Tombouctou face à la psychose de l’insécurité : La fuite en avant des autorités locales

0
1





Le gouverneur de la région et la gendarmerie  de Tombouctou refuseraient d’occuper leurs nouveaux locaux situés à la sortie de la ville sur la route de Ber. Cette frilosité des autorités locales rajoute à la psychose qui règne sur la  ville des 333 Saints depuis l’assassinat d’un touriste allemand et l’enlèvement de trois autres le mois dernier.


La nouvelle résidence du gouverneur de la région est joliment dressée au quartier Sans fil, sur la route de Ber. C’est une jolie bâtisse dotée de toutes les commodités  et construite  sur une superficie de près de 2 ha entourés d’un solide grillage. C’est une copie conforme de l’ambassade des Etats Unis au Mali sise à l’ACI 2000. Seulement voilà, cette belle résidence reste jusqu’ici inoccupée.

Officiellement, le gouverneur  de la 6e région, le Colonel Mamadou Mangara que nous avons rencontré, soutient que les travaux ne sont pas entièrement finis. Sans oublier d’ajouter  que « l’endroit est un peu hors de la ville contrairement à ma présente résidence qui  permet d’être en contact avec les populations ».

A côté de cette résidence du gouverneur  se trouve aussi les nouveaux locaux de la gendarmerie de Tombouctou. Là aussi, ce joyau est dans une attente inexplicable de ses occupants. La gendarmerie préfère rester au centre ville dans un bâtiment en bail. Si certaines personnes expliquent ces hésitations par les rumeurs selon lesquelles les deux bâtiments seraient  hantés, d’autres les jugent tout simplement irresponsable et inacceptables en cette période de psychose générale car depuis l’assassinat d’u touriste et l’enlèvement de trois autres le mois dernier dans la Cité des 333 Saints. Pour nombre de Tombouctiens,  le refus du gouverneur et des gendarmes d’occuper leurs nouveaux sièges traduit  la peur d’être dans la ligne de mire des preneurs d’otages. Surtout que le quartier Sans fil de Tombouctou est situé à la sortie de la ville, sur la route de Ber, considérée comme la porte d’entrée des criminels.

Abdoulaye DIAKITE

 

NB - L'auteur de cet article est seul responsable de son contenu.