Stratégie : Les jihadistes veulent provoquer la panique à Mopti

8 réactions [-] Texte [+] Email Imprimer

Mardi matin, le calme était revenu à Mopti mais une partie de la population craignait une nouvelle attaque des jihadistes. Certaines compagnies de bus souhaitent stopper leurs liaisons avec le Nord du pays, contrôlé depuis neuf mois par des groupes islamistes radicaux liés à Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi).

La sérénité ne semble pas être revenue au sein des populations. Selon des informations qui nous parviennent, de nombreuses personnes ont commencé à déserter Mopti pour trouver refuge à Ségou, voire Bamako.

Au téléphone dans la journée de mardi dernier, un agent d’une ONG qui a requis l’anonymat, nous a confié qu’il y avait en ce moment un vaste mouvement des populations dans les différentes gares routières de la localité. Toujours, au dire de cet agent humanitaire, des enseignants, des forces de l’ordre, des commerçants ont commencé à faire partir leurs familles de la ville. Cette situation s’explique, selon nos sources, par des rumeurs d’autres attaques des Jihadistes.

Youssouf Coulibaly

 

 Avancée des jihadistes

L’armée régulière dit attendre les ordres

Dans la nuit de lundi à mardi, l’armée a procédé à des tirs de sommation près de l’aéroport de la ville après l’avancée de plusieurs convois de pick-up transportant des jihadistes fortement armés lundi 7 janvier. L’armée régulière dit attendre les ordres pour engager une offensive

Des unités islamistes sont désormais proches de la ligne de démarcation, dans la région de Mopti. « Les insurgés avancent et ont été repérés en plusieurs endroits (…) Nous les attendons. S’ils nous attaquent, nous riposterons », a indiqué un responsable militaire malien.

Dans la nuit de lundi à mardi, l’armée malienne a effectivement procédé à des tirs de sommation dans les environs de l’aéroport de Konna, près de Mopti. D’après RFI, les troupes régulières auraient même légèrement avancé vers les combattants jihadistes. De la ligne de front située à Konna, elles auraient progressé en direction de la ville de Douentza, forçant leurs ennemis à reculer. Face à la pression des populations demandant des ripostes de l’armée, on répond « dit attendre des ordres ».

 

 Avancée des jihadistes

Comment éviter une attaque surprise

Les islamistes, voulant éviter tout de suite des affrontements, auraient reculé. Reculer pour mieux sauter ? La question est sur toutes les lèvres. Sur le terrain, le plan des combattants d’Aqmi, d’Ançar Eddine, du Mujao et de Boko Haram qui se sont coalisés se dessine. Il s’agit en premier lieu de harceler l’armée malienne sur la ligne de front ; seconde étape : soit contourner les unités régulières en direction du sud, soit effectuer des opérations surprises sur un ou plusieurs autres fronts.

Face aux armées régulières, les combattants d’Al-Qaïda opèrent généralement par embuscade. Donc, pour éviter toute surprise, l’armée malienne affirme avoir pris ses dispositions. La hiérarchie militaire se réunira encore ce mardi. L’ordre donné aux troupes sur le terrain, est clair : défendre la patrie à tous prix. Et les moyens militaires existent, rappelle-t-on ici.

 
SOURCE:  du   9 jan 2013.    

8 Réactions à Stratégie : Les jihadistes veulent provoquer la panique à Mopti

  1. airac

    nous souteneons notre armé

  2. nonalinertie

    Il ne suffit pas d’attaquer, mais d’anéantir ces bandits/terroristes pour de bon. Donc, de sa virée sous-régionale, il faut espérer que DJANGO SABATA TRINITA parviendra simplement à : i) trouver les 200 millions de dollars avec une diplomatie plus efficace pour financer notre guerre ; ii) disposer des 3300 soldats de la CEDEAO, , iii) obtenir les appuis aériens de la CEDEAO, des drones américain, de l’OTAN, des Russes, des Chinois ou des Arabes amis du Mali pour pourchasser les fuyards du désert ; iv) encadrer les brigades d’autodéfense déjà utilisées par le passé avec succès par l’armée malienne (différente du CNDERIERE), car nous savons que toutes armées du monde ne pourront protéger les villages et villes dégarnis de la ligne de front; v) préparer concomitamment les élections; vi) tenir les élections immédiatement après la libération des 3 capitales régionales du Nord pour qu’enfin; vii) le nouveau gouvernement démocratiquement élu puisse s’atteler à donner de l’emploi aux jeunes du Sud et du Nord surtout, pour qu’ils ne retombent pas dans les activités criminelles du MNLA/AQMI/ANE SARDINE/BOKO HARAM/ANESARU…

  3. 911

    « Nous les attendons. S’ils nous attaquent, nous riposterons », a indiqué un responsable militaire malien »!!!!
    On est pas sorti de l’auberge

  4. aminata sanogo

    Abba la guerre vive la paix

  5. barkbiiga

    ils attendent les ordres de livrer les armes flambant neuf aux djihadiste et replier tactiqement au niger. bravo a nos soldats pour les deux tirs de sommation

  6. Malien du nord

    La meilleure défense c’est l’attaque, donc ordre de Bamako, c’est de vos vies qu’il s’agit, de l’ordre pour vous sauver vos vie, non non, vous êtes en légitime défense, personne ne dira le contraire.
    Bon vent bonne chance. Que Allah vous aide

  7. Gouss

    Pourquoi des tirs de sommation?Pourquoi si d’après le chef d’état major, l’armée n’attend que l’ordre pour attaquer ces islamistes, c’était un bon moyen pour engager la guerre sans l’accord de la hiérarchie.Et puis il faut que les autorités sachent une chose, on on n’attend de l’aide financier pour engager cette guerre,elle va jamais y avoir.Car une guerre n’est jamais financée avant,dès qu’on engage la guerre contre ces imbéciles, quoiqui arrive,on n’aura des soutiens financiers et militaires.Ha le Maliba

  8. tiefari

    que l’armée les attaquent ces bandits là sont trop vulnérables s’ils ne sont pas dans le désert.
    que l’armée en profite pour les massacrer tous au moins au niveau de Douentza (arroseur arrosé)