Invité du forum de la presse : Le ministre Dramane Dembelé met fin aux rumeurs et donne des garanties aux postulants.

5
Le ministre de l’Urbanisme et de l’Habitat, Dramane Dembélé
Le ministre de l’Urbanisme et de l’Habitat, Dramane Dembélé

Le forum de la Presse pour sa troisième émission recevait sur son plateau le ministre de l’Urbanisme et de l’Habitat, Dramane Dembélé. Cette émission initiée par la Maison de la presse en collaboration avec la chaîne de télévision nationale « ORTM » s’est déroulée à la Maison de la presse au quartier populaire de Médina Coura, en commune 2, en présence de son président, Dramane Aliou Koné, directeur de publication du quotidien « L’indicateur du Renouveau », du Chef de Cabinet du département de l’Urbanisme et de l’Habitat, Lazare Tembely, des confrères et amis de la presse venus nombreux.

Pour accompagner le présentateur de l’émission Seydou Baba Traoré, journaliste réalisateur à l’ORTM , conseiller technique, deux directeurs de publication de la presse écrite privée ont été associés. Ils se nomment Birama Fall du Journal le Prétoire et Alexis Kalambry, des Echos. Il s’agissait pour comprendre avec le ministre de l’Urbanisme et de l’Habitat les critères d’attribution des 1552 logements de N’Tabacoro et la problématique des constructions anarchiques, la gestion des dossiers des bénéficiaires décédés. Le ministre Dramane Dembélé a mis à profit cette occasion pour inviter tous ceux qui ont postulé pour l’attribution des logements sociaux de N’Tabacoro, à ne pas retirer leur apport auprès des banques, Des dispositions sont en train d’être prises pour leur permettre d’être propriétaire dans 18 mois.

Le forum de la presse faut-il le rappeler se veut un cadre d’échanges autour de questions essentielles à la une et animé par un responsable qui est l’invité. L’émission aborde  de ce fait, des sujets sans détours et les discussions se font à bâton rompu. L’attribution des 1552 logements sociaux de N’Tabacoro convoités par plus de 13 000 candidats suscite des grincements de dents avec ses conditions sortant du contexte social. Les rumeurs circulent partout et les commentaires vont bon train.

FACE A FACE DRA, SEYDOU, ALEXIS ET FALL

S’agissant du chapitre des critères d’attribution des logements sociaux de N’Tabacoro, le ministre Dembélé a d’abord précisé que toute la gestion de ce dossier se fera dans la transparence et dans les règles de l’Art. Il a indiqué que le processus de logements sociaux est un programme qui a débuté avec les indépendances en 1961. Birama Fall a évoqué la problématique de l’apport personnel exigé, qui selon lui est purement commercial et contraire à l’esprit qui a prévalu à la mise sur orbite de ce programme. Sur cette question,  le ministre Dramane a répondu en disant : « Je ne pense pas que notre démarche est faite pour privilégier une certaine classe. Chacun a sa manière de concevoir les choses. Après Alpha Oumar Konaré et ATT, le président Ibrahim Boubacar Keita cherche à amplifier. Toute la question autour de l’apport personnel vise à pérenniser le programme. Cet ambitieux programme social permet à l’Etat de céder gratuitement le terrain à l’acquéreur. Le niveau de viabilisation est de niveau trois. Aujourd’hui, c’est l’Etat qui est le plus grand contributeur à l’effort de construction. Il s’agit pour nous d’avoir des fonds de garantie pour continuer à faire des modèles de construction. Nous allons amplifier la position de la tranche sociale. Nous sommes dans la nécessité d’avoir des garanties pour évoluer dans notre démarche. La réalisation de ces 1552 logements a couté à l’Etat 33 milliards de FCFA. L’Etat est aujourd’hui à 30 milliards. L’Etat donne ces logements à taux zéro. Cette question d’apport personnel n’est pas une nouvelle chose dans notre pays. La cité de la  solidarité pour le président Alpha Oumar Konaré à Sotuba a exigé aux candidats un apport personnel fixé à 10%. Cet apport représente beaucoup de chose. Il faut que les gens comprennent que les taxes sur les logements qui sont 1% de la masse salariale ne sont pas suffisantes pour garantir la pérennisation d’un tel programme social. L’Etat doit faire face à la réalisation des voies d’accès à l’espace, et des caniveaux. C’est le système des apports personnels qui aident l’Etat à supporter les réalisations. Pour moi l’acquisition de ces logements doit faire l’objet d’une bonne organisation. Le problème c’est que les gens sont mal organisés pour faire face à la problématique. Notre schéma est bien réfléchi. Il n’ya aucune ambition à discriminer une couche sociale. Les logements les plus chers contribueront rapidement à  payer les moins nantis. Nous allons continuer à bien améliorer cette démarche. Aujourd’hui les gens ont compris le système. Au bout de trois semaines de dépôt, on a pu avoir 7 milliards. Avec ce montant, il est facile de projeter d’autres actions. Je crois qu’au bout de deux ans, les 13 mille demandeurs qui ont déposé leurs dossiers pourront tous bénéficier d’un logement. La nouvelle vision, c’est l’accès au logement décent au plus grand nombre de la population malienne. ».

