Pour une sortie de crise dĂ©finitive au Mali : Les jeunes du nord demandent plus d’implication

0

Les locaux de la maison de la presse ont servi de cadre Ă  la tenue d’une confĂ©rence de presse animĂ©e par la plateforme des associations des jeunes du nord et sympathisants. Celle-ci Ă©tait destinĂ©e Ă  clarifier la position de ces jeunes sur les rĂ©cents Ă©vĂ©nements intervenus dans le nord du pays qui a connu une nouvelle flambĂ©e de violence suite Ă  la visite du premier ministre Moussa Mara Ă  Kidal.

Une vue du presidium lors de la rencontre
Une vue du presidium lors de la rencontre

L’occasion Ă©tait opportune pour le vice-prĂ©sident de ce regroupement, Sidi Aly Ould Bagna et son secrĂ©taire gĂ©nĂ©ral, Almamy Alphamoye HaĂŻdara, de lancer un appel aux belligĂ©rants afin qu’ils se retrouvent autour d’une table. Et ce, pour discuter d’une paix durable et dĂ©finitive. Selon le vice-prĂ©sident de la plateforme, Sidi Aly Ould Bagna, 2 semaines avant la reprise des hostilitĂ©s entre l’armĂ©e malienne et les rebelles, son association rĂ©flĂ©chissait sur l’organisation d’une confĂ©rence-dĂ©bat afin de dĂ©gager les voies et moyens destinĂ©s Ă  renforcer la cohĂ©sion sociale et le vivre-ensemble entre les diffĂ©rentes communautĂ©s du nord du pays. Car, il estime qu’une parfaite cohabitation doit commencer de la base vers le sommet. C’est ainsi qu’il a exprimĂ© son Ă©tonnement de voir le spectre de la crise de 2012 hanter de nouveau les rĂ©gions septentrionales du Mali avec la reprise des hostilitĂ©s.

Il a aussi appelé les amis du Mali à continuer à apporter leur contribution pour la résolution de cette crise qui constitue un frein pour le développement économique et social.

Un autre appel a Ă©galement Ă©tĂ© lancĂ© aux Maliens Ă  la retenue et Ă  ne pas cĂ©der Ă  l’amalgame et la stigmatisation. Un message qui s’adresse notamment Ă  ceux qui assimilent les arabes et les touaregs du Mali Ă  des rebelles ou ceux qui s’en prennent aux amis de notre pays tels que la France et la MINUSMA dont les missions sont souvent mal perçues et mal comprises par certains citoyens. Parmi les recommandations formulĂ©es par la plateforme, on peut noter entre autres : pas d’impunitĂ©, ni de prime Ă  la rĂ©bellion après le conflit ; l’implication de la jeunesse dans le processus de sortie de crise ; la mise en place d’une armĂ©e nationale rĂ©publicaine ; le maintien du caractère unitaire, laĂŻc et dĂ©mocratique de la RĂ©publique du Mali, etc.

La plateforme se dit Ă©galement disposĂ©e Ă  appeler les rebelles Ă  de meilleurs sentiments si l’Etat en faisait la demande en ce sens que leurs Ă©lĂ©ments connaissent parfaitement ceux qui se rĂ©clament de la rĂ©bellion. Les confĂ©renciers ont aussi saluĂ© l’accord de cessez-le-feu conclu le vendredi dernier entre les indĂ©pendantistes et le gouvernement central tout en appelant les deux parties Ă  respecter scrupuleusement les clauses qui y sont mentionnĂ©es.                          

Massiré  DIOP

PARTAGER