Revue technique 2013 du CSCRP : Les acteurs en conclave

0

Revue technique 2013 du CSCRP : Les acteurs en conclaveL’objectif de la revue 2013 du Cadre stratégique pour la croissance et la réduction de la pauvreté (CSCRP) est de donner une appréciation de la mise en œuvre des politiques et stratégies gouvernementales de croissance et de réduction de la pauvreté.

 

Les travaux de la revue 2013 du CSCRP lancé, lundi, à Bamako, par le secrétaire général du ministère de l’Economie et des Finances, Zamilatou Cissé, sont organisés en 2 étapes : revue technique et politique.

Il s’agira, pour les techniciens des départements ministériels, de la société civile, du secteur privé et des partenaires techniques et financiers d’échanger à fond sur l’ensemble des documents pour aboutir à des conclusions et recommandations qui serviront de base au débat politique.

Des thématiques qui seront débattues autour des résultats de la mise en œuvre des politiques et stratégies, macroéconomique et prennent en compte les résultats des principales revues dans les secteurs de l’éducation, de l’eau, infrastructures et de la réforme de l’Etat.

“Suite Ă  la tenue des Ă©lections gĂ©nĂ©rales, les nouvelles autoritĂ©s ont Ă©laborĂ© le Programme d’action du gouvernement (Pag) pour la pĂ©riode 2013-2018 sur la base des hautes orientations du prĂ©sident de la RĂ©publique. Le CSCRP et le Pag sont complĂ©mentaires. Cette revue se base sur une analyse rĂ©trospective des questions relatives aux changements Ă  apporter aux politiques, mettre Ă  disposition des moyens nĂ©cessaires, l’utilisation des ressources financières et des contraintes”, a expliquĂ© le secrĂ©taire gĂ©nĂ©ral du ministère de l’Economie et des Finances, Zamilatou CissĂ©.

Et de réaffirmer que les conclusions et recommandations des travaux serviront de base au dialogue politique entre le gouvernement, les PTF et autres acteurs au niveau décisionnel, avant d’inviter les participants à des débats techniques francs et constructifs en vue d’orienter les politiques et stratégies vers une croissance économique.

Brahima Sogoba

 

PARTAGER