OPAM : La vente de 160 tonnes de «riz avariées» fait des vagues

1

Il y a quelques jours, nous avons été alertés par la fronde de certains travailleurs de l’Office des Produits Agricoles du Mali (OPAM). Motif : la Direction aurait ordonné la vente de 160 tonnes de riz «avariées» à certains petits opérateurs de la place. Elle n’aurait pas informé le personnel.

Il faut tout d’abord savoir que le riz, dont il est question ici, est issu de celui que le gouvernement japonais avait donné au Mali pour la vente à prix modéré et que l’on appelle dans le jargon technique «KR». Pendant l’acheminement de ce riz au Mali, il arrive très souvent que les intempéries ou le mauvais entreposage dans les calles des bateaux détruisent une bonne quantité. Celle-ci, après constatation des experts japonais et maliens, est déclassée ou déclarée avariée. Après cette étape, il revient à l’OPAM, à travers sa tutelle, de mettre le riz en vente à un prix qui varie entre 50 et 100 FCFA, selon le degré de dégradation.

Selon nos recoupements, dans les magasins de l’OPAM, à Bakaribougou, le riz avarié du «KR 8» existe toujours. Le mardi dernier, nous avons rencontré le PDG de l’OPAM, Bakary Diallo. Il a confirmé l’existence de ce riz et a expliqué que «c’est parce que les expertises n’avaient pas donné satisfaction que j’ai décidé de garder encore ce riz dans les magasins. Ce n’est pas de la mauvaise volonté». Soulignons que les analyses, auxquelles le PDG fait allusion, ont conclu que ledit riz est «impropre à la consommation humaine».

Mais, pomme de discorde qui a failli exploser la structure, il y a peu, vient du «KR 9». A en croire nos sources, tout juste avant qu’il ne voyage, le PDG aurait demandé au chargé des stocks de l’OPAM, un certain Maïga, de «vendre du riz normal, faisant croire aux autres travailleurs que c’était du riz avarié». Selon toujours nos sources, M. Maïga aurait profité d’un week-end pour passer à l’action. S’étant rendu compte que le PDG et son chargé des stocks leur avaient court-circuité, les travailleurs ont vigoureusement protesté. Certains de nos informateurs nous ont confirmé que les travailleurs étaient si remontés qu’ils auraient décidé de «régler le compte du pauvre Maïga». Au retour du PDG, un terrain d’entente aurait été trouvé et les travailleurs auraient reçu une somme de consolation.

Une version que le PDG, Bakary Diallo, a tout simplement balayée d’un revers de la main : «Ce que vous me dites est très grave. Cela veut dire qu’il y a mensonge à tous les niveaux. En tout cas, je sais qu’actuellement, dans nos magasins, il ne reste que les 1000 tonnes de riz normal réservées à la région de Gao. Les 160 tonnes dont vous faites allusion sont issues du riz avarié».

En quittant l’OPAM, le mardi dernier, plusieurs questions que nous avons posées sont restées sans réponses : pourquoi c’est seulement cette année que la vente du riz avarié a-t-elle fait un si grand bruit ? Pourquoi les manœuvres de l’OPAM se sont-ils révoltés, alors que toutes les autres fois, la vente se faisait sans heurt ? Comment peuvent-ils aller jusqu’à affirmer que le riz vendu était «masqué» pour faire croire aux gens que c’était «des avaries» ?

Toutes ces questions méritent des réponses. Et le premier concerné reste, bien sûr, le PDG de l’OPAM.

Paul Mben    

 

PARTAGER

1 commentaire

  1. Article commandé par des gens qui ont du plaisir à salir les autres. N’importe quoi.

Comments are closed.