En réponse à la préoccupation d’Alexis Kalambry sur l’anticipation de paiement, le ministre a fait comprendre que la réflexion est déjà amorcée pour éviter la spéculation. Pour lui, personne ne sera exclue par le système. A ses dires, l’idée des logements sociaux appelle à notre solidarité nationale. L’approche du gouvernement est de faire comprendre aux gens que ce processus est une question d’organisation et de méthode. L’idée de faire de la mixité répond à un besoin des réalités sociales. C’est l’intégration.

Abordant le volet de la commission d’attribution, le patron de l’Urbanisme et de l’Habitat a fait comprendre que face à l’absence d’un cadre normatif, il a été décidé de prendre un  décret pour formaliser le secteur. C’est pourquoi Dramane Dembélé a souligné que la commission d’attribution des logements est composée des membres choisis par la société civile, les organisations des bâtiments, les Administrations et les Maliens de l’extérieur. Pour être membre, il faut être d’abord un malien. Au ministre de préciser que pour cette année, il n’y aura pas de quota. Il a dit au Forum de la Presse que : «  les gens qui ont déposé au moins trois fois leurs dossiers seront systématiquement pris en compte. Les données sont disponibles. Ceux qui sont conformes vont bénéficier dans la pure transparence. La commission n’aura de pression de qui que ce soit pour bien faire son travail. Pour tous les cas d’irrégularités, le ministre a affirmé que les dispositions sont prises pour les gérer et sanctionner sans Etat d’âmes. Nous avons des procès sous la main et nous allons les gérer, a-t-il dit. Je peux contrôler le système à distance le travail depuis mon bureau a-t-il poursuivi ». Parlant alors du choix du président de la Commission en Occurrence l’ancien maire de la Commune  IV,, Issa Guindo, Dramane a été clair en ces termes que : «  les gens doivent se méfier des allégations. Au delà de tout ce qui se dit pour son appartenance politique, le RPM, je vous avoue que je connais bien ce monsieur. J’ai eu des rapports francs de collaboration avec lui. Je sais de quoi il est capable. Je pense qu’il faut le laisser à l’oeuvre pour ensuite le juger. ».

En ce qui concerne la récurrente question  de viabilisation de l’ACI 2000, Dramane dira que les responsabilités sont partagées entre l’Administration de la structure et les usagers qui ont signé des cahiers de charge.

La seconde partie de l’émission a été consacrée à la construction anarchique sur les berges du fleuve et des collecteurs. Le ministre a rappelé que la première action menée sur le terrain au lendemain de sa prise de fonction a été de se rendre au niveau de ces  endroits, en commune I et IV. Il a ensuite laissé entendre : «  Nous déplorons des événements malheureusement causés par l’inondation des années passées. Malgré des travaux de curage, nous avons constaté que les gens sont entrain de déverser les ordures dans les collecteurs. Nous avons sensibilisé. Des moyens ont été consentis pour nettoyer les caniveaux au niveau de Banconi. Au niveau de Woyowanyanko, les travaux continuent. Il faut une synergie d’action de toutes les forces. La réussite de ces actions nécessite plus de civisme des populations et des collectivités. Chacun doit jouer son rôle. Sur le terrain le constat est déplorable. Je vous avoue que même les collectivités sont fortement impliquées dans le morcèlement des servitudes des marigots. Pour ce cas, il y a lieu de ne pas confondre la limite de ces servitudes qui est de 25 mètres. Ceux qui sont déjà installés, nous les sensibilisons de laisser les lieux moyennant quelques choses. Au niveau du département, des réflexions sont menées pour faire face à la situation. L’Etat étant une continuité, je crois que la procédure judiciaire est en cours pour situer les responsabilités de ceux qui ont attribué ces servitudes. Les enquêtes sont faites, les rapports disponibles. La justice fera son travail. Nous sommes dans une démarche pédagogique pour non seulement sécuriser ceux qui sont installés illégalement, mais aussi les populations. Dans les 45 jours vous allez constater des choses sur le terrain. Aujourd’hui nous avons déjà procédé au curage de plus de 8 km au niveau des différents collecteurs. Je crois que les différentes actions qui sont en cours et qui sont déjà effectuées nous permettent de dire qu’il n’y aura pas d’inondations cette année. Nous sommes des humains, nous ne jurons pas. Nous sommes conscients que ce qui a été fait sert d’argument pour espérer. Nous avions pris des mesures pour anticiper le malheur de 2013. »

QUESTIONS DES CONFRERES

La parole a ensuite été donnée à l’assistance et surtout à quatre journalistes et pas des moindres. Notre consœur de l’Annonceur, Mme Mariétou Konaté a voulu savoir si la date de fin juin annoncée pour la remise des clés est valable. Le ministre de préciser que malgré un léger retard accusé dans les dossiers des maliens de l’extérieur, la date du 30 juin sera maintenu. A en croire Dramane Dembélé tout sera fait pour que la date soit respectée.  

