Madani amadou Tall s’adressant aux membres de la junte : « Négociez votre amnistie, rentrez dans les casernes, puis partez au front »

Commentaires fermés [-] Texte [+] Email Imprimer

C’est devant plusieurs dizaines de journalistes de la presse nationale et internationale que le président du parti Avenir et développement du Mali (ADM), Madani Amadou Tall, a fait ses propositions de sortie de crise. C’était le jeudi  5 avril à l’hôtel Kempeski en présence de Boubacar Makanguilé , Abba Dicko, respectivement Secrétaire général et président de la jeunesse de l’ADM. Plusieurs autres responsables et militants du parti ont pris part à cette rencontre. Il faut préciser que Madani Amadou Tall a été l’un des artisans de l’instauration du dialogue entre le Comité national de redressement de la démocratie et la restauration de l’Etat (CNRDRE) et la présidence ivoirienne de la CEDEAO.

Madani Tall

Cette conférence de presse de l’ADM a commencé par l’intervention du Secrétaire général du parti, Boubacar Makanguilé, qui a accompagné le président Tall dans toutes ses initiatives et entreprises allant dans le sens d’un retour à l’ordre constitutionnel. « L’ADM condamne avec fermeté ce coup d’Etat militaire qui nous apprend que notre démocratie est assez fragile » a annoncé M. Makanguilé qui a ajouté : « La démocratie alimentaire qui a lieu depuis 20 ans  ne marchera pas. Nos ennemis, les rebelles, ont profité de la désorganisation de l’armée pour occuper les trois régions nord de notre pays ». C’est donc cette introduction qui a permis au président du parti, Madani Tall, de prendre la parole pour expliquer aux journalistes, ce qui, selon lui, permettra au Mali de retrouver le chemin de la démocratie. Cette proposition de Madani Tall que la CEDEAO a finalement prise pour son compte est le fruit d’un long cheminement. D’abord, trois jours après le coup d’Etat, Madani Tall et Boubacar Makanguilé recevait une délégation de la junte venue prendre des conseils. Cette rencontre à laquelle l’Indépendant était invité, a été pour beaucoup dans la suite des événements. « Je tiens à vous préciser que depuis dix je suis Conseiller économique du président ATT envers qui ma loyauté et ma fidélité sont intactes. Je tiens à vous dire également que ce que vous avez fait est antidémocratique mais on va vous aider à sortir dignement de cette situation pour que le Mali puisse avancer » a introduit Madani Tall. Cette franchise lui vaut la confiance de ses interlocuteurs militaires qui, 48 heures après ont établi un contact entre lui et le chef de la junte, le capitaine Amadou Aya Sanogo. C’était à la veille du sommet extraordinaire de la CEDEAO sur le Mali. Face à des militaires hésitants et réticents à aller à Abidjan, le président de l’ADM a été très clair : « Il n’est pas question pour vous de ne pas y aller car c’est l’avenir du Mali qui sera débattu lors de ce sommet extraordinaire. Il est impératif que le CNRDRE soit représenté. Pour cela, choisissez des éléments qui ont la tête sur les épaules ». Après cette mise au point, Madani Tall a établi un contact téléphonique entre le président du CNRDRE, le capitaine Sanogo et le ministre d’Etat, ministre de l’Intérieur de la Côte d’Ivoire, Hamed Bagayoko. Toute chose qui a permis à la présidence ivoirienne d’envoyer l’avion présidentiel pour chercher les deux représentants du Mali : un commandant et un capitaine. Les propositions faites par Madani Tall sont le fruit ce travail remarquable fait en silence loin des caméras et autres trompettes. C’est pourquoi, pendant la conférence de presse, il déclaré : « Le Mali avait gagné des points en termes de bonne gouvernance, de démocratie etc. L’heure n’est plus aux cris, aux reproches et aux atermoiements. Il s’agit plutôt de trouver une solution honorable pour tous ». Il a appuyé son argumentaire par certains articles de la Constitution pour éclairer les journalistes. En conclusion, Madani Tall a rappelé que « la place des soldats, c’est dans les casernes et au front ».

Diakaridia YOSSI

 
SOURCE:  du   10 avr 2012.