Un accord sera signé aujourd’hui à Ouaga entre le gouvernement et les groupes armés : L’armée sera de retour à Kidal et les groupes armés cantonnés et désarmés

11

Sous l’égide du médiateur de la CEDEAO, la médiation internationale a proposé aux deux parties un projet d’accord sur le redéploiement de l’armée à Kidal. Selon cet accord arraché après deux jours de négociations, les groupes armés, notamment le MNLA, seront cantonnés et désarmés et le retour de l’armée à Kidal sera encadré par la communauté internationale. L’émissaire du gouvernement de transition s’est envolé hier pour Bamako en vue de discuter avec le président de la République et le Premier ministre sur le projet. Il retourne aujourd’hui à Ouaga en compagnie d’un membre du gouvernement pour la signature du document.

 

tiebiledrame x Cet accord a été obtenu après deux jours de tractations en vue d’amener les groupes armés à parler d’une même voix et à se conformer à la résolution 2100 de l’ONU, qui stipule que tous les groupes qui opèrent au nord du Mali doivent désarmer avant de participer au processus. C’est l’argument qu’a utilisé Tiébilé Dramé pour associer le mouvement arabe de l’Azawad et les mouvements des forces patriotiques pour la résistance regroupant plusieurs groupes d’auto-défenses aux discussions.

 

Dans l’après- midi du samedi, le médiateur, le président Blaise Compaoré a reçu séparément le MNLA, le MAA et MFPR. Cette rencontre avec tous les groupes s’est poursuivie toute la journée du dimanche au salon de conférence de la présidence avec l’ensemble des médiateurs, composé du président du Faso, médiateur de la CEDEAO, l’ambassadeur du Nigéria au Burkina, représentant son président, les représentants de l’UA, de l’UE, des Nations Unies, de la France, des USA, de la Suisse, du Tchad, de l’Algérie et de la Mauritanie. Les discussions, qui sont poursuivies tard dans la nuit du dimanche, ont permis à la médiation de comprendre la complexité du dossier et la réalité du nord.

 

En rencontrant aussi séparément les différents groupes armés, l’émissaire du gouvernement malien a recommandé aux groupes de se concerter pour préserver les relations séculaires qui existent entre les différentes communautés dans le septentrion malien. Il s’est dit confiant quant à la capacité de la médiation de trouver un accord consensuel.

 

A l’intervention de l’armée française en janvier 2013, tous les observateurs avaient prédit la fin de la médiation. Mais ce ne fut pas le cas. La médiation internationale sous l’égide du médiateur de la CEDEAO, composée du médiateur associé, des responsables de la MINUSMA, de l’UA, de l’UE ; de la France, des USA ont réussi à trouver un accord entre le gouvernement du Mali et les groupes armés. Selon cet accord, l’armée malienne sera redéployée à Kidal avec une commission mixte de sécurité. Les groupes armés, notamment le MNLA, seront cantonnés et désarmés. Cela en vue de permettre le bon déroulement des élections générales sur toute l’étendue du territoire national. Dans cet accord toutes les dispositions sont prises pour permettre le bon déroulement du processus électoral. La commission mixte de sécurité sera mise en place pour favoriser le retour de l’armée.

       Moussa SIDIBE depuis Ouaga

 

Les brèves du palais Kossyam

Blaise Compaoré en concertation avec Ganda Koy et le MAA

Après la prise de contact avec le médiateur, le président du mouvement des forces patriotiques pour la résistance a salué le médiateur Blaise Compaoré. Selon lui, pour préserver la paix au nord du Mali, on ne peut pas ignorer les groupes d’auto-défense qui se sont organisés pour sécuriser les biens des populations après le retrait de l’armée et de l’administration. Pour Harouna A Toureh, les discussions inclusives permettent de réussir le désarmement de l’ensemble des groupes et l’organisation sereine des élections. Même son de cloche chez le porte parole du MAA. Me Bady Ould Mohamed a exprimé toute la satisfaction de son mouvement d’être associe aux négociations. A le croire, ce sont les arabes qui ont tout perdu dans cette guerre. Le porte-parole du MAA a exprimé son attachement à la République et à la laïcité. Tous sont confiants qu’un accord sera trouvé pour permettre la tenue très prochaine des élections sur  l’ensemble du territoire.

