Retour des maliens retenus à Tamanrasset : Le CSDM sollicite la diligence du Gouvernement

1

Nos compatriotes vivent des moments difficiles à Tamanrasset, localité située à 1000 km d’Alger. Conduits  de la capitale algérienne, ces Maliens en attente de rapatriement dans leur pays d’origine piaffent d’impatience.

 Le CSDM qui a organisé un point de presse sur le sujet appelle le Gouvernement au secours pour ramener ces personnes au bercail. C’était le 30 septembre dernier, à son siège social, sis à Garantiguibouggou, dans le secteur ‘‘300 Logements’’.

Les Maliens  en attente de rapatriement au bercail sont estimés à 1100 personnes. Ils vivent des conditions difficiles dans ce désert algérien. Si rien n’est fait de façon urgente, le pire est à craindre pour ces personnes. Ces mots sont du Président du CSDM qui attire l’attention des autorités maliennes sur la nécessité de ramener nos compatriotes au bercail.

Pour le premier Responsable de cette association de défense des Droits des Maliens établis à l’Extérieur, la protection des intérêts des Maliens de la diaspora doit être le credo du Gouvernement malien. Le rapatriement de nos compatriotes d’Alger fait partie de cette protection.

Tout en reconnaissant les moyens limités du Ministère des Maliens de l’Extérieur dans la prise en charge des besoins de nos compatriotes vivant à l’Etranger, le CSDM sollicite une preuve de solidarité auprès du Gouvernement. Autrement dit, la mise à la disposition du Département de tutelle des moyens juridiques, financiers et humains nécessaires pour faire face à la réalité.

Car, l’apport des Maliens établis à l’Etranger au développement socio-économique de notre pays n’est plus à démontrer. «C’est pourquoi toute difficulté touchant ces derniers doit être prise de façon diligente», a lancé Mohamed Chérif Haïdara.

Toutefois, il appelle l’Algérie à respecter les conventions internationales relatives aux Droits des immigrés. Cela, pour éviter les sanctions des défenseurs des Droits de l’Homme.

Au cours de ce point de presse, il a annoncé le décès de 3 Maliens dont une mère d’un enfant de 2 ans à Tamanrasset. Les survivantes ne cessent d’attirer l’attention des autorités maliennes afin de les aider à rejoindre le bercail le plutôt possible. C’est, donc, une interpellation à peine voilée adressée au Ministère des Maliens de l’Extérieur à prendre toutes ses responsabilités pour sauver ces personnes en danger. Tel est l’appel pressant du CSDM qui entend informer tous les parents des Maliens de l’Extérieur de cette situation. Une façon de les faire partager la souffrance et les préoccupations légitimes de ces personnes qui n’ont rien fait pour mériter un tel sort.

La balle se trouve désormais dans le camp du Ministre en charge des Maliens de l’Extérieur qui doit faire tout son possible pour résoudre cette situation.

 

Ambaba de Dissongo

 

 

 

PARTAGER

1 commentaire

  1. CSDM doit comprendre que l’état malien n’est pas la pour rapatrier le migrants maliens qui optent d’aller par voies téméraires. Encore cette façon de migrer c’est leur droit mais l’état n’aura jamais assez des moyens pour éternellement rapatrier des gens qui s’entêtent sur cette voie! Il faut que CSDM arrête de tergiverser pour dire la vérité:”n’allez pas en Algérie vous bloquer et donc crier au secours de l’état!” Oui c’est le devoir de l’état de sauver même les tentateurs du suicide… mais il peut y manquer des moyens! Encore une fois nos migrants ne sont pas obligés d’aller de cette façon.
    Il faut apprécier l’état du Mali qui a vraiment fait des exploits extraordinaires depuis 2010 par rapport a ces situations des migrants en détresse..en LIBYE, en RCI, en RCA, en ALGÉRIE. Il faut donc que chaque cote prenne ses responsabilité…il faut surtout décourager ce mode de migration.

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here