Lettre ouverte du Mouvement Vert-jaune-rouge au Président de la République du Mali : Monsieur le Président, dans un pays où on peut corrompre un policier avec 500 FCFA, c’est la porte ouverte à toutes les dérives »

6
Lettre ouverte du Mouvement Vert-jaune-rouge au Président de la République du Mali
Yagaré Baba Diakité
Président du Mouvement Vert-Jaune-Rouge

Estimant que le citoyen malien est exposé à la merci des policiers et autres hommes en uniforme, Yagaré Baba Diakité, dans une lettre ouverte, dénonce la corruption à ciel ouvert sur nos routes et invite le président de la République à agir pour l’honneur et la dignité du malien. Lisez !

Mouvement Vert-Jaune-Rouge

Lettre ouverte à son Excellence, Monsieur Ibrahim Boubacar Keïta, Président de la République du Mali.

Monsieur le Président, dans un pays où on peut corrompre un policier avec 500 FCFA, c’est la porte ouverte à toutes les dérives.

Monsieur le Président de la République du Mali, c’est avec un cœur meurtri et avec beaucoup de tristesse que nous avions décidé de porter à votre connaissance ce que vous savez déjà : « La possibilité de corrompre un policier malien avec 500 FCFA ».

Monsieur le Président de la République, c’est en notre qualité de citoyens maliens humiliés au quotidien par le comportement de la plupart de nos policiers que nous avons décidé de vous écrire.

Nous ne sommes pas dans une délation, parce que les faits sont suffisamment connus de tous. Nous ne sommes pas aussi dans une démarche de dénigrement de notre police nationale. Mais, révoltés et humiliés, nous avons décidé de crever l’abcès en vous demandant d’agir.

Monsieur le Président de la République, la corruption des fonctionnaires de la Police Nationale, que certains ont injustement qualifiée de « petite corruption », a atteint aujourd’hui des proportions inquiétantes dans notre pays.

Souvent les citoyens ont l’impression que les fonctionnaires de la Police Nationale sont originaires d’une autre planète, tant certains de leurs actes dépassent tout entendement.

Monsieur le Président de la République, combien sont les fonctionnaires de la Police nationale qui savent que depuis le 26 juillet 2010, le Décret n° 10-395/P-RM, Portant Code de déontologie de la Police Nationale, a été adopté.

Le citoyen malien a malheureusement l’impression que les fonctionnaires de la Police Nationale ignorent l’existence de ce décret, tant certains d’entre eux se croient investis d’une mission de « boutiquier véreux », préoccupés par des stratégies de dépouillement de ceux qu’ils sont censés protéger.

Monsieur le Président de la République, quel que soit la part de notre contribution à titre d’impôt que vous réservez pour le salaire des fonctionnaires de la Police Nationale, il est regrettable et de plus en plus inadmissible, le « Kotéba » quotidien où les sortant de l’école de police ravissent la vedette aux sortant de l’Institut national des arts.

Monsieur le Président l’heure est grave. Le fléau a aujourd’hui atteint des proportions où le fonctionnaire de la Police Nationale préfère sa poche au Trésor public en termes de contraventions. Or, il est clairement dit dans l’alinéa 1er de l’Article 7 du Code de déontologie de la Police nationale que : « Le fonctionnaire de Police Nationale doit être loyal intègre et impartial envers les institutions républicaines ».

Monsieur le Président de la République, contrairement à l’Article 8 du même Code qui dit que « Le fonctionnaire de la Police nationale s’abstient en public, en tout temps et en toutes circonstances, de tout acte ou propos de nature à porter atteinte à l’image de la corporation ou à troubler l’ordre public », nous assistons à longueur de journée à des faits qui portent atteinte à l’Ordre public, dont les auteurs sont des policiers. Pour mémoire, nous rappelons l’affaire du policier de la SOTRAMA à Kalaban-Coura, ayant provoqué mort d’homme.