 

Le double langage d’Ibrahima  Ag Mohamed Assaleh

Devant la presse malienne, Ibrahima Ag Mohamed Assaleh s’est félicité de l’ouverture du dialogue avec le gouvernement du Mali. A le croire, ce dialogue va permettre au Mali de retrouver sa grandeur d’antan.  “J’ai compris qu’il y a une carence dans le débat démocratique à l’hémicycle. Je suis très ému de voir mes frères maliens  ouverts à un dialogue franc et sincère avec nous. Je suis sûr que ce dialogue permettra au Mali de lancer des jalons de développement. Nous n’allons pas nous opposer au retour de l’administration à Kidal dans la mesure où nous reconnaissons l’intégrité du territoire malien. Mais ce que nous allons discuter ce sont les modalités du déploiement. Nous souhaitons que l’armée qui se déploiera à Kidal soit celle  formée par l’Union Européenne. Il a exhorté les Maliens à se donner la main pour sortir le pays de cette guerre inutile. La situation que vit le Mali est un échec de la démocratie. Et cela est valable pour l’ensemble des pays du continent. Partout en Afrique, les responsables politiques oublient leurs populations. Notre combat, c’est un Mali où l’ensemble des richesses seront au bénéfice des  populations”. Ces propos sont d’Ibrahima Ag Mohamed Assaleh. Quelques minutes plus tard, l’ancien député élu à Goundam réaffirme au micro d’un confrère occidental qu’il reste attaché à l’Azawad. Il justifie tout le bien que le MNLA fait pour les populations de l’Azawad. Il dit se réclamer de l’Azawad. Ce qui tranche avec les propos qu’il a tenus devant la presse malienne. Toutes choses qui prouvent encore une fois  à la face du monde que les responsables du MNLA ne sont pas crédibles.                                

Moussa SIDIBE depuis OUAGA

PARTAGER

11 COMMENTAIRES

  1. Vraiment du n’importe quoi . Il ne faut pas s’étonner du comportement d’Ibrahima Ag Mohamed Assaleh. Du pareil au même. La parole d’un arabe ne vaut plus rien quand elle a franchi sa bouche. Il vaut mieux qu’il la garde dans sa gueule.

  2. Bonjour Frères et Soeurs.
    C´est très bon et très important de parvenir á la solution du problème.
    C´est à Dioncounda et Tièbilé Dramé qui doivent expliquer á la POPULATION MALIENNE de ce qui a été SIGNÉ,pour le Désarmement des Touaregs et le Rétour de l´Armée Nationale á Kidal.
    1-Le rétour de l´Armée nationale dans une VILLE DE SON PAYS NE DOIT JAMAIS ÈTRE CONDITIONNER PAR UNE FORCE ÉTRANGÈRE.
    2-L´Armée ne doit pas attendre L´INSTAURATION DE CETTE COMMISSION MIXTE DE LA SÉCURITÉ POUR RENTRER Á KIDAL.
    3-Donner un BREF DÉLAI pour le désarmement des Touaregs car l´Armée Nationale ne peut plus attendre.
    Cet Accord de paix doit ètre RAPIDEMENT EXCÉCUTER,PLUS DE TEMPS Á PERDRE.
    Cet ancien Député de Bourem Mohamed Ag Assaleh est une BÈTE QUI RÈVE.
    3-PAS D´ELECTION PRÉSIDENTIELLE TANT QUE TOUTE LA RÉGION DE KIDAL N´EST PAS LIBRE,ET QUE LES MILITAIRES MALIENS OCCUPENT LEURS ANCIENS CASERNES PARTOUT AU NORD DU MALI.
    4-Il FAUT MENTIR AU MENTEUR,TRAHIR LE TRAITRE,ET SURPRENDRE LE LÀCHE.

