Chérif Ousmane Madani Haïdara à propos des concertations nationales : “Ce serait mieux que tout le monde y participe, c’est à ce seul prix que le pays sortira grandi…”

8

Le président du groupement des leaders religieux est au four et moulin depuis quelques jours pour faire en sorte que toutes les sensibilités maliennes puissent participer aux concertations nationales. Dans un entretien, Chérif Ousmane Madani Haïdara déclare que ces assises ne doivent pas être l’objet de dissensions. Au contraire, chacun doit faire violence sur lui-même afin de s’accorder sur l’essentiel pour mieux avancer.

Chérif Madani Haidara

Depuis quelques jours, le groupement des leaders religieux que vous dirigez, mène des négociations avec le FDR pour l’amener à participer aux concertations nationales. Qu’est ce qui vous a motivé à intervenir sur ce terrain  que beaucoup trouvent glissant ?

Chérif Ousmane Madani Haïdara : Il n’est un secret pour personne que le pays traverse une profonde crise. Une situation qui perdure depuis quelques mois. Chaque malien qu’il soit du sud ou du nord souffre au plus profond de lui-même. Pour pouvoir surmonter ces épreuves, il nous faut être uni dans notre diversité, chacun avec ses spécificités et dans la plus grande complémentarité. Le pays a besoin de tous ses fils.

C’est pourquoi lorsque nous avons appris que le regroupement politique le FDR ne veut pas participer aux concertations nationales pour des raisons qui lui sont propres, notre devoir en tant que leader religieux nous commandait d’approcher les responsables, les écouter, voir si possible  avec eux ce que nous pouvons faire pour qu’ils prennent part aux assises au même titre que les autres. Parce qu’il n’est un honneur pour aucun malien  que nous n’arrivons pas à nous entendre sur l’essentiel. Personne n’a intérêt à ce qu’il y ait une fracture sociale surtout au moment où il est question de construire. C’est pourquoi, nous avons demandé à rencontrer les responsables de ce regroupement.

Comment le FDR a accueilli vos démarches?

C.O.M.H : Nous sommes tombés sur des responsables courtois et ouverts qui ont accueilli à sa juste valeur la démarche des religieux. Ils nous ont fait savoir qu’ils ne sont pas opposés à l’idée que des Maliens se retrouvent entre eux pour parler d’une sortie rapide de la crise. Cependant, ils ont tenu à nous faire savoir qu’ils ont des réserves par rapport à certaines dispositions de ces assises. Lesquelles ne leur permettent pas d’y participer en l’état actuel. Nous les avons assurés de tout faire pour qu’on puisse tenir compte de leurs appréhensions.

Il nous est revenu que vous avez été à Kati avec les responsables du FDR pour rencontrer les militaires ?

C.O.M.H : Il est exact que nous avons tous été à Kati la semaine dernière à  la demande des militaires. Ces derniers ont expliqué le bien-fondé de ces concertations nationales aux responsables politiques. Tout en réitérant qu’il serait important que tout le monde puisse y participer pour conforter l’union entre les Maliens. Aussi, le mardi dernier le FDR et la CSM se sont rencontrés pour échanger. C’est une rencontre entre partis politiques autour des mêmes sujets. Parce qu’il faut toujours que les uns et les autres se parlent.

Pensez-vous réellement que les uns et les autres puissent s’accorder?

C.O.M.H : Nous avons espoir que les gens mettront de côté les contradictions pour avancer au grand bonheur de tous. Aussi bien du côté du FDR que celui de la Commission nationale d’organisation, on est tous animé des mêmes sentiments à savoir sortir le plus rapidement possible de la crise. Nous avons rencontré mercredi après-midi la Commission nationale d’organisation à la primature. Elle nous a remis la dernière mouture des résolutions que nous avons aussitôt transmises aux responsables du FDR. Ils vont apprécier les derniers correctifs apportés au document. C’est vous dire que les négociations sont en cours de part et d’autre. C’est la preuve que les gens acceptent de se parler. C’est déjà un bon signe. Vous savez autant que nous que la communauté internationale nous suit et observe de très près ce qui se passe au Mali.

Tout le monde attend avec impatience que les Maliens se parlent pour dégager une démarche commune dans la conduite des affaires. Aussi longtemps que nous n’arriverons pas à nous accorder, nous courons le risque de prolonger la souffrance de nos compatriotes du nord. Nous ne devrions pas être désunis pendant que nos compatriotes ont besoin de nous voir unis pour aller libérer le nord. Il est temps que nous acceptons de nous pardonner pour mieux avancer. Il faut que tout le monde participe aux assises. S’il est vrai que sa finalité est de trouver des voies et moyens pour sortir de la crise, ce serait mieux que tout le monde y participe.

C’est à ce prix que le pays sortira grandi.

