Discours d’ouverture de Son Excellence Monsieur Abdoulaye DIOP

0

Ministre des Affaires EtrangÚres, de la Coopération Internationale
et de l’IntĂ©gration Africaine Ă  l’occasion de la RĂ©union MinistĂ©rielle PrĂ©paratoire au Vingt-SeptiĂšme (27Ăšme) Sommet Afrique-France

‘’Pour le Partenariat, la Paix et l’Emergence’’.

Vendredi, le 13 Janvier 2017

(Bamako, CICB, 09h00-12h00)

Monsieur le Ministre des Affaires Ă©trangĂšres et du DĂ©veloppement international de la France,

Mesdames, Messieurs les Ministres,

Mesdames, Messieurs les représentants des organisations internationales, des institutions financiÚres internationales, des Agences et des Fonds de développement et de coopération,
Mesdames, Messieurs les membres du Corps diplomatique,

Mesdames et Messieurs les représentants du secteur privé et de la Société civile,

Mesdames, Messieurs,

C’est un immense plaisir d’ĂȘtre parmi vous ce matin pour co-prĂ©sider avec M. Jean-Marc Ayrault, Ministre français des Affaires Ă©trangĂšres et du DĂ©veloppement international, cette RĂ©union ministĂ©rielle prĂ©paratoire du 27Ăšme Sommet Afrique-France de Bamako : ‘’Pour le Partenariat, la Paix et l’Emergence’’.

Permettez-moi, Ă  cette occasion, au nom du PrĂ©sident de la RĂ©publique, Son Excellence, Ibrahim Boubacar KeĂŻta, Chef de l’Etat de vous souhaiter, Ă  toutes et Ă  tous, une chaleureuse et cordiale bienvenue dans cette magnifique salle du Centre International des ConfĂ©rences de Bamako (CICB), et de dire trĂšs sincĂšrement merci Ă  toutes celles et Ă  tous ceux qui ont bien voulu accepter de rehausser de leur prĂ©sence cette importante rĂ©union ministĂ©rielle.

Je souhaiterais, aussi, exprimer ma sincĂšre gratitude pour les efforts inlassables consentis par le ComitĂ© National d’Organisation du Sommet Afrique-France (CNOSAF), qui a fourni un travail considĂ©rable dans l’organisation des assises du 27Ăšme Sommet.

En prĂ©lude de cet Ă©vĂ©nement d’ampleur historique, Je suis convaincu que la prĂ©sente rĂ©union ministĂ©rielle parviendra Ă  Ă©laborer des positions concertĂ©es face aux grands dĂ©fis que constitue la consolidation de la paix et de la sĂ©curitĂ© en Afrique, la croissance inclusive du continent africain, ainsi que le renforcement continu du partenariat multidimensionnel Afrique-France.

Mesdames, Messieurs les Ministres,

Afin de donner une toile de fond Ă  vos travaux, permettez-moi de rĂ©fĂ©rer aux enjeux majeurs du 27Ăšme Sommet Afrique-France, auquel prendront part nos Chefs d’État et de gouvernement, demain, qui tĂ©moignent de l’intĂ©rĂȘt que la France amie attache Ă  ses relations avec l’ensemble des Etats africains, ainsi que de la soliditĂ© des liens d’amitiĂ© et de solidaritĂ© agissante entre le Mali et la France.

Aussi, traduisent-ils la profondeur des relations qui existent entre l’Afrique et la France, et la haute considĂ©ration qui nous unit dans le cadre d’une vision commune, fondĂ©e sur la responsabilitĂ© partagĂ©e et la solidaritĂ© effective.

Cette vision commune se donne comme socle l’agenda international du dĂ©veloppement durable, qui passe, impĂ©rativement, par la consolidation de la paix, de la stabilitĂ© et de la sĂ©curitĂ© rĂ©gionales.

En effet, nombreux sont nos pays aux prises actuellement avec des situations de terrorisme, de radicalisation, d’extrĂ©misme violent, et avec les agissements de la criminalitĂ© transnationale organisĂ©e, qui sont incompatibles avec le dĂ©veloppement de la gouvernance dĂ©mocratique que nous souhaitons pour tous nos pays.

Tout aussi importante, les conditions à remplir pour surmonter ces défis sécuritaires, tout en maintenant et en élargissant le processus démocratique que connaßt notre Continent.

L’intĂ©gritĂ© territoriale, la restauration de l’autoritĂ© de l’Etat sur l’ensemble du territoire national, l’Ă©tat de droit, l’indĂ©pendance des pouvoirs publics, le respect des droits de l’homme et la libertĂ© d’expression, sont des principes et valeurs que nous, africains et français, proclamons tous, mais qu’il nous faut concrĂ©tiser davantage de maniĂšre plus dĂ©cisive.

Sur un tout autre plan, notre Continent reprĂ©sente un formidable espace d’opportunitĂ©s Ă©conomiques et d’investissements, ouvert Ă  un partenariat international Ă©quitable. Aussi, s’inscrit-il, dĂ©sormais, dans une perspective de dĂ©veloppement, en particulier dans plusieurs champs sectoriels comme ceux de l’infrastructure, des nouvelles technologies de communications, des Ă©nergies renouvelables et du tourisme.

