Affaire des bérets rouges : Liberté provisoire effective pour vingt-neuf bérets rouges

6 réactions [-] Texte [+] Email Imprimer

Supposés pris entre deux feux, le ministre de la Justice, Malick Coulibaly, et son équipe commencent à se tirer à bon compte dans le dossier dit des « bérets rouges ». Suite à un traitement diligent, marqué par le dessaisissement d’un premier juge d’instruction pour lenteur, 29 des 53 détenus suite au contre-coup d’Etat d’avril dernier viennent d’être mis en liberté provisoire. Seulement, suivant la réglementation en vigueur, ils devaient rester en prison pour 15 jours jusqu’à la décision finale du procureur général. Chose qui est effective depuis hier, a confirmé  le département de la Justice.   

Malick Coulibaly, ministre de la justice, Garde des Sceaux

Après neuf mois de détention, des militaires du 33e Régiment des commandos parachutistes de Djicoroni-Para, plus connu sous le vocable « bérets rouges », viennent de bénéficier d’une mise en liberté provisoire. Tombée vendredi 18 janvier dernier, la nouvelle, qui a vite fait le tour de la capitale, n’a pas échappé à l’attention des médias étrangers. Le parquet, qui avait 15 jours pour donner son avis sur l’ordonnance de mise en liberté, l’a simplement ordonnée à 72 heures de l’expiration du délai imparti.
Dans certains milieux militaires, la décision est perçue comme un pas décisif vers la réunification de l’armée malienne, en proie à des dissensions depuis les événements de mars 2013 avec comme corolaire un contre-coup d’Etat. Au plan judiciaire, cette affaire, dont la suite est attendue avec beaucoup d’attention, est de nature à blanchir le département de la Justice qui a toujours promis de dire le droit. Le mardi 29 janvier, le Premier ministre Diango Cissoko a promis que les arrestations et exactions commises au cours des évènements de mars et d’avril feront l’objet d’un minutieux travail judiciaire pour que jaillisse la lumière et que les victimes seront remises dans leurs droits.
Mais avant le PM, le département de la Justice avait abondé dans le même sens.
« Je vous donne ma parole : s’il y a des personnes qui ne sont pas impliquées, elles seront purement et simplement libérées », promettait le procureur général près la Cour d’appel de Bamako, Daniel A. Téssougué, dans la parution du 15 novembre 2012 du quotidien national, « L’Essor ».
Pour démontrer son engagement à bien conduire ce dossier sensible, le parquet avait dessaisi (pour lenteur) le juge d’instruction Adama Fomba au profit de son collègue Fousseyni Togola, également en service au tribunal de première instance de la Commune III.
Un mois plus tard, un premier résultat est tombé : 29 des 53 militaires mis aux arrêts suite à l’affaire dite des « bérets rouges » bénéficient d’une mise en liberté provisoire. Cette décision, qui redore quelque peu le blason de la justice, brise surtout la glace entre différents corps de l’armée malienne qui n’a qu’un ennemi commun : la rébellion aux relents terroristes.
Au ministère de la Justice, on souligne que la décision de mise en liberté provisoire est un droit de l’inculpé à sa demande ou à celle de son avocat. Elle aura été rendue sans aucune influence ou pression extérieure.
Le code de procédure pénale, en son article 181, impose aux parties de notifier aux parties (parties : partie civile inculpée, ministère public) les ordonnances (décisions) qu’il est amené à prendre. Ce qui a été fait par le juge d’instruction  dans le dossier dit des « bérets rouges ».
Le procureur de la République ou le procureur général avaient respectivement un délai de 3 et de 15 jours pour se prononcer sur ce dossier sensible. Passé ce délai, les inculpés bénéficient d’office de la liberté conditionnelle. A 72 heures de l’expiration de ce délai, l’ordonnance de cette mise en liberté a été confirmée hier mercredi 30 janvier. Elle apparaîit comme un acte courageux de la part du ministre Malick Coulibaly et de son équipe qui, dit-on, subiraient de lourdes pressions de la part de l’ex-junte opposée à leur décision.
Le département de la Justice veut aller au bout de sa logique en tranchant conformément au droit cette affaire dans laquelle se joue sa crédibilité. Le dossier des autres détenus qui gardent prison intéresse davantage les associations de défense des droits de l’Homme et les épouses des bérets rouges.
Attendue sur différents dossiers brûlants de l’heure dont celui dit des « bérets rouges », l’équipe du nouveau garde des Sceaux, ministre de la Justice s’attire au fil des dossiers  la sympathie du peuple malien. C’est ce que pensent de nombreux Maliens suite au traitement réservé au dossier des militaires détenus suite au contre-coup d’Etat du 30 avril dernier.

Markatié Daou

 
SOURCE:  du   31 jan 2013.    

6 Réactions à Affaire des bérets rouges : Liberté provisoire effective pour vingt-neuf bérets rouges

  1. clay

    Ho, merci Mr le ministre !!! Qu’a-t-il fait depuis Kati jusqu’au camp I ? il est de la junte et il ne fait que le jeu de la junte, grâce au renversement de la situation il change aussi, on doit remercier tout les ministres désigné par la junte.

  2. sanogola

    Ce prétentieux n’a jamais voulu les libérer parce qu’il joue le jeu de la jeunte dont il est complice. C’est une orde de la France et il n’a plus le choix.

  3. Izabella

    Merci Mr le ministre de la justice que le tout puissant veille sur toi et tout tes collaborateurs.
    RIEN N’EST AU DESSUS DE LA LOIS :-D :-D :-D :-D :-D :-D

    • citoyenlamda

      Ou sont les autres militaires? Il a fallu l’intervention de la France et le courage de Django pour qu’ils soient libérés. Honte à malick qui les a vu torturé des mois et des mois avant de les déplacer au camp 1 grâce à la pression de leurs avocats. Tu regreteras d’avoir pacté avec le diable.

  4. Vaillant Malick! merci à toi et à tous tes collègues ou collaborateurs qui ouevrent pour la justice; c’est à dire LA VRAI JUSTICE QUOI!
    BON VENT A TOUS LES PATRIOTES

  5. Bazouka

    On ne s’auto-proclame pas patriotes comme le font nos politiciens démagogues. Le patriotisme se sent et se voit dans les actes quotidiens que nous posons pour notre pays. S’il reste encore des patriotes sincères dans ce pays, ce jeune Malick en est un. Courage Monsieur le Ministre, que Dieu te protège et que Dieu bénisse le Mali.