Abdoulaye DIARRA

PARTAGER

8 COMMENTAIRES

  1. Bonjour,
    C’est bien d’avoir crée le groupement des leaders spirituels du Mali mais il doit être indépendant et ne pas se mêler de la politique.

    Il doit travailler en liaison et en harmonie avec le HCI (haut conseil islamique) et les autres groupements spirituels tel que ceux des chrétiens.

    Il doit prôner l’entente, la cohésion et l’entraide entre citoyens pour ramener la paix.

    Il doit, en liaison avec le haut conseil islamique, organiser des rencontres dans les régions pour expliquer l’intérêt des concertations nationales et des négociations pour résorber la crise Malienne ainsi que dans toutes les mosquées.

    Ainsi, il aidera les Maliens à bâtir la confiance nécessaire pour sortir durablement de la crise.

    J’ai proposé un guide et une plateforme des concertations nationales et de négociation pour une sortie durable et honorable pour tous de la crise Malienne, sous forme de lettre ouverte au président et à tous les maliens.

    Je vous propose d’utiliser un tel guide et une telle plateforme pour établir cette confiance et pour expliquer l’intérêt des consultations nationales.

    Devant la gravité de la situation au Mali induite par les crises institutionnelle, sécuritaire mais aussi économique, je vous écris cette lettre ouverte pour vous faire :

    (1) une proposition portant sur la gouvernance, l’utilité des concertations nationales et la condition de sortie de la crise Malienne. Publiée le 17 juillet 2012, elle est Téléchargeable depuis le portail agora21.

    Elle est intitulée sur internet :

    [Proposition] GOUVERNANCE, UTILITE DES CONCERTATIONS NATIONALES ET SORTIE DE LA CRISE MALIENNE

    (2) une proposition de sortie, honorable pour tous, de la crise Malienne. Parue le 02 juillet 2012 sur agora21 et possibilité de téléchargement.

    Elle est intitulée sur internet :

    Mali : SECURISER LA POPULATION PUIS OPTER POUR UNE SORTIE DE CRISE HONORABLE POUR TOUS EN GARANTISSANT LA RECONCILIATION ET L’UNITE NATIONALES PAR UNE SOLUTION NEGOCIEE VIA UNE CONFERENCE GLOBALE DE COMPROMIS ENTRE MALIENS

    (3) une proposition d’un guide et d’une plateforme de concertations nationales et de négociation pour une sortie durable et honorable pour tous de la crise Malienne. Elle fait l’objet de cette lettre ouverte. Publiée le 19 Novembre 2012, elle est Téléchargeable depuis le portail Agora21.

    Il est souhaitable que ce guide et cette plateforme soient utilisés par le médiateur, les religieux, par le gouvernement de transition du Mali et le comité d’organisation des concertations nationales comme faisant partie des bases de discussions et comme Guide et Plateforme de concertations nationales et de négociation pour une sortie durable et honorable pour tous de la crise Malienne.

    Que Dieu aide les Maliens pour créer cette entendre et pour établir la confiance entre eux. AMINE

    Bien cordialement
    Dr ANASSER AG RHISSA
    EXPERT TIC ET GOUVERNANCE
    E-mail: Webanassane@yahoo.com

    NOTE: Merci d’accuser réception de ce message et qu’en pensez-vous ?

  2. j’ai toujurs su que ce haidaira était à la solde des politiciens. un religieux milliardaire , pauvre de nous.
    vous les religieux , vou êtes le prémiers problème du mali . c’est vous qui endormissez la population et le detourne du vrai patriotime , vous abrutissez les gens , vous manipulez les gens faibles d’esprit , non instruit , pour ensuite vous s’acaparez de leur bien materielle , et physique si la personne s’avère une femme .
    vraiment honte à vous , vous n’enseignez aucun savoir-vivre .
    en plus vous ne creez aucune richesse au mali , vous êtes des vauriens , vous ne travaillez même pas . comme si cela ne vous suffisait pas , vous mettez les enfants dans les rues , je parle bien attendu des d’alla-guerib .
    sale bon à rien , allez travailler comme tout le monde pour gagner votre pain .

