Trouble à l’ordre public : Les jeunes de Kati expriment leur ras-le-bol des marches intempestives

Commentaires fermés [-] Texte [+] Email Imprimer

Le mercredi 9 janvier dernier, les femmes et  jeunes de Kati ont marché pour réclamer la tenue des concertations  nationales sans délai et le départ du professeur Dioncounda Traoré du pouvoir.

En fait, selon nos informations, la dame qui est à la base de la mobilisation de la  marche s’est bien frotté les mains. Elle aurait reçu 5 millions de nos francs des mains des commanditaires de la marche. De même, certains jeunes ont reçu des pécules. Les  mêmes sources  affirment que plusieurs motos «Djakarta» ont été payées  et distribuées aux jeunes garçons et filles  de Kati pour qu’ils s’investissent à faire le plein  lors des manifestations  intempestives.

Comment peut-on comprendre qu’au moment où le pays est en crise financier, politique et sécuritaire, certains individus (apatrides) se permettent de financer des marches, des meetings ou autres manifestations contre les institutions républicaines ? D’où sortent-ils tout cet argent ?

En clair, des jeunes ayant compris et qui ont un peu de dignité, se sont rassemblés pour  véhiculer le message dans les quartiers de la ville de Kati à savoir dénoncer et réprimer  tous ceux qui vont désormais  sortir pour ces manifestations fantoches : car trop c’est trop ! Pendant que le pays est en guerre, rien  ne doit prendre le dessus sur l’intérêt  supérieur  de la nation. Ceux qui comptent semer du trouble en cette période difficile, méritent des sanctions exemplaires de la part des autorités.

Dado Camara

 

SOURCE:  du   17 jan 2013.