Du rififi entre les habitants des 759 logements sociaux de Yirimadjo et la promotrice Souadou Diallo : Les familles victimes exigent le rétablissement des ouvrages endommagés

0

Les habitants des 759 logements de Yirimadjo ne dorment plus que d’un  œil à cause des agissements néfastes de la promotrice immobilière, Mme Souadou Diallo sur les ouvrages publics de l’Etat causant du coup des inondations en période hivernale et  l’insécurité routière.

C’est au cours d’une conférence de presse tenue dimanche dernier à la pâtisserie Morokadi de Yirimadjo que Youssouf Diawara, entouré de plusieurs victimes, a fait des révélations aux journalistes pour informer l’opinion nationale sur les dangers qui pèsent sur les populations riveraines des parcelles en construction de Mme Souadou Diallo, une promotrice immobilière.Selon le conférencier, Youssouf Diawara,  de 2007 à août dernier, les populations de la cité 759 de  ATTbougou vivaient paisiblement dans des maisons construites par le président de la République afin d’alléger les souffrances des pauvres. Mais, les problèmes ont commencé depuis l’achat d’un grand espace qui était jadis un dépôt d’ordures par Faya immobilière, représentée par Mme Souadou Diallo, acquéreur de cet espace. Or cet espace fait face au premier bloc des logements sociaux. Souadou Diallo se basant sur ses relations personnelles est venue délibérément obstruer les caniveaux et les collecteurs qui servaient à l’écoulement de l’eau en période hivernale. Cet état de fait a permis aux eaux de ruissellement d’envahir directement les familles voisines. La dame Souadou  a aussi détruit la rue 452 sans aucune décision de justice autorisant la démolition de cet ouvrage. Curieusement, l’Office malien de l’habitat saisi par courrier n’a pas réagi.Mr Diawara a rappelé qu’une réunion s’est tenue le jeudi 24 novembre, regroupant les autorités en charge de l’habitat dont le Secrétaire général du ministère du logement et des affaires foncières, Mamadou Coulibaly et l’Association pour le développement des 759 logements sociaux. A l’issue de la rencontre, Mamadou Coulibaly a souligné qu’il faut respecter une servitude de 12 m entre la route et le caniveau. Toute chose qui n’a pas plu aux habitants de la Cité 759. Car, si cette décision était appliquée les dimensions de la rue 459 seraient très réduites. Par conséquent, deux véhicules ne peuvent passer côte à côte. Alors que cette voie sert de passage aux Bennes qui vont chercher des moellons. Ce qui mettra en danger les familles voisines qui seront exposées au risque des accidents de la circulation. Auparavant, une dispute avait opposé la promotrice aux habitants de la Cité à qui elle avait lancé des injures grossières. Elle fut sauvée de justesse de l’article 320 du code de procédure accélérée.

 Finalement, l’unique concession construite sur l’espace vide a été endommagée par les victimes.  Selon Youssouf Diawara, les familles exigent que les caniveaux et les collecteurs  soient débouchés, la rue rétablie ainsi que le plan préétabli par l’OMH maintenu. Elles exigent aussi que les panneaux de signalisation soient réinstalés. M. Diawara a mis en garde que si rien n’est fait par les pouvoirs publics, cette histoire pourrait tourner au drame.

 

Falé COULIBALY


PARTAGER