Notre directeur de publication, Thiémoko Traoré a interpellé le ministre par rapport à la situation des orphelins de père et de mère, mineurs, qui occupent la maison des parents décédés et qui sont sous la menace et la crainte d’être expulsés ou de se voir retirer la maison que les parents avaient commencé de payer. Il a voulu savoir les dispositions prises pour ce cas d’espèces. Le Chef du département de l’Urbanisme et de l’Habitat dira que : « Ces genres de situation sont entrain d’être gérés au niveau du fonds de garantie hypothécaire. La situation des ayants droits et ascendants sont déjà prise en compte. C’est une question de solidarité. Si vous avez des cas de ce genre, faites nous les savoir. Nous allons les gérer. C’est une question de justice sociale que l’Etat a la charge de gérer sans complaisance. La vocation du Président de la République est de faire la réparation sociale ».

 A la fin de l’émission, le Ministre Dembélé a lancé un message d’apaisement à ses compatriotes. Pour lui, le système d’attribution sera transparent de A à Z et se fera sans état d’âme. « Les critères sont connus d’avance. Nous serons à mesure de dire les raisons qui ont fait que les dossiers des uns et des autres n’ont pas aboutis. Faisons-nous confiance. Observons les résultats. Le monde de la construction a évolué. Je suis en discussions avec des partenaires pour la situation des prêts-acquéreurs. Si on se fait confiance, au bout de deux ans, les treize mille qui ont postulé auront tous leur maison ; mais à condition qu’ils ne touchent pas à l’apport qu’ils viennent de déposer au niveau des Banques. Je demande à ceux qui n’auront pas la chance de bénéficier de logement cette fois-ci, de garder leur caution au niveau des banques. On va s’organiser à travers l’Etat malien, les promoteurs immobiliers pour que au bout de 18 mois, ces gens puissent avoir leurs logements. Il est établi que si nous pouvons garantir avec deux ou trois milliards, on peut faire sept mille logements. On est dans ce processus. C’est dire que ceux ont déposé leur dossiers, de se patienter. Nous allons nous retrouver et bâtir un modèle clair. Il faut que nous soyons contemporains, décomplexés et vouloir prendre des modèles ailleurs. », a conclu le ministre Dramane Dembélé.

 

Jean  Goïta

PARTAGER

5 COMMENTAIRES

  1. Combien de pourcent de logements sociaux sont réserves pour les maliens de l’extérieur ?

  2. Le ministre raconte des histoires. Quel est ce fonctionnaire moyen qui peut économiser 500.000 FCA? Si vous laissez votre argent en banque à la portée de Dra il va l’utiliser pour faire la campagne de son parti aux municipales ou pour éponger les dettes de son parti ADEMA qui endetté jusqu’au cou. Dra est un spécialiste en détournements, restez et vous aurez vos yeux pour pleurer. Gardez votre argent sur votre propre compte d’épargne au lieu d’épargner pour DRA. De toute façon ce type n’a jamais rien réussi et on verra la suite bientôt. Que ceux qui ont des oreilles pour écouter écoutent……

  3. C’EST BIEN DIT, ATTENDONS LA FIN.
    LE MALI A L’INSTAR DES PAYS AVANCES DOIT PENSER A ALLER VERS LE SYSTEME D’APPARTEMENTS DANS DES IMMEUBLES ETAGES MULTIPLES AVEC TOUTES LES COMMODITES (ascenseurs, balcons assez large, collecteurs d’ordures etc.).
    CECI VA CONTRIBUER NON SEULEMENT A EMBELLIR LA VILLE MAIS AUSSI A RENDRE FACILE ET MOINS COUTEUX L’AMENAGEMENT DE L’ESPACE URBAIN( caniveaux, réseau d’eau et d’électricité, espaces verts etc.)

  4. Ce type a ete rejette par son electorat tout comme Moussa Joseph et Mountaga Tall, ils ne meritent pas d’etre ministres car le peuple leur a dit non. IBK le Mande Zonkeba n’a pas de prinicpes du tout.

Comments are closed.