    • Mon cher scientifique, ne vous adonnez pa a des hommes honnettes. N’a t il pa le droit de gagner sa vie humblement. Ne parle surtout pa ds le vide avance tes preuves et on verra. Le fait qu’il est grand ca ce la volonte de dieu. Prie dieu pr quil t en donne aussi. A bon entendeur salut

  3. D’après Abou Moussa Al Ach’ari (qu’Allah l’agrée), le jour de ‘achoura était un jour de fête chez les juifs ainsi le Prophète (que la prière d’Allah et son salut soient sur lui) a dit: « Jeûnez-le vous ».
    (Rapporté par Boukhari dans son Sahih n°2005 et Mouslim dans son Sahih n°1131)
    D’après Abou Qatada (qu’Allah l’agrée), le Prophète (que la prière d’Allah et son salut soient sur lui) a été interrogé concernant le jeûne du jour de ‘achoura. Il a dit: « Il efface l’année précédente ».
    (Rapporté par Mouslim dans son Sahih n°1162)
    INFORMATION TRÈS TRÈS IMPORTANTE
    DEMAIN CE LE JOUR DE « ACHOURA’A » DONC IL EST PRÉFÉRÉ DE LE JEÛNER
    VOICI MES PREUVES « ………… »
    D’après Ibn Abbas (qu’Allah les agrée), le Prophète (que la prière d’Allah et son salut soient sur lui) ne recherchait pas le mérite d’un jour sur un autre jour après le ramadan sauf ‘achoura.
    (Rapporté par Tabarani et authentifié par Cheikh Albani dans Sahih Targhib n°1020)
    D’après Abou Said Al Khoudri (qu’Allah l’agrée), le Prophète (que la prière d’Allah et son salut soient sur lui) a dit: « Celui qui jeûne ‘arafat, il lui est pardonné une année devant lui et une année derrière lui et celui qui jeûne ‘achoura il lui est pardonné une année ».
    (Rapporté par Tabarani et authentifié par Cheikh Albani dans Sahih Targhib n°1013)
    😯 😯 😯 😯
    Cheikh Otheimine a dit: « Celui qui jeûne le jour de ‘arafat ou de ‘achoura alors qu’il lui reste des jours de ramadan à rattraper, son jeûne est valable mais si il avait eu l’intention de jeûner ce jour comme rattrapage de ramadan alors il obtient deux récompenses: la récompense du jour de ‘arafat ou du jour de ‘achoura avec la récompense du rattrapage ».
    (Fatawa Zakat Wa Siyam p 796)
    sans oublier la parole de
    L’imam Ibn Qayim Al Djawziya (mort en 751) a dit: « Il y a trois degrés pour le jeûne de ‘achoura:
    – le plus parfait est de jeûner avec ‘achoura un jour avant et un jour après
    – puis le fait de jeûner ‘achoura avec le neuvième jour et c’est ce qui est montré par la plupart des hadiths
    – puis le fait de jeûner ‘achoura seul »

  4. SOUHAIT QUE LES CONCERTATIONS NATIONALES ET LES CONFÉRENCES DE COMPROMIS DÉDIÉES AUX NÉGOCIATIONS SOIENT PLUS INCLUSIVES ET PLUS OUVERTES A TOUTES LES COMMUNAUTÉS MALIENNES ET A TOUS LES MALIENS N’ACCEPTANT PAS LE TERRORISME DANS LES RÉGIONS ET AU NIVEAU DE LA DIASPORA.

    ELLES DOIVENT AUSSI ÊTRE OUVERTES AU GROUPES ARMÉS INTÉGRANT DES MALIENS ET RESPECTANT DES PRINCIPES (REFUS DU TERRORISME, NON IMPUNITÉ, …) ET DES CONDITIONS (POUR LES GROUPES ARMES: DÉPÔT DES ARMES, INDIVISIBILITÉ DU MALI ET LAÏCITÉ).

    LA NON IMPUNITÉ DOIT ÊTRE EXIGÉE POUR PARTICIPER AUX CONCERTATIONS NATIONALES ET AUX NÉGOCIATIONS.

    Bonjour,
    Cette décision de report des concertations nationales est vraiment sage. Félicitations au Président du Mali et aux organisateurs des concertations nationales de l’avoir accepté.

    C’est le moment d’en profiter pour les rendre INCLUSIVES et pour avoir plus de représentativité en OUVRANT ces concertations nationales AUX RÉGIONS, à travers des concertations régionales, en intégrant toutes les communautés et tous les Maliens n’acceptant pas le terrorisme et acceptant les principes (refus du terrorisme, non impunité, respect des droits de l’homme, coexistence pacifique) et les conditions (pour MNLA, Ansar Dine, Gandakoye, …, dépôt des armes, indivisibilité du Mali et laïcité).

    Il faut aussi intégrer les Maliens de la diaspora.

    L’organisation, incluant les ramifications régionales, de telles concertations nationales et des conférences de compromis est expliquée dans le guide et la plateforme de concertations nationales et de négociation pour une sortie durable et honorable pour tous de la crise Malienne, que j’ai adressés sous forme de lettre ouverte au Président du Mali et à tous les Maliens.

    C’est tous ensemble que les Maliens définiront le futur souhaité et s’engageront pour la construction durable du Mali.

    Bien cordialement
    Dr ANASSER AG RHISSA
    EXPERT TIC ET GOUVERNANCE
    E-mail: Webanassane@yahoo.com

Comments are closed.