Monsieur le Président de la République, en son Article 9, le Décret portant Code de déontologie de la Police Nationale, rappelle au fonctionnaire de la Police Nationale qu’ « Il lui est formellement interdit de solliciter ou de recevoir, directement ou par personne interposée, même en dehors de ses fonctions mais en raison de celles-ci, des dons, gratifications ou avantages quelconques ».

Monsieur le Président, nous rappelons que cet article est permanemment violé au Mali sur nos routes. Au vu et au su de tous, le fonctionnaire de la Police Nationale ne « sollicite pas », mais exigence que le citoyen paye, souvent pour une infraction qui n’existe que dans l’esprit du policier.

Monsieur le Président, vous avez l’obligation d’agir. Dans un pays où on peut corrompre un policier avec 500 FCFA, c’est la porte ouverte à toutes les dérives.

Donnez des instructions fermes à qui de droit, afin que l’Article 6 du Code de déontologie de la Police Nationale qui dispose que « Tout manquement du fonctionnaire de Police Nationale aux devoirs et à l’honneur l’expose à une sanction disciplinaire, sans préjudice, le cas échéant, des peines prévues par la loi pénale », soit appliqué dans toute sa rigueur.

Monsieur le Président, vous avez l’habitude de dire « Dura lex, sed lex ». C’est à ce seul prix que la Police Nationale sera à l’abri de tout reproche et de tout soupçon.

Monsieur le Président de la République, le malheur du Mali est que ce comportement déviant est observé sur nos routes chez les gendarmes, les douaniers et les agents des eaux et forêts.

Au nom du bonheur et de la dignité des maliens, intervenez.

Yagaré Baba Diakité
Président du Mouvement Vert-Jaune-Rouge

PARTAGER

6 COMMENTAIRES

  1. Merci Monsieur DIAKITE en tout cas moi je voudrais savoir quel est le rôle du poste de police du chemin de fer appelé ” communément chemin de fer” il brule le carburant du contribuable Malien pour se cherché des fille pour leur propre besoin, allez y mener votre petite enquête, vous verrez la réalité.

    Je compte sur Salif pour dégagé tous ses voyous de notre corps.

  2. Merci Mr. Diakité pour votre temps et reflection sur les maux du Mali. J’apprecie bien.
    Mais pensez vous le president ladji bourama woloni kabakoh alias IBK et sa racaille et aussi tout le peuple malien ne sont pas au courant et conscients de tous nos maux 🙄 ❓ . Pour c’est plus que OUIII.
    EST CE QUE NOS RACAILLES de DIRIGEANTS DON N’EST L’EXEMPLE ❓ . POUR QUE LES CHOSE CHANGENT qu’il faut que tous ceux et celles qui ont leur C…assis dans nos fauteuils pour faire le Mali un pays exemplaire commencent a montrer au peuple un vrai signe de changements. 👿 . Sinon cest paine Perdue d’avance. 👿 .
    Alors personnellement je préfère entendre de la solution ou des solutions a ces maux et d’y faire face MAINTENANT ET TOUT DE SUITE.

  3. Merci Yagaré Baba Diakité
    pour cette lettre ouverte. Je suis très content. mais c’est dommage que ca se limite aux policiers seulement. Je dis les policiers ne sont pas des “dankadés” ils voient les autres fonctionnaires tels que les agents des impots des douanes des différents DFM et autres structures. Je ne suis pas policier je n’ai pas de parent direct qui porteur d’uniforme. Ne serait il pas une injustice de denoncer la police ou de mener la lutte au niveau de la police en laissant les autres corporations? Quand on a un marché d’etat on a envie d’abandonner tellement qu’on te prend de l’argent à tous les niveaux. La lutte contre la corruption n’est qu’une question de volonté politique. Elle commence au niveau du sommet de l’état. Au mali tout le monde est corrompu du sommet à la base à tous les niveaux sans exception. Je me demande s’il est même possible de la combattre. quand on voit des fonctionnaires qui logent dans des maisons de plus cent millions est ce que ce n’est pas la foutaise. Au mali il y a des fonctionnaires qui logent dans des maisons de plus cinq cent millions.cela depasse l’entendement humain. En france quand le salaire ne justifie pas le train de vie on mène une enquête.
    Ici il y a eu l’affaire des 150 milliards pour les militaires. A la date d’aujourd’hui il n’y a pas une seule personne arrêtée.Au contrairement les auteurs ont même eu de la promotion.Chaque anné la corruption nous coûte plus de trois cent milliards.

