Tension au Nord mali :Après la carotte, ATT brandit le bâton

0
1

                Qui prépare la paix prépare la guerre, dit-on. C’est certainement la raison du grand déploiement des troupes au Nord du pays. Où depuis plus d’une semaine les casernes étaient en alerte pour un probablement renforcement de la position des troupes. Car, certains ex combattants revenus de la Libye chercheraient à se battre pour l’indépendance de l’Azawad ou à venger la mémoire d’Ag Bahanga décédé il y a quelques mois.
               

En sa qualité de grand négociateur, ATT a toujours voulu régler le problème du Nord par le dialogue ou "les mallettes" afin d’éviter un quelconque bain de sang. Toutes choses qui l’opposent à IBK qui pense que nombre de ces gens sont des malfrats, des apatrides à éliminer.  
               

Après avoir reçu tout ce beau monde, dont certains n’avaient jamais mis le pied au Mali, ATT se voit trahi par une frange qui veut lui causer des ennuis. Lisez ci-contre le reportage de notre consœur RFI (Radio France Internationale). 
L’armée malienne en manœuvres, mais nie toute opération militaire contre Aqmi
 Par RFI
             

   La branche nord-africaine d’al-Qaïda menace d’exécuter ses otages européens si jamais la France et ses alliés décidaient d’attaquer ses bases au Mali. Al-Qaïda détiendrait neuf otages occidentaux dont six Français, tous enlevés au Mali et au Niger depuis septembre 2010. La mise en garde d’Aqmi (al-Qaïda au Maghreb islamique) à la France est claire : elle ne doit pas soutenir une opération militaire qualifiée d’imminente.
               

Deux avions de combat militaires positionnés sur le tarmac de l’aéroport de Gao, deux autres petits avions de surveillance positionnés à Tombouctou, et des dizaines de véhicules sur le terrain, ainsi que du matériel militaire lourd, c’est le plus important déploiement de force dans le nord du Mali de ces cinq dernières années.
               

L’objectif n’est pas du tout de mener une opération pour libérer les otages européens aux mains d’Aqmi, al-Qaïda au Maghreb islamique. Le Mali est plutôt un pays partisan de l’option négociation pour libérer tout otage.
              

  L’objectif de cette opération en cours est double : assurer la sécurité des populations et de leurs biens et surtout résoudre le casse-tête des combattants touaregs revenus de Libye. Parmi ces combattants de retour, beaucoup ont rallié les forces gouvernementales. Mais un groupe teigneux semble bien décidé à croiser le fer avec les troupes maliennes. Deux colonels de l’armée régulière Aladji Gamou, et Ould Meïdou dirigent les opérations.
              

  Selon leur entourage, ce vendredi, les troupes maliennes sont arrivées dans la localité de Tinzawaten située à la frontière avec l’Algérie. Non loin de là, un groupe armé de rebelles qui campait, aurait très rapidement abandonné ses positions, indiquent des sources militaires maliennes.
Par B. DABO

NB - L'auteur de cet article est seul responsable de son contenu.