Concert de Bassékou Kouyaté à l’ex-CCF : Dédicace à la paix !

Commentaires fermés [-] Texte [+] Email Imprimer

Cela faisait plus d’un an que Bassékou Kouyaté, le maestro du N’goni, ne s’est pas produit au Mali. Ça remonte à la dernière édition du festival sur le Niger à Ségou. Vendredi 21 décembre 2012, il est revenu avec son groupe au grand complet. En plus de ses deux fils, à savoir son premier garçon Mamadou Kouyaté et le deuxième, Moustapha Kouyaté, l’homonyme de son père.

Bassekou Kouyaté

L’enfant de Garana, avec comme lead vocal sa charmante épouse Ami Sacko ; les autres membres, disons instrumentistes, étaient Abou Sissoko, au n’goni médium, Moctar Kouyaté  à la calebasse et Mamadou Tounkara au n’tama. Le ton de la soirée a été donné par les enfants de Bassékou, qui ont chanté la paix et l’entente. Disons-le tout de suite, la soirée a été marquée par des messages de paix.

Pendant toute la soirée, il y a eu 12 chansons, de ‘’Jamako’’ qui est un morceau du nouvel album de Bassékou Kouyaté, en passant par le takamba avec la participation vocale de Sidi Touré, un ancien sociétaire du Badema national. Bassékou Kouyaté et sa famille ont surpris plus d’un. Surtout avec le morceau ‘’Poï’’, une chanson dédiée très généralement aux rois, lors de leur intronisation dans le royaume bamanan de Ségou.

Assis sur une chaise avec son n’goni, Bassékou a joué des notes, faisant parfois croire à des airs du blues. D’autant que la prestation de Bassékou Kouyaté et de Ngoni Ba se prêtent davantage à la contemplation qu’à la danse. La foule tape des mains et s’exclame d’admiration. Les musiciens eux-mêmes dansent peu, sinon de leurs doigts, de leur tête et des traits de leur visage. Les quelques pas de danse de Ami Sacko, chanteuse émérite du groupe, confirment encore une fois la légende.

Occasion pour l’artiste de parler de la situation de notre pays : «Est-ce que nos militaires vont aller au nord, peuvent-ils aller demain ou ce soir ?» Le public répond : «Oui». Et le concert continue de plus belle. «Nous sommes tristes parce qu’il n’y aura pas de festival au désert cette année à Tombouctou ; nous, les artistes, nous ne pouvons plus jouer au nord ; au sud, il y a le chômage. Il faut que le nord soit libéré sinon ça ne va pas ; le Mali doit se battre pour nos populations qui sont au nord». Voilà quelques mots que l’artiste a bien voulu partager avec son public.

Tout au long de la soirée, l’enfant de Garana n’a cessé de lancer des messages de paix, d’entente et de stabilité dans le monde, en Afrique et au Mali. Devant un public riche en couleurs, avec des présences remarquées telles celles de Madame Sy Kadiatou Sow et son mari Ousmane Sy, le doyen Richard Toé, le secrétaire général du ministère de la Culture, Alhadi Koïta.

Il faut rappeler que Bassékou Kouyaté a fondé Ngoni Ba en 2005. Depuis, le groupe a produit deux disques : Segu Blue en 2007 et I Speak Fula en 2009. Il a reçu, en 2008, le prix de l’album de l’année et de l’artiste africain de l’année aux BBC3 World Music Award. Il a été nominé aux Koras. Il est actuellement sur son 3ème album ‘’Jamako’’, dont la sortie est prévue en début d’année 2013.

Kasim TRAORE

SOURCE:  du   27 déc 2012.