  3. NOUVELLE NEGOCIATION DE LA HONTE
    La question qui devrait etre a l’ordre du jour est QUAND EST CE QUE LE MNLA VAS SE DESARMER. – Cantonner puis desarmer n’a rien de garantissant. Rapellons que tout les leaders du MNLA etaient des ex-Deputes issue du mouvement FDR et jusqu’a present aucun de ses candidats Soumaila, Dramane, Modibo Sidibe, Tiebile Drame, PDES etc… n’ont presentes aucune excuse au peuple malien bien vrai qu’ils etaient aux affaires de l’Etat plus de 20 ans. Soyons franc et porter les responsabilites de chacun face a cette election.

  4. J’aimerais un jour voir nous les Soninkes prendre des armes pour exprimer notre ras le bol d’etre oblige de souffrir le froid de France et d’ailleurs, les brimades et les racismes a travers le monde pour faire vivre nos parents au pays, ou nous le Dogons nous revolter au lieu d’etre « deporte » vers des regions « prosperes (vers la region de Sikasso). J’aimerais voir nous les Songrhais formenter une rebellion parce qu’on vit les meme conditions que ceux qui obtiennent TOUT depuis des decenies grace a des primes de rebellions. J’aimerais voir un jour nous les bozos et somonos faire greve parce que le fleuve est entrain de s’assecher.J’aimerais aussi voir nous les tamasheqs noirs (bellah) prendre les armes pour nous affranchir des conditions d’esclave, de nos « cousins blancs ».
    J’aimerais enfin voir nous les Senoufo, Minianka, Bobo, Bambara Peulh, paysans eleveurs, artisans ect…dire merde d’etre les laisser pour compte dans ce Mali ou il faut faire un putsh pour etre considere.

  5. D’abord ce bonhomme n’est pas élu à Goundam. Il est élu à Bourem. Il a été député grâce à Chatto. Sans chatto, il n’était rien à Gao où il cherchait sa pitance tous les jours. Voilà un faux type, sur toute la ligne il n’a aucun sérieux, ce garçon. Et voilà des gens qui disent qu’ils représentent des communautés. Qu’il aille à Taboye (son prétendu village) pour parler d’élu qui pense à ses communautés. N’importe quoi.

  6. Déploiement de l’armée après la mise en place de la commission mixte.
    Mais quand cette commission sera t-elle mise en place? et puis qui dit qu’il n’y aura pas de blocage à ce niveau.

    À mon avis il ne faut pas conditionner le retour de l’armée à quoi que ce soit.

  7. Depuis le moment que la France a laché le MNLA, ses combattants étaient condamnés à désarmer. Le MNLA armé n’existe que par la France. Et l’équation était simple pour la France: choisir entre le Mali et le MNLA…

  8. nous les anti mnla ont les attend,desarmer ont va les boter tous le derriere.les ex deputer et porte parole,on connais tous,et tous ceux qu,ils ont dit sur le Mali .desarmer vous allez voir cette -fois-ci-ils faudrait bien fouiller dans les adrar car,ils cachent les armes…mais ont saient ou il le cache….

  9. SURTOUT QUE LE gOUVERNEMENT DU MALI SE GARDE DE SIGNER TOUT CE QUI PEUT PRËTER A UNE AMBIGUITE. SEULS LES MOTS QUI N’ONT PAS DE DOUBLES UO MULTIPLES SENS DOIVENT être utilisés dans cet accord et très clairement et compréhenssible par tout le monde.

  10. Monsieur le journaliste, faudrait apprendre à bien analyser les propos. Le sieur n’a jamais affirmé son attachement au Mali. Il exhorte les Maliens a saisir l’opportunité de jeter les jalons d’un développement du pays. Laissant l’administration et l’armée se réinstaller à Kidale, il accède à la demande de la France et de la communauté internationale et non les seul Maliens 🙄 🙄 🙄 🙄 🙄 🙄

    C’est ma compréhension de ton article en tant que Malien :mrgreen: :mrgreen: :mrgreen: :mrgreen:

  11. Ce MNLA est plus pire que le virus du sida ils n’ont jamais tenu un seul engagement. Il faut qu’il y ait justice on ne peut pas laisser ces gens là sortir comme ça

Comments are closed.