Mairie du District de Bamako : Les usagers désabusés

0
0

Au lieu de s’attaquer au foncier, de racketter en humiliant quotidiennement les petits débrouillards le maire du district Adama Sangaré doit revoir urgemment son équipe. Car certains salariés s’assimilent à de véritables parasites à cause de leur comportement peu orthodoxe. Ce qui constitue un manque à gagner crucial pour la caisse du maire. Mais silence ! Le maire brille et gaspille l’argent du contribuable.
 
Vraisemblablement l’édile de la capitale ne contrôle plus rien. Son seul souci c’est de s’enrichir impunément au détriment des pauvres contribuables. Cette image se reflète sur la motivation du personnel de l’hôtel de ville de Bamako.


L’histoire que nous relatons n’est pas une mise en scène mais s’est réellement déroulée hier dans la matinée au sein de cette structure quand un usager a été désabusé par les dames qui sont au niveau du service de recouvrement. Parce que tout simplement elles n’ont rien à perdre.
« Je ne peux pas fournir d’efforts pour me faire de l’argent et souffrir pour le dépenser », a lâché notre interlocuteur très remonté par l’accueil qui lui a été réservé par les maîtres des lieux. Au sein de l’administration publique, rares sont des employés qui s’acquittent correctement de leur devoir. La mairie du district ne fait pas exception à cette règle.


L’intéressé dont  nous  taisons le nom raconte les faits : « Hier, mercredi j’étais venu déposer un dossier à la mairie. A mon arrivée on m’a informé que je dois payer le timbre et m’acquitter les frais de dépôt. Chose à laquelle je me suis plié en me rendant dans le bureau du service recouvrement mais ma déception fut grande. A commencer par la désorganisation totale, le délabrement des locaux et l’amateurisme du service d’orientation. Je me présente à un guichet pour payer le timbre je tombe sur une dame qui se concentre sur le jeu solitaire sur son ordinateur. Elle m’a à peine répondu. Je lui demande un timbre de 250 F en lui tendant un billet de 2000 F CFA. ‘’Je n’ai pas de monnaie’’. Elle se retourne à son jeu en me laissant arrêter pendant quelques minutes. ‘’On fait comment ? Je ne sais pas’’, me répond-elle. Je me dirige vers un autre bureau pour payer le frais de dépôt tout en pensant trouver la monnaie. Je tombe sur une vielle dame. En lui tendant deux billets de 2000 F CFA pour un montant de 2500 F CFA à payer elle aussi me chasse ‘’va chercher 500 F CFA jeton je n’ai pas de monnaie’’. Très frustré je suis sorti pour me diriger vers le parker qui est dans la cour de la mairie, je lui tends le billet de 2000 F CFA pour qu’il enlève ses 100 F CFA parce que choqué je voulais rentrer à mon service. Le parker n’ayant pas la monnaie la cherche vite et me remet mes 1900 F CFA. Chose qui m’a poussé à retourner vers ces deux dames pour m’acquitter des frais. La question que je suis posée est la suivante : ces agents sont là pourquoi ? Si la mairie était leur boutique est-ce qu’elles auraient fait la même chose ? Je suis déçu, ces gens ne méritent leurs postes ».


Tels sont les aveux d’un usager de l’administration désabusé. Beaucoup d’autres dénoncent la gestion cavalière de la mairie du district. Pour incapacité de mobiliser des fonds, Adama Sangaré, doit rendre son tablier, car il n’arrive pas à payer les nombreux créanciers de la mairie.
Aliou Badara Diarra
 

NB - L'auteur de cet article est seul responsable de son contenu.