Mokobé soutient le Mali à Vitry

3

MokobéDimanche, le rappeur Mokobé organisait une levée de fonds pour soutenir les populations du Nord-Mali, aujourd’hui pris en otage par le conflit qui mine la région. L’occasion d’humer l’état d’esprit d’une jeunesse qui a la tête et le cœur là-bas.

Depuis vendredi, le bruit des armes lourdes résonne comme le tonnerre dans Gao. Dans cette ville située dans le nord du Mali, les combats qui opposent l’armée régulière et son alliée française contre les jihadistes du Mujao ne semblent connaître aucun répit.

“Voilà le Mali pour la première fois à la une des journaux télévisés. Désormais, il faut que les gens comprennent ce qu’il se passe, qu’ils prennent conscience que des populations sont en danger”, avance de son côté Mokobé. Et moi, j’ai envie d’agir concrètement,  je ne suis pas un révolutionnaire de studio.”

Le rappeur du 113, fière icône de la communauté malienne de France et militant de la première heure, est donc tout naturellement monté au créneau en organisant dimanche une grande fête dans sa ville de Vitry pour soutenir les populations du Nord-Mali. Le temps d’un après-midi, toute la jeunesse du coin a ainsi pu se retrouver sous les ors de la patinoire municipale pour participer à une grande levée de fonds. Pour cinq euros, on pouvait aller se pavaner sur la glace et serrer la pince de Mokobé. Pour la bonne cause.

Tapi dans l’ombre du local technique de la patinoire, Mokobé disserte sur la situation qui agite le pays de ses parents : “Le Mali vit une catastrophe. Les terroristes terrorisent la populations, ils font beaucoup de mal à la population. De ce point-de vue là…” Stop. Le rappeur est interrompu sur sa lancée par une cohorte de jeunes filles poudrées et chignonées qui veulent absolument une photo. Mokobé se plie a l’exercice mécaniquement, avant de réembrayer. Deuxième stop : avant même qu’il ait eu le temps d’ouvrir la bouche, le voilà de nouveau réquisitionné pour une photo, une bise et un serrage de paluche. “Putain, c’est pas évident quand on est dans sa ville”, lâche-t-il dans un clin d’œil. À Vitry, Mokobé est une véritable mascotte, un type qui fait autorité même.

“Si la France n’était pas intervenue, cela aurait été terrible ; le pays aurait été foutu. Avec les soldats français, au pays, nos familles sont rassurées”, finit quand même par souligner celui qui qui s’autoproclame “ambassadeur des Maliens de France” à la volée.

Dans quelques jours, Mokobé devrait rencontrer François Hollande. En tous cas, c’est lui qui le dit.

“Des milliers d’années qui viennent de partir en fumée”

Cet après-midi là, beaucoup de minots et de minettes d’origines maliennes se sont déplacées pour l’évènement. Tous s’accordent à dire que les types du Mujuao sont des “terroristes”. “Le Mali a toujours été un pays de tolérance, où cohabitent les musulmans, les chrétiens et les animistes. Personne ne doit avoir le droit d’imposer une loi religieuse ou une autre, il y a de la place pour tous”, avance Comba-Assa, jeune membre de l’association Mali’berté qui sera chargée de redistribuer les fonds récoltés ce dimanche.

De son côté, entre deux œillades lancées aux matous qui roulent des mécaniques devant elle, la pimbèche Salimata peste :

“Ces types n’ont rien à voir avec l’Islam, ils ne sont même pas des Islamistes. Cette religion prône la paix et eux, ils sèment la terreur.”

“J’ai une tante qui vient d’arriver en France, tellement elle avait peur au Mali”, enchaîne son amie Fatou, hyper maquillée pour le dimanche. Et qu’en pensent les garçons, eux qui ont l’air plus concentrés sur les courbes de mesdames que sur les choses du monde ? Se ressaisissant un moment, Amadi, sanglé dans son cuir canaille, met en lumière un point qui n’avait pas été abordé jusque-là : la destruction du patrimoine malien :

“Tout ça est si triste. Quand je pense à tous ces biens culturels, ces bibliothèques, ces mosquées, ces sanctuaires que les terroristes ont détruit. Ce sont des milliers d’années qui viennent de partir en fumée.”

Pour ces jeunes, il va ainsi sans dire que l’intervention de la France était plus que souhaitable.

 ”Si seulement les Africains étaient capables d’être solidaires entre eux”

Cela dit, a contrario, certains n’hésitent pas à poser la question du rôle de Paris dans cette affaire. Tandis que Mokobé enchaîne les dédicaces, associé pour l’occasion au ressuscité Matt Houston, Kadidia vocifère dans son coin : “Tout ça, c’est à cause de la France et de Nicolas Sarkozy. Après la chute de Khadafi, un paquet d’armes est tombé dans les mains des terroristes. Et voilà que la France redébarque aujourd’hui. Et ne me dites pas qu’il n’ont pas d’intêret à protéger au Mali. Ah, si seulement les Africains étaient capables d’être solidaires entre eux…”

La jeune femme boutonne la doudoune de sa gamine et s’éclipse dans un soupir. À deux pas, un garçonnet trépigne : “Eh, on m’a dit qu’il y aurait des joueurs du PSG avec Mokobé. Je me suis levé tôt quand même.”Avant de s’entendre répondre : “Allez, t’es pas venu pour rien, t’es là pour soutenir le Mali.”
par 

lesinrocks.com/2013/02/25
PARTAGER

3 COMMENTAIRES

  1. Ce garcon est tres intelligent…il aime le Mali et l’Afrique….mais dommage que nous sommes tous constamment decus …si seulement nos gouvernants pouvaient avoir 10% de la conscience de Mokobe!!!

Comments are closed.