Parmi les importants progrĂšs accomplis figurent la reprĂ©sentation accrue des femmes dans les parlements nationaux et dans les structures de prise de dĂ©cisions sociales, Ă©conomiques et politiques, l’augmentation du nombre d’enfants scolarisĂ©s dans le primaire, la rĂ©duction des Ă©carts entre filles et garçons au niveau d’éducation, la rĂ©duction de la mortalitĂ© infantile et maternelle ainsi que de la prĂ©valence des dĂ©cĂšs dus au VIH/sida ou au paludisme.

Cependant, des tendances majeures telles que les changements environnementaux, technologiques, climatiques et dĂ©mographiques (l’emploi des jeunes) contribuent de maniĂšre dĂ©cisive Ă  façonner l’avenir du continent.

Dans ce contexte, partant du principe de l’appropriation par l’Afrique de sa sĂ©curitĂ©, et de celui de l’indivisibilitĂ© de la paix universelle, qui engage la responsabilitĂ© premiĂšre de l’ONU, notre rĂ©union est interpellĂ©e pour identifier des rĂ©ponses collectives, coordonnĂ©es et concertĂ©es aux nouvelles menaces sĂ©curitaires Ă  caractĂšre transnational et complexe, d’une part, et d’autre part, les implications d’une croissance non inclusive et non suffisamment crĂ©atrice d’emplois, avec des inĂ©galitĂ©s persistantes et un degrĂ© Ă©levĂ© d’insĂ©curitĂ© humaine.

Partant de ces principes, dis-je, l’exigence lĂ©gitime d’une reprĂ©sentativitĂ© plus marquĂ©e de l’Afrique au sein des institutions internationales s’affirme, plus que jamais.

Partant de ces principes, aussi, le partenariat Afrique-France, dĂ©barrassĂ© des relents du passĂ©, devrait continuer Ă  s’adapter, Ă  se renouveler et Ă  se renforcer dans le respect mutuel et l’engagement rĂ©solu, au service de l’avenir commun de l’Afrique et l’Europe.

Partant de ces principes, enfin, le Mali rĂ©itĂšre son engagement irrĂ©versible Ă  poursuivre rĂ©solument la lutte contre le terrorisme, la radicalisation et l’extrĂ©misme violent aux cĂŽtĂ©s des autres Etats du monde, tant il est vrai qu’aujourd’hui que seule une action internationale concertĂ©e peut enrayer ce flĂ©au, vĂ©ritable menace pour la paix, la stabilitĂ© et la prospĂ©ritĂ©.

Mesdames, Messieurs les Ministres,

Les attentes du 27Ăšme Sommet Afrique-France de Bamako sont de plusieurs ordres.

Ces attentes s’articulent, principalement, autour de :

– la responsabilitĂ© plus partagĂ©e dans la mise en commun de moyens et de forces dans la lutte globale contre le terrorisme, la piraterie, et la criminalitĂ© transnationale organisĂ©e, au Sahel, en Afrique du Nord, dans la Corne de l’Afrique et dans la rĂ©gion du Bassin du lac Tchad, y compris, notamment la montĂ©e en puissance de l’Architecture africaine de paix et sĂ©curitĂ© (APSA), et le dĂ©ploiement d’une Force de rĂ©action rapide, sous l’égide de l’Union africaine ;

– la mobilisation autour de l’agenda 2063 de l’Union Africaine, qui transformera en profondeur notre continent dans les domaines prioritaires du dĂ©veloppement durable ;

– la mobilisation autour de l’accord de Paris sur le changement climatique par la consolidation du partenariat Afrique-France face aux risques que reprĂ©sentent la dĂ©sertification qui progresse, la dĂ©forestation, le manque d’eau, les risques pour la biodiversitĂ©.

– l’accĂ©lĂ©ration des rythmes de croissance Ă©conomique inclusive, avec des politiques plus efficaces aux plans de l’épargne et de l’investissement, en dĂ©veloppant nos infrastructures et notre capacitĂ© commune dans les domaines scientifiques et techniques ;
– la concrĂ©tisation du projet de ‘’Fondation franco-africaine pour la croissance’’ visant l’augmentation du niveau des Ă©changes commerciaux entre la France et le continent africain ;

– l’opĂ©rationnalisation de l’Initiative africaine sur les Ă©nergies renouvelables ;

– l’élargissement du partenariat Afrique-France en matiĂšre de connaissance, du savoir, de l’innovation et de la numĂ©risation pour favoriser la diversification des Ă©conomies.

Mesdames, Messieurs les Ministres,

Ce sont lĂ  quelques pistes que vous explorerez peut-ĂȘtre, parmi d’autres, au cours de vos travaux.

Le 27Ăšme Sommet France-Afrique de Bamako, qui s’ouvrira demain, est un message d’amitiĂ©, d’espoir, et un signal fort aux peuples, africains et français, quant Ă  notre capacitĂ© Ă  Ă©laborer des projets mobilisateurs communs.

Je voudrais conclure en exprimant en souhaitant à toutes et à tous des travaux fructueux et une excellente réunion.

Par avance nous excuser pour tous les dĂ©sagrĂ©ments que vous rencontrerez durant votre sĂ©jour au mali, mais sachez que c’est avec le cƓur que nous vous accueillons.

Sur ce, je déclare ouverte la Réunion ministérielle préparatoire du 27Úme Sommet Afrique-France de Bamako.

Je vous remercie de votre aimable attention. /.

PARTAGER

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here