Le Ministre Moussa Sinko Coulibaly à la 63ème session du HCR à Genève : “Nous aspirons à donner à tous les Maliens la chance de vivre librement et dignement pour qu’à l’avenir, nul se soit obligé de chercher refuge à l’extérieur

4

La 63ème session du Comité Exécutif (ExCom) du Programme du HCR s’est ouverte le lundi 1er octobre 2012 à Genève en présence de plusieurs centaines de délégués représentants les Etats membres, les organisations internationales, la société civile et le secteur privé.

Le ministre Moussa Sinko Coulibaly

Notre pays, le Mali est représenté à cette réunion annuelle par le Ministre de l’Administration Territoriale et de la Décentralisation, le Colonel Moussa Sinko Coulibaly. Dans son allocution d’ouverture le Haut-commissaire des Nations Unies aux réfugiés a indiqué qu’à l’heure actuelle de nouveaux conflits majeurs et simultanés combinés avec d’autres conflits prolongés et non résolus mettent à rude épreuve les ressources de son agence et celles d’autres acteurs humanitaires.

Selon Monsieur António Guterres, le HCR est aujourd’hui aux prises avec un niveau de crises de réfugiés sans précédent dans son histoire récente, avec de nouvelles urgences simultanées en Syrie, au Mali, au Soudan, au Soudan du Sud et en République démocratique du Congo.

Déjà en 2011, alors que la crise se développait, plus de 800 000 personnes traversaient la frontière de leur pays en quête de refuge – soit en moyenne plus de 2 000 par jour. Cet exode a été le plus important de toute la décennie écoulée “, a-t-il indiqué. ” Et, à ce jour, plus de 700 000 personnes ont fui depuis la RDC, le Mali, le Soudan et la Syrie“, a-t-il indiqué.

António Guterres a rendu hommage aux pays qui ont maintenu leurs frontières ouvertes aux personnes fuyant le conflit, et il a remercié les donateurs qui ont fait la preuve de leur engagement sans réserve et sans faille à l’appui des opérations du HCR, et ce au milieu de la crise économique mondiale. Le Haut-Commissaire de l’ONU aux réfugiés a également signalé que les coûts de l’aide à plus de 42 millions de personnes déracinées s’accroissent rapidement, avec la poursuite de situations prolongées de déplacement à grande échelle – par exemple en Afghanistan ou en Somalie.

Pour sa part, le Ministre de l’Administration Territoriale et de la Décentralisation a exposé devant le Comité exécutif la situation humanitaire qui prévaut dans le nord de notre pays. Selon le Colonel Moussa Sinko COULIBALY, 185 000 personnes déplacées ont trouvé refuge dans les régions de Mopti, Ségou et dans le District de Bamako, tandis que plusieurs dizaines de milliers parmi nos compatriotes ont trouvé refuge dans les pays voisins qu’il a remerciés pour leur hospitalité généreuse. Face à cette situation, le gouvernement du Mali garde la pleine foi de ses devoirs régaliens. ” Tout en abordant avec optimisme et détermination, la situation nouvelle de mon pays, nous aspirons à donner à tous les Maliens la chance de vivre librement et dignement pour qu’à l’avenir, nul d’entre eux ne soit obligé de chercher refuge à l’extérieur. Je tiens à confirmer, encore une fois notre pleine disposition ainsi que notre détermination de renforcer davantage les liens de coopération avec le HCR, dans la gestion de toutes les questions relatives aux réfugiés ” a dit le ministre.Le Mali, en plus d’être un pays de transit pour les migrants, de demandeurs d’asile  d’autres pays, reste une terre d’accueil de refugiés. Le ministre a profité pour faire le point. “ Depuis 2008, le Gouvernement de mon pays accompagne le HCR dans la recherche de solutions durables au profit des réfugiés mauritaniens. Il est regrettable de noter que jusqu’à présent l’espoir suscité n’a rencontré aucun écho favorable, car les réfugiés mauritaniens ne peuvent toujours pas retourner dans leur pays d’origine. Quant à la situation des réfugiés ivoiriens au nombre de 4 116, je me réjouis particulièrement de la signature de l’Accord Tripartite Côte d’Ivoire – Mali – HCR intervenue le 09 août 2012 à Abidjan, offrant la possibilité aux réfugiés qui le souhaitent de regagner leur pays d’origine “. Le ministre Coulibaly a rappelé le respect des engagements récents pris par le Mali notamment la création aujourd’hui effective d’une commission de secours indépendante.

Composé actuellement de 87 Etats membres, le Comité exécutif du HCR se réunit une fois par an à Genève pour examiner et approuver les programmes et budgets du HCR, émettre un avis consultatif sur les questions de protection internationale et discuter d’un large éventail d’autres questions avec le HCR et ses partenaires intergouvernementaux et non gouvernementaux.  La réunion de cette année, présidée par Monsieur l’Ambassadeur Jan KNUTSSON, Représentant permanent de la Suède auprès de l’Office des Nations Unies à Genève, durera  jusqu’au 5 octobre. Elle devrait examiner des questions comme les nouvelles lignes directrices pour les Etats sur la détention des demandeurs d’asile (dont le HCR souhaite que ce soit une exception plutôt que la règle), l’évolution des besoins en protection pour les personnes déplacées, et la situation de millions d’apatrides à travers le monde. Le Rwanda et l’Azerbaïdjan ont été admis comme nouveaux membres au sein de l’ExCom. Le ministre Moussa Sinko coulibaly s’entretiendra au cours de son séjour genevois avec le Haut-commissaire des Nations Unies aux réfugiés António Guterres ainsi que  la communauté malienne.

(Cellule Communication Ministère de l’Administration territoriale et de la Décentralisation avec Check Oumar Coulibaly, Ambassade du Mali à Genève)       

PARTAGER

4 COMMENTAIRES

  1. reposez-vous car le changement qui vous fait peur est irreversible mieux vaux de chercher des lopins de terre car personne ne beneficiera de poste gratuit encore c’est pas le premier changement les autres cas n’ont pas perdurer comme ça tellement ce cas était le gateau sur le platau,c’est bien fini adaptez-vous sinon vos attentes seront vains,le SANOGO que vous ne voulez pas voir vous verrez à crever vos yeux tellement il est puissant grace aux benedictions des millions de maliens quiaspirait à un changement qui etait imposible .Allez lire ou ecouter laurent bigot pour vous enlevez un peu de toxine.

  2. Nous aspirons à donner à tous les Maliens la chance de vivre librement et dignement pour qu’à l’avenir, nul se soit obligé de chercher refuge à l’extérieur

    Que des konneries, nous sommes des millions diplômés, et le pays n’organise même pas le retour de toute cette matière grise!!!!
    Alors ce n’est pas les pauvres gens dont le gouvernement va s’occuper!!!
    Ils préfèrent se battre pour les postes à bamako!!!!!!!!!!!!!!

    Bande d’enfoirés de politikards, qui ont mis le feu à mon pays!!!!!!!

  3. Visiblement meme les diplomates des autres pays ne veulent s’approcher de lui. Regarder autour de lui, il n’y a personne!!!!! Bande de clown!!! Le role d’un soldat doit etre la securisation du pays et non des salons internationaux…. Vous allez payer tres cher ce que vous venez de faire à notre pays..

  4. Plus « bon à rien » qu’un soldat malien, tu meurs! Honte à l’armée malienne, les populations ne vous pardonneront jamais et vous maudissent à chacune de leurs prières

Comments are closed.