Editorial : Diango, Dioncounda, Sanogo et le Mali

5 réactions [-] Texte [+] Email Imprimer

Un vieux dicton mandingue dit : Si tu rencontres en marchant une tige de mil tombée sur le chemin, relève-là, un jour elle te nourrira ; si tu rencontres un arbre tombé sur le chemin, relève-le, un jour il te donnera de l’ombre pour t’y asseoir ; mais si tu rencontres un homme tombé sur le chemin, ne le relève pas, enjambe-le ou passe à coté ; si tu le relèves, il t’enlèvera, il t’injuriera, il te querellera. Cette maxime sied bien à ce qui passe actuellement au sommet de l’Etat.
Le capitaine Amadou Haya Sanogo fait appel à Cheick Modibo Diarra et le nomme Premier ministre. Ce dernier saisira, en violation des dispositions constitutionnelles, la Cour constitutionnelle pour une prolongation de quinze jours du mandat de Dioncounda Traoré, menacé de quitter son fauteuil au-delà des 40 jours prévus par la Constitution et consigné dans l’arrêt de la  Cour. Du coup, le président par intérim bascule illégalement à la tête d’une «transition» pourtant politique.
Ainsi, Dioncounda Traoré, appuyé par Diango Cissoko, conseiller spécial à la primature avec la bénédiction du Comité national pour le redressement de la démocratie et la restauration de l’Etat (CNRDRE) paye en monnaie de singe le Premier ministre Cheick  Modibo Diarra. Des actes dignes d’un Etat mafieux. Dans un pays où la trahison est  une monnaie courante, lorsque l’Etat se fragilise, c’est le festival des brigands.
Depuis l’injonction de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) dans les affaires internes de notre pays, c’est le système ADEMA-ATT qui revient au galop. Or sans l’immixtion de la CEDEAO ni Dioncounda, ni Cheick Modibo Diarra encore moins Diango Cissoko  ne pouvaient prétendre à quelque chose dans la gouvernance de ce pays.
Dans un contexte de crise politico-économique décriée, seul un militaire patriote de la trame d’un Jerry Rawlings peut freiner le vagabondage politique qui sévit actuellement au Mali. Après plusieurs coups d’Etat dans son pays, le capitaine Jerry Rawlings, à l’époque âgé de seulement 34 ans, prend le pouvoir en 1981.
En 1982, il promulgue une nouvelle Constitution  par référendum et  restaure le multipartisme. Jerry Rawlings sera élu à la tête de l’Etat  du Ghana lors de l’élection présidentielle au suffrage universelle. Il est brillamment reconduit en 1996 dans ses fonctions. Dès lors, on est tenté de se demander quelle mouche a-t-elle piqué le capitaine Amadou Haya Sanogo et les autres membres du CNRDRE pour se recroqueviller devant les chefs d’Etat mal élus de l’espace CEDEAO ? Nul doute que le capitaine Jerry Rawlings continue à être une référence en Afrique de l’Ouest.
A la retraite politique, il veille sur la méthode de gouvernance qu’il a imprimé à son Ghana natal.
Je voue une réelle admiration pour ce capitaine  respectueux de l’exactitude militaire. Ils sont nombreux ces capitaines d’armées à sauver leur pays des affres des hommes politiques. Parmi eux, il faut citer : les Mouammar Kadhafi (29 ans),  Thomas Sankara (32 ans), Dadis Camara (44ans).
Selon le général ATT aujourd’hui en fuite : «les coups d’Etat trouvent leur réponse dans la mauvaise gestion des politiques». Ceci étant, le CNRDRE doit sévir et s’inspirer de l’exemple de Jerry Rawlings au lieu de se laisser absorber par le système Dioncounda-Django qui n’augure rien de bon pour les maliens déjà meurtris par divers actes de forfaiture.
Django Cissoko est l’architecte du système Moussa, Alpha, ATT. Dioncounda, président par intérim du Mali, n’est pas étranger dans la mauvaise gouvernance des vingt dernières années ; mieux il est un acteur central de la situation que les maliens vivent aujourd’hui. Amadou Haya Sanogo a tout simplement été un observateur attentif du système.
En ce jour de nouvel an 2013, les Maliens  souhaitent avoir un nouveau système débarrassé de tous ces délinquants à col blanc. C’est à cette bataille patriotique que j’invite le capitaine Amadou Haya Sanogo à relever ce défi.
Nous souhaitons une année de paix à notre chère patrie le Mali. Et nous demandons à Cheick Modibo Diarra, ancien Premier ministre de présenter ses excuses au peuple malien pour avoir plongé notre pays dans une crise institutionnelle dont il est le principal responsable.
Nous retenons de lui  un Premier ministre «Pleins pouvoirs», qui a saisi illégalement la Cour constitutionnelle pour une demande de prorogation du mandat du président par intérim Dioncounda Traoré. Cette demande fut accueillie favorablement par les neuf (9) sages nommés par ATT, Dioncounda et le SAM (syndicat autonome de la magistrature). Et depuis cette demande d’avis (n° 245/PM-CAB du 18 Mai 2012) adressée à la Cour constitutionnelle le PM Cheick Modibo Diarra inconsciemment plongea le Mali dans une crise profonde. Ce qui a abouti à un pouvoir à trois têtes : Cheik Modibo Diarra, d’un côté Premier ministre «Pleins pouvoirs» tirant presque sa légitimité d’un groupe d’associations islamiques, de l’autre côté Dioncounda Traoré, président nommé par la CEDEAO et enfin le capitaine Amadou Haya Sanogo, président du Comité de la réforme des forces de sécurité.
Comme disent les bambaras, «une amitié entre trois personnes finit par monter deux contre un et ce fut le cas». Cheick  Modibo Diarra s’est finalement retrouvé seul contre  Dioncounda (porteur du bonnet du pouvoir) et le capitaine Amadou H. Sanogo (porteur du sabre). Dioncounda finira par résoudre son équation avec l’arrivée de Diango Cissoko Premier ministre de sa transition. Il est certain que la guerre de leadership est loin d’être terminée entre le duo Dioncounda Traoré- Diango Cissoko et Amadou Haya Sanogo.
Les prémices d’une guerre sont perceptibles avec l’arrivée sur la scène d’anciens ministres nommés conseillers spéciaux dans les institutions de la République. Il est simplement dommage que le président par intérim et le Premier ministre continuent à tourner en bourrique toute la classe politique par rapport à la tenue des concertations nationales.
Amy SANOGO