  4. Monsieur @Yagaré Baba Diakité, votre cri est noble mais votre appel n’est pas suffisamment motivé. J’aurai voulu que vous vous adressiez au ministre de la Sécurité et au ministre en charge de de la Jeunesse et de la Construction citoyenne car le mal de la corruption est profond au point que tout le monde le reconnait systémique.
    A mon avis, il faut agir sur le comportement du policier pour qu’il comprenne que “empocher ces 500 FCFA” de l’usager est un crime. Pur se faire, inciter les citoyens à se mettre en règle vis à vis du Code de la Route.
    C’est l’éveil d’une conscience générale qui peut être une solution idoine pour combattre le mal. Car, les policiers mêmes ne savent pas qu’il violent la loi en exigeant de l’usager. A décider de sévir contre eux, ils en déduisent à une chasse aux sorcières. Quand un policier ou un gendarme, chargé en premier lieu d’assurer la tranquillité et la paix publique vous répond: “c’est tout le monde qui le fait”. Quand au citoyen contrevenant lui même, il pense qu’il vaut mieux subir comme tout autre car on n’y peut rien.
    Sankingba vous dit: tant qu’il n’y a pas cette prise de conscience générale, on a beau crié, le policier ou le gendarme prendra ces 500 FCFA. Il faut sensibiliser avec les sketchs, des rencontres avec la jeunesse, avec les citoyens, les artistes etc.. Mais à la seule condition que les hommes et femmes chargés de la sensibilisation se mettent en règle vis à vis de la loi. Quand vous brulez le feu tricolore, vous ne pouvez vous plaindre de l’attitude mesquine du policier à la recherche de ses 500 FCFA. Sankingba est très peiné de voir un étudiant de la faculté juridique remettre les 500 FCFA à un policier car c’est lui l’avenir sécuritaire de la République. Et puisque cet étudiant lui même circule à moto sans aucune observation aux règles et est prompt à lancer des invectives qu’on on lui fait la remarque sur sa conduite dangereuse, que faire? Il donne l’occasion au policier de l’arnaquer. Dommage. Il faut créer des incidents avec les preneurs de 500 FCFA pour que eux même se sentent concernés par la force contraignante et le caractère général de la Loi dans tout son sens juridique.

    Au demeurant de tout ça, la République vaincra.

    VIVE LA REPUBLIQUE

  5. Le policier du mali se passe de sa solde aujourd’hui et l’économise entièrement car les fonds qu’il retire des usagers de la route suffisent pour ses dépenses quotidiennes. Les fonds empochés aux points de contrôle sont partagés entre les hiérarchies supérieures de la police. Ce qui garantit le comportement du porteur d’uniforme parce ce qu’il est soutenu par son supérieur. Il n’y a donc pas de punition même en cas de plainte de l’usager. La police entière est une mafia, le président le sait mais ferme les yeux; tant pis pour le citoyen. Regardez les réalisations de ces policiers, tous types confondus; ils ne sont que des voleurs à visage découvert. La Côte d’Ivoire est un modèle aujourd’hui dans la bonne gestion de la corruption. Vive Alassane et certainement, à bas l’autre, s’il ne s’exécute pas dans la même direction.

  6. Mon Cher Diakite, tu n’as dit que la vérité mais IBK seul ne peut pas, il faut une grande adhésion des citoyens.

Comments are closed.