Concert live d’Iba One et Sidiki Diabaté : Le public du stade Omnisport ébloui par la prestation des deux jeunes rappeurs

0

 Concert live dIba One et Sidiki Diabaté Après une tournée inédite à l’intérieur du pays, le Mali rap champion ou le gladiateur, Iba One et Sidiki Diabaté – fils de Toumani Diabaté – ont fait le plein du Stade Omnisport Modibo Keïta, le lendemain de la fête de Tabaski.

 

Les fans des deux jeunes rappeurs maliens attendaient avec ferveur leurs vedettes. C’est ainsi qu’ils étaient plusieurs à se mobiliser de 19 heures jusqu’à 22 heures à la porte d’entrée du stade dans l’espoir d’obtenir soit un ticket de 1000 FCFA leur permettant d’accéder aux gradins soit celui de 3000 FCFA la piste de l’athlétisme ou encore 5000 FCFA pour le VIP.

 

 

À 23 heures, le stade affichait le plein avec des fans d’Iba One et Sikidi Diabaté qui attendaient impatiemment les stars du jour. Avant leur arrivée, d’autres rappeurs talentueux comme Pap-G, Lil Memo, Lil Iba de Mini Stars, et Memo All Star (Chouchou des filles) étaient sur scène. Avant d’être succédés par 15 autres rappeurs surnommés “les petits gladiateurs”. Ils ont ainsi tenu en haleine pendant plusieurs heures un public très enthousiaste. C’est à 3heures du matin que Balla Diabaté a commencé à installer les instruments de musique de son frère Sidiki sur le podium. Il jouait le piano sur les beats de Iba One et Sidiki Diabaté.

 

 

Les stars attendues ne feront leur apparition sur le podium qu’à 3h 30min. C’est d’abord avec leur célèbre titre ”victoire” qu’ils ont mis l’ambiance dans le stade. Les deux grosses pointures du Mali Rap ont revisité les différents titres de leur répertoire que le public maitrisait parfaitement. Parfois, les deux artistes faisaient appel au service de Didier Moulengé pour faire monter la tension dans le stade. Vers 4 heures du matin, les fans d’Iba One et Sidiki Diabaté ont réclamé le titre ”Original et Kotanayan” que les artistes ont exécuté avec joie.

 

 

Le spectacle a pris fin aux environs de 5 heures du matin.

 

 

               Oumar BARRY

 

PARTAGER