Terrorisme : «Le polisario, force d’appoint de la guerre déclarée par Aqmi et le Mujao contre la Communauté internationale»

5

 «Le polisario», convaincu de collusion et de complicité avec le groupe terroriste d’Al-Qaëda dans le Maghreb islamique (Aqmi), comme en témoigne le kidnapping de ressortissants occidentaux en plein cœur de Tindouf, s’est mué en «force d’appoint» de la guerre déclarée par Aqmi et le «Mouvement pour l’Unicité et le Jihad en Afrique de l’Ouest» (Mujao), a mis en garde, lundi, Yonah Alexander, directeur du Centre international pour les études contre le terrorisme (ICTS), relevant du Potomac Institute à Washington.

Yonah Alexander, directeur du Centre international pour les études contre le terrorisme (ICTS), relevant du Potomac Institute à Washington

«Ralliement des polisariens au Mujao»

L’information relayée le même jour par les médias internationaux au sujet du ralliement de dizaines de membres du polisario au Mujao dans le nord du Mali «constitue la suite somme toute logique d’une radicalisation du polisario et de l’exacerbation des conditions de vie dans les camps de Tindouf, où les populations sont séquestrées contre leur gré par les milices du polisario», a estimé Alexander dans une interview à la MAP, appelant la Communauté internationale «à prendre ses responsabilités face aux menaces que constituent le séparatisme et le terrorisme contre la stabilité et la sécurité du Maghreb et du Sahel».

Au moment où la Communauté internationale a «les yeux rivée sur le conflit syrien, Aqmi et le Mujao ont déclaré la guerre contre l’occident avec le polisario comme partenaire», a souligné Alexander, qui est l’auteur de plusieurs essais de référence sur le terrorisme en Afrique du Nord et dans la région du Sahel. «La Communauté internationale ne peut tout simplement pas se permettre de rester les bras croisés alors que prospèrent dans cette région des forces extrémistes qui promettent feu et sang à cette partie du monde».

Ces derniers développements «ne laissent aucun doute quant à l’escalade et à la radicalisation des groupes terroristes dans la région, comme témoigne la situation dans le nord du Mali», a-t-il ajouté.

Les séparatistes du «polisario» et le groupe terroriste d’Al-Qaëda dans le Maghreb islamique sont deux partenaires d’une alliance déstabilisatrice pour la région du Maghreb et le Sahel, convient, pour sa part, Peter Pham, directeur du Centre Michael Ansari pour l’Afrique, relevant du Think Tank américain Atlantic Council.

«Il s’agit d’un contexte où convergent des séparatistes militairement entrainés et les militants extrémistes d’Aqmi, les deux étant mus par des considérations pragmatiques pour arriver à leurs propres fins. La situation dans le nord du Mali en est la parfaite illustration».

Cette situation, a-t-il souligné, a pour corollaire l’exacerbation de la situation humanitaire et des droits de l’Homme dans les camps de Tindouf, au mépris des conventions internationales pertinentes «tant est si bien qu’aujourd’hui on peut parler de misère générationnelle au sud-ouest de l’Algérie, sans la moindre opportunité économique ou politique».

«Nous avons là les ingrédients d’une situation potentiellement explosive pour la région», a mis en garde Pham, qui est souvent sollicité par le Congrès des Etats-Unis dans le cadre d’auditions sur la sécurité en Afrique en général et dans le Maghreb et le Sahel en particulier.

L’expert américain a, dans ce contexte, pointé du doigt «la responsabilité du gouvernement algérien qui a laissé prospérer la politique du pire dans les camps de Tindouf».

«Les séparatistes pensent qu’ils peuvent utiliser les extrémistes pour arriver à leurs propres fins, mais finissent, en fin de compte, par leur servir de laquais comme en témoigne la tournure qu’a pris l’alliance de circonstance entre les Touaregs et les islamistes radicaux dans le nord du Mali», relève-t-il par ailleurs.

Africatime

PARTAGER

5 COMMENTAIRES

  1. Tout le monde sait que l’Algerie est semeur de trouble dans la sous region et avant d’aller plus loin: algerienset marocains ne s’aiment pas beaucoup pour la cause dont nous connaissons tous du moins les connaisseurs de l’histoire. En tout cas dans cette crise le Maroc a plus la volonte de la resoudre que l’Algerie et cela est connu de tous. Le FIS dans le temps a supporter le polisario non, sous les yeux du government algerien sans Que’il ne fasse rien sauf au moment ou le FIS s’est retourne contre lui. Seulement les occidentaux ferment UN peu leurs yeux sur les actes algeriens surtout la France et UN peu la Grande Bretagne a cause de leurs interets petroliers et gaziers. L’Algerie est le Qatar africain.

  2. enfin, le DRS algerien commente sur des sites maliens pauvre algerie elle devenu la première puissance mondiale du terrorisme!!!

  3. propagande marocaine mensongère comme d’habitude le polisario est un mouvement laïque est le seul représentant légal du peuple sahraoui et qui lutte pour la libération du Sahara occidental

  4. L’ALGERIE HYPHOCRITE, L’ALGERIE LA BASE DES TERRORISTE ISLAMISTES EN AFRIQUE, L’ALGERIE QUI NE VEUT PAS VOIR UN MALI STABLE L’ALGERIE PAYS DES RACISTES.
    QUE DIEU MAUDI TOUS LES ENEMIS DU MALI.

  5. bien sur comme d’habitude ce genre d’article contre le polisario vient de la MAP (agence marocaine de presse ) , qui n’est plus a présenté sur la propagande mensongère sur son ennemi juré le polisario et l’Algérie dans une moindre mesure … bref a prendre avec des pincette pour nos amis maliens

Comments are closed.