de prendre les armes? depuis combien de temps ce problème existe.
      depuis le temps des indépendance et jusque là ya ps de solution.
      c’est cette année que le mali est divisé en deux.
      le mali est divisé en deux depuis le temps MOUSSA TRAORE.
      cette phrase  » le MAli utile » te dit quelque chose ?
      sache que cette phrase est sortie de la bouche de MOUSSA TRAORE.
      je préfère qu’ont négocie avec nos frères maliens ( MNLA, Asar Edinne) et chasser les terroristes hors du mali

  13. Yougoussake

    Déclaration pour récuser le médiateur de la CEDEAO dans la crise malienne

    La Convention Nation pour une Afrique Solidaire Faso Hèrè (CNAS – Faso Hèrè) dénonce avec la dernière rigueur l’attitude partisane et inamicale du médiateur proposé par la CEDEAO pour la résolution de la crise au Mali, le Président Blaise Compaoré du Burkina Faso.
    En effet, les actes posés par le Président Compaoré et les déclarations faites par lui depuis sa désignation jusqu’à nos jours révèlent clairement qu’il a pris faits et cause pour les mouvements sécessionnistes, terroristes et jihadistes contre la nation malienne au lieu d’être impartial.
    Il y a si peu, il déclarait que la République du Burkina Faso partageait 1000 km de frontière avec la République d’AZAWAD. Tout récemment, non content d’offrir le gîte, le couvert et de dérouler le tapis rouge pour les ennemis du Mali, il vient d’accueillir la délégation du MNLA exhibant son drapeau et, d’exprimer sa volonté de réunir toutes les communautés du Nord Mali pour qu’elles élaborent une plateforme commune de négociation contre le gouvernement du Mali.
    La CNAS – Faso Hèrè tient à préciser qu’au Mali, il n’existe pas de Nord ni de Sud. Il existe plutôt des groupes sécessionnistes qui, pour se renforcer, se sont alliés au terrorisme international et au jihadisme pour illégalement occuper une partie du Mali.
    Ces groupes terroristes ne représentent ni la majorité des Touaregs ni la volonté des Touaregs et les Touaregs eux-mêmes sont minoritaires dans les zones occupées.

    Proposer à ces différents groupuscules de se joindre aux autres communautés d’un soi-disant Nord sans exiger leur désarmement préalable c’est non seulement les renforcer contre le Mali mais c’est surtout vouloir coûte que coûte consacrer la partition du Mali.
    Il se peut que l’étendue du territoire national du Mali dérange le Président Blaise Compaoré, il se peut que sous le couvert du MNLA et d’An sardine et d’autres groupes terroristes, il veuille satisfaire des désirs profondément cachés en lui depuis fort longtemps. Cependant, ces faits et gestes le disqualifient comme médiateur de la crise malienne car tout prouve qu’il est juge et partie dans cette crise.
    Nous invitons, le Gouvernement de la République du Mali, à prendre les dispositions pour récuser officiellement et publiquement le Président Blaise Compaoré comme médiateur auprès de la CEDEAO du règlement politique de la rébellion armée dans le Nord Mali.
    Blaise est le commandant en chef des forces Terroristes contre la République du Mali. Il ne peut plus être impliqué dans quelque négociation que ce soit concernant la crise malienne.
    Vive le Mali, Un, Indivisible, Unitaire, laïc et Démocratique !
    Vive la CEDEAO et l’Union Africaine !

    Fait à Bamako, le 17 novembre 2012
    Pour le Bureau Politique National
    Le Secrétaire Politique

    Hamdallaye Bamako
    LE MALI POUR TOUS, DES CHANCES EGALES POUR CHACUN !

  14. Blaise ,s’il vous plait arreter ces actes IGNOBLES ,les Maliens ne sont pas dupes comme d’autres populations NAIF qui sont la seulement a titre D’OBSERVATOIRE , les bras croises et tout est bon .( sept annees renouvelable , encore sept annees renouvelable et bientot on se rend compte que c’est le president a vie , c’est l’homme de signara .
    Ce qui est arrive au Mali est due a un probleme de choix , c’est a dire le peuple maliens n’a point choisis l’homme qu’il fallait comme president et le resulatat est bien la et sans commentaire , c’est les frais que le maliens payent aujourd’huit .

  15. Nous n’avons rien à nous dire. je préfère que le pays demeure coupé en deux que de négocier avec le mnla et ansar dine. et puis à quoi à sert bon de signer un accord aujourd’hui et de le renier demain. les touaregs n’ont pas de parole. ils ont la traîtrise dans le sang. tout ce que nous avons à faire c’est de laver au cracheur le nord du mali pour le débarrasser de tous les cafards et les rats qui y pilulent.

    • siratigui

      Flèche rouge je te suggère de réunir tes partisans et les maliens qui n’ont rien à dire et à négocier pour demander au gouvernement de vous donner des armes pour aller libéré le nord en commençant par douantza.si les touaregs ont la traitrise dans le sang toi sale enfoiré tu as de la peur dans le sang.alors personne ne te retiens tu connais la route qui mène vers le nord,je t’en prie fait le tu sera un grand héros dans l’histoire future du Mali mais je pense que c’est la peur qui t’empêche de le devenir tu as intérêt à fermer ta sale gueule

  16. toure aameed ben hamat

    president blaise compaore,

    avec tout le respect que le peuple malien a pour vous, et votre pays frere du mali, nous maliens de lexterieur comme de linterieur ne voudrons rien negocier aves les separatistes ni avec les islamistes. le mali ne se nagocie pas, comme le burkina faso ne se negocie pas. celui qui signerais avec les teroristes ou le mnla ne vivras pas dans le mali. ils ne sont pas des malins ni des patriotes avec qui il faut meme saseoire sur une meme table de negociation, apres avoir egorger nos millitaires apres avoir lapider a mort nos population, aprs avoir detruits des monuments dattant des siecles apres avoir bruler le drapeau malien, comme ils nont pas eu gain a leurs causes , ils veulent maintenant negocier. le mali et les maliens de par on nom refusent toutes negociations et demandent de leurs arrettez tous au burkina pour leurs livrer a la justice malienne. le peuple malien te seras reconnaissans en les mettants aux arrets ses poux nuisibles a la societes maliennes et, a la cedeao.

    par TOURE AAMED CALIFORNIA USA.

  17. Ditous

    tienimango, montrons nous polis, donner sont point de vu sur NET suppose qu’on est bien éduqué, et qu’on s’est se montrer polis aussi.