Mme Dee Dee Bridgewater: La reine du jazz américain découvre le pays de Soundjata Keita

0
Au Mali dans le cadre de l’enregistrement de son nouveau CD avec des artistes maliens et pour mettre à profit cette visite pour découvrir des projets de la FAO dont elle est une des ambassadrices de bonne volonté, Mme Dee Dee Bridgewater, s’est entretenue avec la presse malienne et internationale au cours d’une conférence de presse qu’elle a animée à la maison de la presse sise à Darsalam en Commune III du district de Bamako, le dimanche, 20 août dernier. Elle avait à ses côtés, la représentante de la FAO au Mali, Mme Mariam Mahamat Nour.
D’entrée de jeu, la reine du jazz américain de renommée mondiale, sans langue de bois, a d’abord expliqué les raisons de sa visite au Mali où elle a été reçue par le président la République, son Excellence Amadou Toumani Touré. D’après elle, elle a le sentiment que ses racines se trouvent au Mali bien que le sang américain et chinois (du côté de son père) coule dans ses veines. Elle n’a pas découvert sa « malianité » dans un rêve, mais plutôt à travers la musique du pays de Soundjata Keita qui fait vibrer son sang. Convaincue de ce sentiment, elle a décidé de venir se ressourcer et découvrir sa culture à travers laquelle elle se reconnaît profondément. Pour elle, elle veut montrer à travers sa musique toute la dignité du Mali au monde entier. Mme Dee Dee Bridgewater ne fait pas la musique pour s’enrichir. C’est un moyen d’expression pour défendre les causes justes. A l’age de 50 ans, son objectif est d’aider les artistes, les arrangeurs brefs les musiciens dans leurs nobles missions. Le projet qu’elle vient de commencer, c’est-à-dire établir une liaison avec le jazz et la musique malienne en est assez évocateur. Elle compte le faire avec des artistes maliens dont la grande diva de Wassoulou, Oumou Sangaré et bien d’autres de grande carrure entre Bamako et Paris où elle réside depuis plusieurs années avec son mari. Avant de conclure, elle a tenu à apprécier tout ce que la FAO et tout ce qu’elle fait pour la préservation de la sécurité alimentaire et la lutte contre la pauvreté dans notre pays. Elle a salué l’initiative de Kati et de Fanafiécoro, deux localités qu’elle a visitées en compagnie de la représentante de la FAO au Mali et de la diva de Wassoulou Oumou Sangaré pour se rendre compte des actions de la FAO. Après ce brillant exposé de Mme Dee Dee Bridgewater, ce fut le tour à la représentante de la FAO au Mali, Mme Mariam Mahamat Nour de présenter son organisme et les actions qu’il mène pour la sécurité alimentaire au Mali, la lutte contre la pauvreté. Pour elle, la coopération entre le Gouvernement malien et la FAO est au beau fixe.
Qui est Dee Dee Bridgewater ?
Chanteuse de jazz la plus célèbre de sa génération, Dee Dee Bridgewater est née au Tennessee aux Etats-Unis. A l’âge de 15 ans, elle a débuté sa carrière musicale avec des légendes du jazz comme Sonny Rollins, Dizzy Gillespie et Dexter Gordon. En 1991, elle entre dans l’orchestre de Thad Jones-Mel Lewis où elle reste pendant quatre ans avant de quitter les Etats-Unis pour la France dans les années quatre-vingts. Elle a interprété Billie Holiday sur scène dans Lady Day et à plusieurs festivals de jazz européens avant de former son propre groupe. Son premier disque réalisé en France, Live in Paris, sorti en 1987 lui valut un public enthousiaste. L’album qui a obtenu le grand succès, Dear Ella, a été enregistré en honneur de la grande dame du jazz Ella Fitzgerald. Cet hommage a reçu deux Grammy Awards et a proclamé Mme Dee Dee Bridgewater l’héritière de la tradition Fitzgerald. Elle a reçu de nombreux prix, notamment le « Jazz Academy Awards » en 1988 et en 1995. Elle a été nommée Chevalier de l’ordre national du mérite par le Président français François Mitterrand et Officier des arts et des lettres par le ministre français de la culture et de la communication. A cette riche carrière, il faut ajouter que Dee Dee Bridgewater est ambassadrice de bonne volonté de la FAO et membre du conseil de la Francophonie. Good luck dear Dee Dee.
O. BOUARE

Commentaires via Facebook :

PARTAGER