Honorable Abdoul Malick Diallo, à propos du Nord: “Une rentrée scolaire partielle au sud scellera, aux yeux des populations, la partition du pays”

1

A l’issue de sa récente mission du 17 au 24 août dans le nord du pays, particulièrement dans la région de Gao occupée par le Mouvement pour l’unicité du jihad en Afrique de l’ouest (MUJAO), l’honorable député élu à Ansongo, Dr Abdoul Malick Diallo appelle l’Etat malien à agir vite. Pour lui, l’erreur fatale à éviter à tout prix est de faire partiellement la prochaine rentrée scolaire dans le sud en laissant les régions occupées. Une rentrée scolaire partielle au sud scellera définitivement, aux yeux des populations, a-t-il laissé entendre, la partition du pays.  

Honorable Abdoul Malick.

Selon l’honorable Diallo, les membres de la délégation avaient une certaine hantise en prenant le départ, celle de ne pas être acceptés par les occupants, le MUJAO. Mais, fort heureusement, ils n’ont fait l’objet d’aucune hostilité. Alors que plusieurs personnes lui disaient que ce signe de l’Etat malien qu’il arborait pouvait causer des ennuis…  “Nous n’avons eu aucun problème ; nous  avons même été bien accueillis”.

A la question de savoir quelles sont ses impressions après ces discussions, le représentant du peuple dira que les occupants sont prêts à échanger avec des acteurs non étatiques. ” Ils ne sont pas prêts à faire des concessions à l’Etat. Ils ne sont pas prêts à changer de discours surtout en ce qui concerne l’application de la charia. Il faut être clairs, les gens du MUJAO ne sont pas prêts à dialoguer avec l’Etat ” .

Quid de l’application de la charia ? Les responsables du MUJAO, explique le député d’Ansongo, affirment qu’ils tiennent à faire respecter ce qu’ils appellent les principes divins.

Dr  Diallo a expliqué que pendant deux heures de temps, il a discuté à Gao avec ses interlocuteurs jihadistes sur les motivations de l’application de la loi islamique. “Ils sont formels et affirment haut et fort que c’est un principe de la religion musulmane.  qu’ils appliquent et qu’il n’y a pas J’ai alors essayé de les raisonner en leur faisant comprendre que comme ils viennent d’arriver dans la région, il serait bien de sensibiliser d’abord ces populations avant de passer à la phase d’application de cette loi divine. Ils ne veulent rien comprendre… “.

A propos de la solution face à cette radicalisation par rapport à la charia, le député estime que c’est à l’Etat de prendre toutes ses responsabilités en allant simplement chasser les occupants. Il a indiqué que la délégation a fait comprendre aux responsables du MUJAO de permettre au moins à l’Etat de reprendre ses services de base tels que la santé, l’école.

” Vous devez accepter que les gens étudient, qu’ils se fassent soigner. Avec l’apparition du choléra, dans la zone, il faut permettre que les hôpitaux fonctionnent normalement “, a été le discours du député aux occupants.

Et M Diallo de souligner la nécessité vitale de rouvrir les écoles lors de la prochaine rentrée scolaire en faisant un compromis en ce qui concerne la séparation des filles des garçons ou le port du voile par les filles. “Ils peuvent accepter que les garçons et les filles soient dans les mêmes classes mais les uns derrière les autres ou dans des rangées séparées”.

Pour l’élu d’Ansongo, l’Etat, à travers le ministère de l’Education, doit tout mettre en œuvre pour que la prochaine rentrée scolaire se fasse aussi dans les régions septentrionales. Si non, assure-t-il, ce sera pour les populations, qui ont déjà le sentiment d’être abandonnées, une manière de sceller définitivement la partition du pays.

L’honorable Diallo a insisté sur le fait que ces envahisseurs pourraient difficilement accepter le redéploiement de l’Etat central à travers des préfets, des juges, des gendarmes. Il a lancé un appel aux autorités à faire vite pour sauver la situation. Quelles que soient les difficultés, l’Etat doit agir d’une manière ou d’une autre.

«Les gens-là ont les moyens. Ils sont en train de contaminer nos parents à coup d’argent. Certains jeunes recrutés sont payés à 200 000 F CFA par mois… L’Etat doit aussi interdire simplement la secte pakistanaise ” Adawa ” dans nos mosquées et sur tout le territoire national», a-t-il déclaré.

Bruno D SEGBEDJI

PARTAGER

1 commentaire

  1. Mon frère, je commence à chasser le satan de nos coeurs.Il faudrait dire de bonne chose sinon vaut mieux que se taire.C’est un conseil du prophète Mohamed paix et salut sur lui ainsi que sur tous les membres de sa famille et ses disciples.

Comments are closed.