Festival international Didadi de Bougouni : Nahawa Doumbia marraine de la 1ère édition prévue du 13 au 15 mars

0
Seydou_coulibaly
Seydou_coulibaly

La première édition du festival international “Didadi” aura lieu du 13 au 15 mars prochain à Bougouni avec comme thème “la préservation du patrimoine culturel, facteur de paix et de développement”. La marraine de cette grande manifestation  culturelle est  la diva Nahawa Doumbia  tandis que Bakary Togola, président de l’APCAM en est le parrain. En tout cas, cette première édition promet déjà d’être belle aux dires des organisateurs. 

 

Après le festival sur le Niger à Ségou, le festival international de Sélingué, la ville de Bougouni aura aussi son festival. Il s’agit du festival international Didadi (une des danses du terroir qui a dépassé les frontières de la contrée) dont la première édition aura lieu du 13 au 15 mars prochain. C’est une initiative de l’Association des opérateurs économiques pour le développement de Bougouni (A.O.E.D.B) présidée par Seydou Coulibaly, promoteur de l’hôtel “Piémont”, très soucieux de l’avenir et du développement de son village natal. Cela  en partenariat avec les Communes de Bougouni et l’Association des ressortissants de Bougouni à Bamako.

L’initiateur du projet, Seydou Coulibaly que nous avons rencontré, hier, est très confiant. “Nous sommes en train de régler les derniers détails. Aujourd’hui, toute la population de Bougouni se mobilise derrière ce festival. Nous sommes donc à pied d’œuvre pour que ce rendez-vous puisse être une réussite. En initiant ce festival, nous voulons valoriser notre patrimoine culturel, développer le savoir-faire local, revitaliser les valeurs traditionnelles en voie de disparition. Il s’agit pour nous de faire de Bougouni, un espace de dialogue et d’échanges interculturels” a-t-il précisé.

 

Placée sous le thème de la préservation du patrimoine culturel, facteur de paix et de développement durable, cette première édition a comme marraine la grande cantatrice, Nahawa Doumbia. Le président de l’APCAM, Bakary Togola est le parrain de l’événement.

 

 

Le programme de ce festival est très riche en couleurs à travers des manifestations artistiques et culturelles, qui permettront aux populations de se ressourcer, de se divertir et de s’engager dans la voie de la préservation et la promotion du patrimoine culturel du cercle.

 

Pendant trois jours, les festivaliers échangeront sur la paix sociale à travers des conférences-débats notamment sur les problèmes et les difficultés rencontrées par le cercle de Bougouni dans les domaines de l’insécurité, la sécurité alimentaire, l’éducation, l’exode rural, la propagation du VIH-Sida. Sans oublier la dégradation de l’écosystème. En un mot, le développement du cercle de Bougouni. Ce festival sera aussi un espace de débats fraternels et un forum d’expression pour les élus communaux.

 

 

Plus de 25 000 festivaliers sont attendus, selon le président de l’Association des opérateurs économiques pour le développement de Bougouni. Cet événement culturel permettra aussi de créer une cinquantaine d’emplois temporaires.

Pour joindre l’utile à l’agréable, plusieurs artistes seront au rendez-vous pour rehausser l’éclat de cette grande manifestation culturelle. Il s’agit de Nahawa Doumbia, Tou Synayogo, N’Polon Seydou, la troupe Didadi de Wengala.

 

 

D’ores et déjà, le président de l’Association des opérateurs économiques pour le développement de Bougouni adresse ses sincères remerciements aux différents partenaires à savoir Orange-Mali, la mine d’or de Morila, l’Hydrochem, Bramali, Hôtel Piémont. Sans oublier les bonnes volontés, qui ont apporté leur soutien.

A.B. HAIDARA

PARTAGER