 
SOURCE:  du   8 jan 2013.    

5 Réactions à Editorial : Diango, Dioncounda, Sanogo et le Mali

  1. dohoro

    Amy Sanogo,il faut panser un peu à la situation trs grave de ton pays; que chaque jour de parler de DIONCOUDA SANOGO MODIBO DIARRA DIANGO.liderons le Nord dabor,si on aime ce pays,cet une demande de tout le patriote du Mali.

  2. kaicho

    dis donc on vous paye pour écrire des conneries pareilles

  3. N'Tjiba

    Ma soeur cherhes toi d’abord un mari. La haine et la rencoeur ne peut que consumer une personne à petit feu. Toi et tes mentors Mariko et Cheick Oumar Cissoko, vous êtes condamnés à descendre dans inexorablement dans l’âbime. Mais, s’il te recste un peu de dignité, demande à Mariko et Cheick Oumar qu’ils rendent compte de leur gestion du Ministère de la Culture. Pour ton information, Cheick Oumar Cissoko a coupé des crédits à desz services qui rélèvaient de son autorité au motif qu’ils ont refusé d’utiliser l’argent du Contribuable malien (toi et moi) dans le financement de la campagne présidentielle de Oumar Mariko en 2007. Mieux, Cheik Oumar a été le plus mauvais ministre de la Culture que le Mali n’a jamais connu. Pendant cinq ans, il a été incapacable d’offrir un seul trophé au cinéaste malien. Pir, il s’est transformé en gourou pour ses collègues à tel enseigne que lui et Souleymane Cissé ne se supportait plus. Tous les journalistes maliens le sait sauf toi peut-être. :mrgreen:

  4. Massaye

    Il faut bien sûr être indulgent surtout, lorsque le fusil du capitaine Sanogo est constamment braqué sur lui (la transition). Certes des erreurs ont été commises. En commençant par la gestion de la crise malienne par la CEDAO à
    L’ensemble des acteurs politiques, de la société, des syndicats,des religieux,des associations féminines et de jeunesses. Tous se sont illustrés par des bévues plus au moins grossières, voire ridicules. La gestion politique,sociale,
    économique ,militaire et humanitaire de la crise du Nord est un pantalonnade , voire consternante. Qu’à fait le capitaine Sanogo, le De Gaulle malien du 22 mars pendant neuf mois? Même sa promesse phare celle d’aller à la reconquête des régions occupées, où il tenait sa popularité et l’adhésion des Maliens est passé à l’attrape. D’où la
    consternation de plus d’un. Si on fait le bilan de l’alternance,on aura constater que rien n’a guère changé depuis l’éviction du président ATT. Au contraire, le pays est plongé…(à suivre)

    • Massaye

      (suite)… 2

      dans l’instabilité économique et sécuritaire . C’est non seulement c’est le chaos, mais aussi, la panique de l’armée
      face au mouvement jihadis dans le Sud. Tout cela pourquoi mettre en cause des élections prévues à quatre vingt dix jours de fin de mandat ? Un acte manqué ! En dépréciant notre démocratie fragile au profit de considérations corporatistes, d’optimisme et d’ambition, le capitaine Sanogo a conduit à favoriser un chaos, mettant en cause la souveraineté nationale au détriment d’une classe politique irresponsable.