Parcours réussi : Sékou Kanté l’indiscutable baobab de la guitare basse

0

« Tant que la chèvre d’autrui n’est pas égorgée, jamais de la vie certaines personnes ne pourront savourer la sauce succulente » dit l’artiste avant de rendre hommage à la star de la musique Mandingue Salif Keita grâce auquel il a effectué son premier voyage en Europe en compagnie de feue Fantani Touré paix à son âme, Mariétou Diabaté, Ramata Diakité et Waren en lui tirant son chapeau ».

Après plus de trente ans de carrière musicale, Sekou Kanté demeure un véritable baobab de la musique africaine. L’artiste musicien, instrumentaliste, arrangeur est tombé dans la sphère musicale par un heureux concours de circonstances. D’après le proverbe Bambara : « Ni dokaba ma fa. Doka na té diya ». En substance cela signifie en langue française : « Tant que la chèvre d’autrui n’est pas égorgée, jamais de la vie certaines personnes ne pourront savourer la sauce succulente ». Cette conception générale résume au mieux le début de carrière de ce géant de la guitare basse né à Kankan en République de Guinée Conakry.

Pendant son adolescence Sekou Kanté ne rêve que de devenir footballeur de profession. Pour ce faire, il s’entraine au quotidien en compagnie de ses amis. A la même époque son frère ainé Balla Kaba musicien de talent tient un orchestre dans la ville de Kankan. Malheureusement, le joueur de guitare de son groupe de musique s’évade dans la nature au moment où l’orchestre a le plus besoin de lui. En effet, le groupe vient de décrocher un contrat !

L’absence du guitariste pèse lourdement sur la qualité du spectacle. Devant cette terrible situation le grand frère de Sekou ne sait que faire. Il pense alors à son jeune frère qui se débrouille à la guitare et a le réflexe de commissionner quelqu’un pour le chercher sur l’aire de jeu. Dans la foulée Sekou Kanté accepte la proposition. L’enjeu est de taille. Il faut coute que coute sauver honneur ! Sékou n’a pas le niveau et dispose de très peu de temps pour se perfectionner. Il doit persévérer pour relever le défi devant le public. C’est pour lui une chance inespérée, une formation accélérée durant laquelle il s’efforce de répéter jour et nuit pour rehausser le niveau avant le jour J.

A la grande surprise des autres membres du groupe, le guitariste en herbe s’avère excellent ! Sur le champ son grand frère l’intègre dans le groupe « Balla Kaba » de Kankan. Il vient de trouver sa vocation. Dès lors au même titre que les autres musiciens il prend part aux tournées. C’est pour Sekou l’occasion de voyager dans les villes et les régions de la Guinée Conakry voire même des pays limitrophes tels que le Libéria et la Siéra Léone. Au fil des concerts et des voyages il acquiert une solide expérience et gagne la confiance de célèbres artistes. Ceux-ci le sollicitent pour collaborer en vue d’enregistrer des albums. Dès lors il multiplie les enregistrements en studio. Avec l’artiste musicien Kerfala Kanté il réalise trois albums. C’est le point de départ d’une carrière non-stop. La liste des artistes guinéens avec lesquels il a collaboré est trop longue pour être citée mais on peut retenir : MoriDjeli, Sekouba Bambino, Kadi Diawara, SogonaDjeli, BabadianKaba, AbassAnsani, Nafissatou Diawara, Damba Kanté, GuimbaToumboudi, Mamadi Diabaté.

La soif de nouvelles expériences le pousse à s’installer à Abidjan pendant un moment. Puis en 1999 il prend la direction du Mali. Là encore les rencontres et collaborations sont riches en production d’œuvres musicales et dépassent l’imagination. Rares sont les sommités de la musique malienne avec lesquels il n’a pas travaillé. La liste est démesurément longue à commencer par Salif Keita l’icône de la musique Mandingue, Djanguina Kouyaté, Ali Farka Touré, Toumani Diabaté, KasséMadi Diabaté, Ami Koïta, Kandia Kouyaté, Oumou Sangaré, feue Fantani Touré, AdamaYalomba, Ami Sacko, Tata Bambo, Babani Koné, Chéché Dramé, Soumaïla Kanouté, Moriba Diabaté, Néné Sarama, Amadou et Mariam, DjeliMadiTounkara, Mah kouyaténumero 2, Chaick Tidiane Seck, CoumbaSiraKoïta, Les Escrocs, Waren, Mariétou Diabaté, Ramata Diakité, Alou Sam, Nayini Diabaté, AstouNiamé, Mahamane Tandina.

Durant sa carrière il peut se prévaloir d’avoir contribué à l’enregistrement de l’album « In the Heart of the Moon » qui a valu à Ali Farka Touré et Toumani Diabaté de remporter le Grammy Awards du meilleur album traditionnel de musique du monde, le 8 février 2006.

Aujourd’hui Sekou Kanté fait des arrangements pour un grand nombre de jeunes artistes. En pensant à sa carrière, l’homme secoue de la tête et dit tout simplement : « La musique est parfois ingrate. Les musiciens qui accompagnent les célébrités sont moins gratifiés. La plus part du temps, leurs indemnités ne sont pas à la hauteur de l’effort accompli. Il va falloir que cette donnée change sans quoi ceux-ci ne vont jamais prospérer. Ils participent dans l’ombre au succès et à la grandeur des sommités ».

Il n’a pas manqué de formuler sa reconnaissance à Salif Keita grâce auquel il a effectué son premier voyage en Europe en compagnie de feue Fantani Touré paix à son âme, Mariétou Diabaté, Ramata Diakité et Waren. Il lui tire respectueusement son chapeau ».

De nos jours, loin des scènes de concert, et des studios d’enregistrements Sekou Kanté vit paisiblement dans le quartier de Sebenikoro en périphérie de Bamako loin des turpitudes de la capitale. Il est actuellement en studio avec l’artiste Hadja Fanta Diabaté autour du morceau « SiguidaLakana », une chanson qui fera écho dans les jours et les semaines à venir.

Aboubacar Eros Sissoko

PARTAGER