18e mois de la solidarité : Dans l’esprit de la guerre au Nord

Pour cette édition 2012 du Mois de la solidarité et de la lutte contre l’exclusion, le ministère de tutelle va injecter 100 millions de F CFA dans les actions recentrées essentiellement sur les déplacés et les réfugiés dans les pays voisins. Avec un programme moins festif, la présente édition réservera, selon le comité de pilotage, une place de choix aux victimes de la guerre au nord.

 

Au centre le président du comité de pilotage de la 18e édition du Mois de la solidarité, Amadou Rouamba

La tradition va être respectée cette année malgré le contexte assez difficile. Pour la 18e fois de suite notre pays, à travers le ministère de l’Action humanitaire, de la Solidarité et des Personnes âgées, organisera du 1er au 31 octobre les activités marquant le Mois de la solidarité et de la lutte contre l’exclusion.

L’édition 2012 de cet événement intervient dans un contexte assez particulier pour notre pays, marqué le conflit armée au nord qui a occasionné l’occupation des trois régions et le déplacement massif de nos compatriotes vers les villes du Sud et dans plusieurs pays voisins. Aujourd’hui, on estime à plus de 400 000 le nombre de victimes ayant fui les combats et les exactions perpétrées par les forces occupantes.

Pour cette édition 2012 du Mois de la solidarité, l’Etat malien accordera une place de choix aux victimes de la guerre. En témoigne le thème choisi. Placée sous le signe de “Solidarité et paix pour un Mali uni et indivisible”, cette 18e édition aura un programme moins festif, explique le secrétaire général du ministère de l’Action humanitaire, de la Solidarité et des Personnes âgées. C’était au cours d’une conférence de presse organisée samedi à la direction nationale du développement social.

Renforcer une des valeurs cardinales

Selon Amadou Rouamba, président du comité de pilotage, les actions seront recentrées cette année essentiellement sur les déplacées et les refugiés.

Cependant, précise-t-il, une principale tradition sera respectée : celle de la visite du président de la République à la doyenne des personnes âgées, Bassokona Kéita. Agée de 128 ans, elle habite au quartier de Sébéninkoro, en Commune IV. Elle reçoit ainsi pour la 4e édition cette visite hautement symbolique. Prévue aujourd’hui, la visite du président Dioncounda Traoré à Bassokona Kéita consacre l’activité inaugurale de la semaine dédiée aux personnes âgées.

Si cette année, le mois de la solidarité n’est pas parrainé à cause, dit-on, du contexte particulier, il reste reparti en quatre semaines thématiques. La 2e semaine sera donc thérapeutique, tandis que la 3e semaine sera consacrée aux personnes handicapées. Quant à la dernière semaine du mois, elle est dédiée à l’économie solidaire et sociale.

“La célébration du mois d’octobre comme mois de la solidarité et de la lutte contre l’exclusion est un rappel pédagogique, et symbolise la révision d’une des valeurs cardinales de notre société”, rappelle le secrétaire général du ministère de l’Action humanitaire. M. Rouamba de préciser que la solidarité demeure une base fondamentale de notre culture et notre religion. Il nous faut donc la préserver, dit-il.

Pour cette 18e édition, le gouvernement a mobilisé 100 millions de F CFA. Et la cérémonie de clôture est prévue le 30 octobre au Campement des chauffeurs de Sévaré (abritant des déplacés) sous la présidence du Premier ministre Cheick Modibo Diarra.

Issa Fakaba Sissoko

 

 


 

PARTAGER