Conseil de sécurité de l’ONU : Une résolution à minima

Commentaires fermés [-] Texte [+] Email Imprimer

On le pressentait déjà depuis quelque temps, notamment à travers la position américaine sur le dossier malien et le  »refroidissement  »de l’allié français. La récente déposition de Cheick Modibo Diarra a peut être pesé  aussi sur la balance

Dans tous les cas ,le Conseil de sécurité des nations unies a voté jeudi dernier une résolution en faveur  du déploiement de troupes africaines  au Mali .Mais c’est une résolution qui ne satisfait que ceux des militaires (à l’opposé d’un certain officier, Diallo qui a observé  une grève de la faim pour pousser ses camarades à l’assaut des terroristes) qui ne veulent  pas de troupes étrangères sur le sol malien et ne veulent eux non plus risquer leur vie pour libérer le nord, quoiqu’ils soient payés pour cela et uniquement pour cela .Les  » autres  » n’ont aucune envie de se sacrifier pour les Maliens .Nombreux d’entre eux souhaiteraient même que soit consacrée la partition du pays .Une des choses pouvant nous amener à ce scenario est l’organisation d’élections avant la libération des zones occupées .Ce contre lequel met en garde l’ADPS de Soumana  Sacko,  suivi – à priori – en cela par le nouveau PM, Diango Cissoko, si l’on s’en tient à ce qu’il a dit sur RFI après sa nomination .Seulement a-t-il les moyens de sa politique ?rien n’est moins sûr. Car d’un côté, quand les Américains veulent quelque chose, surtout  face à un pays pauvre, impuissant et désorganisé comme le Mali, ils l’obtiennent. En attestent cette résolution de l’ONU Qui affiche leur signature et le recul sensible de François Holland sur notre dossier. Même lui ne peut tenir tête au pays de Barack Obama, la grande déception  africaine.

D’autre part, si l’on voudrait d’abord libérer ne serait ce que les capitales régionales (comme l’a  laissé entendre Diango  Cissoko), cela  voudrait dire qu’on le ferait sans l’ONU, et donc sans la CEDEAO (un véritable tonneau vide  qui a exercé sur nous une pression sans précédent pour un résultat finalement nul) et l’Union Africaine. Dans ce contexte, avec  qui va-t-on libérer ces capitales régionales ? Avec l’armée, nous  répondraient certaines personnes .Mais soyons réalistes, à ce jour il n’y a aucun signe qui nous montre que l’heure du sursaut d’orgueil  a sonné. C’est d’ailleurs pour cela que les « autres » ne se bousculent pas à nos portes. SI l’armée malienne avait pris les devants, ils se seraient pressés à nos portes. Soi-disant pour nous empêcher de commettre un génocide contre le Touaregs. Et Idriss Deby a mille fois raison de dire qu’il appartient aux Maliens de prendre les devants, de montrer le chemin. Mais l’optimisme n’est guère de mise avec le manque d’unité au sein de l’armée (affaire des bérets rouges, nouvelles accusations contre des présumés  »pro CMD etc..). Le malaise de l’armée est trop profond. Aussi dans de contexte  actuel, même si le gouvernement parvenait à organiser les élections, il n’est pas évident que les menaces que nous connaissons aujourd’hui ne continuent pas à peser sur le futur pouvoir. Une chose est sûre, l’armée malienne doit beaucoup au peuple. C’est ce peuple qui le paye pour être sécurisé. C’est ce peuple qui souffre aujourd’hui par la faute d’un Général ATT. C’est ce peuple qui vient d’être écarté par les Américains dans le partenariat commercial stratégique à cause du coup d’Etat du 22 mars. L’armée doit avoir pitié de ce peuple et lui redonner le sourire par un assaut imminent contre les terroristes. Avec ou sans l’aide de la communauté internationale. S’il le faut, fermons les écoles, arrêtons les compétitions sportives, etc. tout ce que l’on voudra…Pour consacrer tout aux armements. Malheureusement, les armes ne suffisent pas. Il faut des gens prêts à s’en servir, à en être victimes. Et c’est là que le bât blesse.

Vitalki

 
SOURCE:  du   26 déc 2012.